Media

[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #17 : My Little Paris

Mode, Food, design… My Little Paris offre à ses lectrices trois fois par semaine un condensé de très très bonnes adresses. Fondée en 2008 par Fany Pechiodat, la newsletter compte aujourd’hui près de 700 000 lectrices assidues.

Véritable succes story, tout a commencé sous l’impulsion d’un petit trio : Fany Pechiodat, sa soeur et Kanako dont les illustrations sont devenues une part incontournable de l’image de My Little Paris. Ras-le-bol des newsletter sans émotion, de l’aspect froid du web, les trois amies décident de lancer leur propre support et d’envoyer à leurs copines une sélection de bons plans parisiens.

Un format court, du home made, de l’émotif, du pétillant, du personnel et de la surprise… L’ADN de My Little Paris est née et ne va cesser de grandir.  Aujourd’hui, la start-up compte 22 collaborateurs, s’est installée dans un superbe loft parisien, a lancé deux déclinaisons à Lyon et Marseille ainsi que My Little Box. Elle envisage désormais de se développer à l’international.

Fonctionnant sur fonds propres depuis son lancement, le business modèle de My Little Paris repose essentiellement sur les revenus publicitaires.

 

Bouton retour en haut de la page
[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #17 : My Little Paris
[SEED] Buster.Ai lève 2 millions d’euros auprès de OneRagtime pour lutter contre la désinformation
Meta s’attaque aux cyber-mercenaires sur Facebook et Instagram
Les plateformes de streaming devront apporter 250 à 300 millions d’euros par an à l’audiovisuel et au cinéma français
Le patron d’Instagram confronté à l’impact du réseau sur les plus jeunes devant le Congrès américain
[Serie B] Podimo lève 78 millions de dollars pour étendre son service de podcast en Europe
Instagram: une enquête de plusieurs États américains s’ouvre pour mesurer son impact sur les enfants