ActualitéAmérique du nordBusinessDivertissement

Après Netflix, Harry et Meghan signent un contrat avec Spotify

Après leur émancipation spectaculaire de la famille royale britannique, le prince Harry et Meghan Markle enchaînent les partenariats avec les plateformes de streaming mondiales. Désormais installé en Californie, le couple vient ainsi de signer un contrat de plusieurs années avec le géant suédois Spotify. Cette alliance a été conclue via Archewell Audio, la société de production audio nouvellement créée par le duc et la duchesse de Sussex pour assurer la création de leurs podcasts. Les modalités financières de l’accord n’ont pas été dévoilées.

Dans le cadre de ce partenariat, le prince Harry et Meghan Markle vont ainsi produire plusieurs podcasts exclusifs qui seront uniquement diffusés sur Spotify, leader mondial du secteur avec 320 millions d’utilisateurs actifs mensuels, dont 144 millions d’abonnés payants. Leur première création audio sera dévoilée dès la fin du mois. Il s’agit d’un podcast «spécial fêtes» qui mettra en avant «des histoires d’espoir et de compassion» avec des «invités inspirants pour célébrer la nouvelle année», indique Spotify. «Avec les défis de 2020, il n’y a jamais eu de moment plus important pour le faire (NDLR : se lancer dans la production de podcasts), car lorsque nous nous écoutons les uns les autres et entendons les histoires des autres, cela nous rappelle à quel point nous sommes tous interconnectés», ont déclaré le duc et la duchesse de Sussex.

Spotify, 800 millions de dollars investis dans les podcasts en deux ans

Pour la plateforme suédoise, il s’agit d’un joli coup alors qu’elle a consenti à faire de lourds investissements pour diversifier son offre et ainsi proposer des contenus qui ne se limitent pas à la musique. Pour tirer son épingle du jeu face à la concurrence, et notamment Apple Music, Spotify s’est ainsi engouffré sur le marché florissant des podcasts.

Dans ce cadre, la firme de Daniel Ek a investi plus de 800 millions de dollars dans le secteur depuis deux ans. L’entreprise scandinave a notamment mis la main sur l’hébergeur américain Megaphone pour 235 millions de dollars, le producteur de podcasts Gimlet Media pour 200 millions de dollars ou encore Anchor, société qui fournit des outils de production et de monétisation aux créateurs de podcasts, pour 140 millions de dollars. Spotify a également déboursé plus de 100 millions de dollars pour s’offrir la distribution exclusive et les ventes publicitaires liées aux podcasts du producteur américain à succès Joe Rogan.

Dans le sillage des Obama 

Outre Joe Rogan, Spotify a aussi frappé fort cette année en signant un accord avec Michelle Obama, qui a lancé son podcast sur la plateforme suédoise en juillet dernier. L’ancienne First Lady y propose une série d’entretiens avec ses proches, dont le premier n’est autre qu’avec Barack Obama, son mari et ex-président des États-Unis. Les Obama semblent d’ailleurs être une source d’inspiration importante pour le prince Harry et Meghan Markle.

Et pour cause, le duc et la duchesse de Sussex ont signé des contrats avec Spotify et… Netflix. Comme les Obama. En effet, le prince Harry et son épouse vont produire des films, des séries et des documentaires pour Netflix. Et pour travailler de manière optimale, le couple princier, qui a officiellement coupé les ponts avec la famille royale britannique en avril dernier, a fait comme Barack et Michelle Obama : créer une société de production. Après Higher Ground, voici donc Archewell Audio. A peine établis aux États-Unis, le prince Harry et Meghan Markle ont d’ores et déjà appliqué avec succès la recette des anciens locataires de la Maison-Blanche.

Bouton retour en haut de la page
Après Netflix, Harry et Meghan signent un contrat avec Spotify
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street