Media

[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #17 : My Little Paris

Mode, Food, design… My Little Paris offre à ses lectrices trois fois par semaine un condensé de très très bonnes adresses. Fondée en 2008 par Fany Pechiodat, la newsletter compte aujourd’hui près de 700 000 lectrices assidues.

Véritable succes story, tout a commencé sous l’impulsion d’un petit trio : Fany Pechiodat, sa soeur et Kanako dont les illustrations sont devenues une part incontournable de l’image de My Little Paris. Ras-le-bol des newsletter sans émotion, de l’aspect froid du web, les trois amies décident de lancer leur propre support et d’envoyer à leurs copines une sélection de bons plans parisiens.

Un format court, du home made, de l’émotif, du pétillant, du personnel et de la surprise… L’ADN de My Little Paris est née et ne va cesser de grandir.  Aujourd’hui, la start-up compte 22 collaborateurs, s’est installée dans un superbe loft parisien, a lancé deux déclinaisons à Lyon et Marseille ainsi que My Little Box. Elle envisage désormais de se développer à l’international.

Fonctionnant sur fonds propres depuis son lancement, le business modèle de My Little Paris repose essentiellement sur les revenus publicitaires.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #17 : My Little Paris
Désinformation sur les vaccins: Twitter bloquera les utilisateurs au bout de cinq rappels à l’ordre
Zoom: propulsée par le confinement, l’app de visioconférence se prédit un bel avenir
Le réseau social conservateur Gab piraté par des hackers militants
Facebook
Accusé d’avoir illégalement recueilli des données biométriques, Facebook débourse 650 millions de dollars pour clore le litige
Streaming: face aux géants américains, la bataille des plateformes fait rage en Europe
Droits voisins: bientôt une amende « dissuasive » pour Google?