Good Morning FrenchWebLes émissions

FoodTech : comment la crise du coronavirus a aiguisé l’appétit des «dark kitchen»

[GOOD MORNING Frenchweb] Une émission animée par Joseph Postec et la rédaction de FrenchWeb

Retrouvez le GOOD MORNING FrenchWeb tous les matins dès 6h45 avec Joseph Postec et la rédaction de FrenchWeb pour découvrir les meilleures pratiques et innovation en matière de transformation numérique.

Nous entamons la dernière semaine de l’année pour le GOOD MORNING. L’ensemble de la rédaction de FrenchWeb espère que vous avez apprécié nous écouter au quotidien et nous vous remercions pour votre fidélité.

Pour terminer l’année en beauté, nous vous proposons une semaine spéciale « temps forts de l’année » avec un focus tout particulier sur les entreprises qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu dans cette période si particulière. Nous avons envie de terminer l’année sur des notes positives. Mais ce sera également l’occasion de repartager avec vous les interview clés et fortes de cette année 2020.

Ce vendredi, nous vous préparons une émission spéciale avec un débat sur les « Temps forts technologiques de l’année 2020 » avec Kat Borlongan, directrice de la French Tech, Marjorie Paillon, journaliste spécialiste du numérique et du digitale et Patrick Bertrand, qui est à la tête du club de business angels Holnest Club.

Les «dark kitchen», nouvelle ère de la livraison de repas ?

Grandes gagnantes de la crise du coronavirus en raison des confinements et autres restrictions imposées à travers le monde, les plateformes de livraison de repas à domicile n’en finissent plus de voir leurs compteurs s’affoler. Mais derrière Uber, Deliveroo ou encore DoorDash, qui a fait une entrée fracassante à Wall Street, d’autres acteurs se frottent les mains, et notamment les «dark-kitchen». Ces «cuisines-fantômes» sont apparues ces dernières années pour répondre à la demande croissante des plateformes sur un marché qui devrait peser plus de 350 milliards de dollars dans moins de dix ans.

Parmi ces restaurants «virtuels», on retrouve Taster, start-up lancée par Anton Soulier, ancien cadre de Deliveroo. Aujourd’hui opérationnelle à Paris, Londres et Madrid, la société développe des marques de restauration uniquement destinées à la livraison à domicile via des plateformes comme Deliveroo et Uber Eats. Après avoir levé 8 millions de dollars l’an passé, l’entreprise a vu son approche validée par la crise du coronavirus. Cette dernière va-t-elle pour autant faire entrer les plateformes de livraison de repas et les «dark kitchen» dans une nouvelle dimension ? Éléments de réponse avec Anton Soulier, fondateur et CEO de Taster.

Vous pouvez écouter l’émission Good Morning sur Apple PodcastSpotifyDeezer. Si vous appréciez l’émission, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, ou une note sur Apple Podcast. 

«Les entreprises les plus intéressantes ont été créées en période de crise»

Richard Menneveux avait échangé, fin mars, avec Fabrice Grinda, investisseur à New York dans Alibaba Group, Airbnb ou encore Palantir. Un moyen pour décoder la situation et les gestes que doivent mettre en oeuvre les entrepreneurs en phase de crise. Son message était clair : « Les entreprises les plus intéressantes ont été créées en période de crise ». Uber, Slack, Whatsapp ont notamment été fondés en période de crise. Il y a en effet certains avantages à se lancer en période de crise. Nous souhaitions vous permettre de réécouter cet échange fort en instructions et optimiste sur la situation que nous vivons.

Si vous souhaitez participer à l’émission Good Morning FrenchWeb, n’hésitez pas à nous contacter: redaction@decode.media

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
FoodTech : comment la crise du coronavirus a aiguisé l’appétit des «dark kitchen»
Comment la filière de l’eau tente de se transformer grâce au numérique
Les messageries collaboratives vont-elles vraiment remplacer l’e-mail?
Comment faire de l’écoconception numérique un avantage compétitif
Comment innover grâce à la co-création de produits ou services avec vos clients?
Quelles perspectives pour l’écosystème français du jeu vidéo?
« Les problématiques du new space français, ce sont celles du new space américain il y a 15 ans »