ActualitéAmérique du nordBusinessEuropeRetail & eCommerce

Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux

Jusqu’à 1 900 employés à temps partiel de Whole Foods (soit près de 2% du total de 95 000 employés), filiale d’Amazon spécialisée dans la distribution de produits biologiques, vont se voir retirer leurs avantages médicaux par l’entreprise, selon Business Insider. Les employés concernés travaillent moins de 30 heures par semaine. Jusqu’ici, les personnes travaillant au moins 20 heures par semaine chez Whole Foods pouvaient prétendre au plan santé. Ce changement, qui n’affectera donc pas les employés à temps plein, sera opérationnel dès le 1er janvier 2020.

Les Etats-Unis ne disposent pas de santé publique universelle. La plupart des Américains sont donc assurés par leur entreprise.

Whole Foods effectue ce changement « pour mieux satisfaire les besoins de notre activité et créer un modèle d’ordonnancement plus équitable et plus efficace », a justifié un porte-parole auprès de Business Insider. Il intervient par ailleurs la même semaine où la Californie a décidé que les plateformes telles qu’Uber et Lyft devaient désormais traiter leurs chauffeurs VTC comme des employés. Cette qualification leur permettra de bénéficier de la protection sociale dont ils étaient privés jusque-là.

Amazon avait racheté Whole Foods en 2017 pour 13,7 milliards de dollars, la plus grosse acquisition de son histoire, dans l’optique d’accroître sa présence sur le marché mondial de l’alimentation, valorisé à environ 800 milliards de dollars. Le groupe de Jeff Bezos prenait aussi position dans le commerce physique. La filiale d’Amazon est aujourd’hui présente aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni (près de 500 magasins dans le monde). Au début de l’année, le géant de l’e-commerce a également commencé à proposer des articles Whole Foods sur certains marchés européens, dont la France.

En janvier dernier également, Amazon voulait aller encore plus loin dans le secteur alimentaire avec l’ouverture en 2019 de dizaines de supérettes, distinctes de ses chaînes Whole Foods et Amazon Go, dans plusieurs grandes villes aux Etats-Unis. La nouvelle entité devait proposer des produits à des prix plus bas que ceux pratiqués par Whole Foods. Les chaînes de commerce de proximité sans caisse Amazon Go pourraient, elles, valoir 4,5 milliards de dollars d’ici à 2021.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
«Les influenceurs façonnent l’avenir du commerce et du marketing de contenu»
Financement de la tech : des engagements trop tardifs ?
Betao AB, Gandi, Groupe ADSN : focus sur les offres d’emploi du jour
Apple Arcade
Jeux vidéo: quel public pour Apple Arcade?
[Tribune] French Tech: ambition et humilité ne sont pas contradictoires…
AssurTech : l’approche prédictive de Luko pour dépoussiérer l’assurance habitation
Copy link