ActualitéBusinessTech

Avec 52 licornes supplémentaires en un an, l’Europe rêve de voir apparaître de nouveaux «titans» technologiques

Interview de Guillaume Bonneton, Partner France chez GP Bullhound

Quand aux États-Unis les GAFA n’en finissent plus de battre des records à Wall Street, à l’image d’Apple dont la valorisation avoisine les 2 500 milliards de dollars, l’Europe peine à donner naissance à des géants technologiques. Pour autant, l’écosystème numérique du Vieux Continent va dans le bon sens et la pandémie a renforcé ce constat. Selon le rapport «Titans of Tech 2021 – Pandemic Proof» de la banque d’affaires GP Bullhound, l’Europe héberge désormais 166 licornes représentant une valorisation cumulée de 801 milliards de dollars, qui a quasiment doublé en l’espace d’un an (+ 380 milliards de dollars). 

Écoutez notre échange avec Guillaume Bonneton, Partner France chez GP Bullhound, sur les enseignements de ce rapport :

La pandémie de Covid-19 ayant dopé les usages autour du numérique, la plupart des scale-up européennes ont vu leur valorisation flamber à partir de mars 2020. Ainsi, 52 nouvelles licornes sont apparues sur le Vieux Continent en seulement un an. Sans surprise, ce sont des secteurs plébiscités durant la crise du coronavirus qui ont donné naissance à de nouvelles licornes, à l’image du SaaS (21 licornes), de la FinTech (13 licornes), des marketplaces (7 licornes) ou encore du commerce en ligne (6 licornes). 

Adyen, premier titan européen, bientôt rejoint par Spotify et Klarna 

Si les licornes se multiplient en Europe, les «titans» technologiques, désignant les champions valorisés plus de 50 milliards de dollars, se font rares. Aujourd’hui, il n’y a même que la FinTech néerlandaise Adyen qui a décroché ce statut. Mais les Suédois sont en embuscade et pourraient bien offrir prochainement à l’Europe deux titans de plus. Spotify, géant de la musique en streaming, a même brièvement franchi la barre des 50 milliards de dollars de valorisation il y a quelques mois.

Avec une valorisation à 47 milliards de dollars à l’heure actuelle, la firme de Daniel Ek devrait prochainement devenir un titan durable. Même chose pour Klarna, spécialiste du paiement en ligne qui a vu sa valorisation passer de 31 à 46 milliards de dollars début juin après un tour de table de 639 millions de dollars. Une ascension qui place la société scandinave sur de bons rails pour une introduction en Bourse. Avec seulement 13 licornes, la Suède, bien aidée par Spotify et Klarna, atteint une valeur cumulée de 151 milliards de dollars. Un record en Europe, même si le Royaume-Uni reste en tête concernant le nombre de licornes hébergées avec 37 entreprises ayant ce statut, devant Israël (32) et l’Allemagne (23). A noter que le Royaume-Uni s’est distingué ces derniers jours avec la levée de 800 millions de dollars de Revolut, dont la valorisation atteint désormais 33 milliards de dollars. Aujourd’hui, la scale-up londonienne est la troisième FinTech la plus importante au monde, après le Suédois Klarna (46 milliards de dollars) et l’Américain Stripe (95 milliards de dollars).

La France, quant à elle, aura bientôt généré une vingtaine de licornes. Ces derniers mois, Vestiaire Collective, Alan, Back Market, ManoMano ou encore Ledger ont rejoint un cercle qui était très restreint il y a peu de temps. Auréolée du statut de licorne, Contentsquare a même réalisé la plus grosse levée de fonds de l’histoire de la Tech française en levant un demi-milliard de dollars fin mai. GP Bullhound estime que des scale-up comme Qonto et Sorare sont bien positionnées pour élargir le contingent de licornes tricolores. L’objectif de 25 licornes en 2025 fixé par Emmanuel Macron devrait donc être atteint bien avant la date butoir. A ce jour, l’Hexagone représente 8% des licornes européennes. La prochaine étape est désormais de générer des décacornes, ces start-up valorisées plus de 10 milliards de dollars, puis des titans dans le sillage d’Adyen et de Spotify.

Bouton retour en haut de la page
Avec 52 licornes supplémentaires en un an, l’Europe rêve de voir apparaître de nouveaux «titans» technologiques
[SEED] Retail : askR.ai lève 1,5 million d’euros pour déployer son coach virtuel en France
[SEED] Osol lève 3 millions d’euros auprès de Christophe Courtin (FLEX-O) et Romain Afflelou (Cosmo)
Le leader mondial de la réservation en ligne beauté Booksy s’offre la startup française Kiute
Amazon Prime, le pari risqué mais réussi de Jeff Bezos
PrestaShop tombe dans le giron du groupe italien MBE Worldwide
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?