BusinessDecode BusinessTechTransportTVWe Love Innovation

Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Si la plupart des grandes entreprises aéronautiques (Boeing) et spatiales (Nasa) sont américaines, celui qui fait office de catalyseur entre ces mastodontes et les start-up prometteuses du secteur est bel et bien français. En effet, François Chopard, cet ancien ingénieur d’Airbus et de l’US Air Force, passé également par Altran et PwC, a mis sur orbite en 2013 Starburst Accelerator, une structure qui fait office de passerelle entre les différents acteurs de l’aérospatial, de manière à permettre aux jeunes pousses, comme Natilus (drone cargo) ou Safety Line (solution de réduction de la consommation des avions de ligne lors de la phase de décollage), de prendre leur envol. 

Dans un secteur qui compte plus de 1 500 start-up innovantes, Starburst Accelerator accompagne chaque année une vingtaine de jeunes entreprises à travers le monde, avec des antennes à Paris, Munich, Tel-Aviv, Singapour, San Francisco, Los Angeles et São Paulo. Pour éveiller l’intérêt des grandes groupes pour les start-up du secteur, la structure leur permet de jeter un oeil sur les entreprises qui souhaitent rejoindre le programme d’accompagnement de l’accélérateur et de travailler en exclusivité avec les start-up retenues si une technologie retient leur attention.

Un nouveau centre d’innovation à Paris 

Une aubaine pour de grandes entreprises comme Airbus ou Air France-KLM qui doivent s’acquitter d’un abonnement annuel d’environ 150 000 euros en moyenne. Dans le même temps, Starburst Accelerator prend une participation minoritaire dans les start-up qu’elle accompagne en échange des services fournis dans ce cadre. Pour financer les start-up du secteur aéronautique et spatial, et contribuer peut-être au décollage du prochain SpaceX, François Chopard a d’ailleurs levé 200 millions de dollars en 2016, utilisables pour des tickets de 3 à 5 millions de dollars, voire de 10 millions de dollars le cas échéant. 

En début d’année, Starburst Accelerator a également inauguré un nouveau centre d’innovation dans le XVème arrondissement de Paris, qui accueille l’Innovation Défense Lab, l’agence d’innovation de la Direction générale de l’armement (DGA) et du ministère des Armées qui est une sorte de Darpa à la française, ainsi qu’ArianeWorks, une entité hybride pilotée par le Centre national d’études spatiales (CNES) et ArianeGroup. FrenchWeb s’est rendu dans ce nouveau lieu d’innovation pour évoquer les enjeux du marché avec François Chopard, le patron de Starburst Accelerator…

Starburst Accelerator : les données clés

Fondateur : François Chopard
Création : 2013
Siège social : Paris
Secteur : Mobilité
Activité : incubateur de start-up aéronautiques et spatiales

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial
Défense : structuration progressive autour de l’intégration de l’intelligence artificielle
Coronavirus: comment les entrepreneurs ont-ils fait face à la crise?
[DECODE Exit] Rachat de Chain Accelerator par ON-X, premier exit français en Blockchain
TikTok/Bytedance
Un collectif d’influenceurs TikTok lance une « collab house » à Paris
La technologie au service des startups pour affronter la crise du coronavirus
Cloud: Google installera ses premiers data center en France d’ici 2022
Share via
Copy link