ActualitéBusinessMediaTech

Désinformation: face aux géants de la Tech, les médias réclament à l’UE « des mesures plus fortes »

AFP

Des organisations représentant des radiodiffuseurs, des éditeurs et des journalistes ont réclamé lundi à la Commission européenne « des mesures plus fortes » face aux plateformes Internet (Google, Facebook…) pour lutter contre la désinformation. Cette « déclaration conjointe », signée notamment par la Fédération européenne des journalistes, le Conseil européen des éditeurs et l’Association des Télévisions commerciales européennes (ACT), est publiée après la présentation mercredi par Bruxelles de nouvelles mesures contre la désinformation, suscitée par la pandémie de Covid-19.

Les signataires se disent « alarmés par l’augmentation de la désinformation en ligne pendant la pandémie », qui a eu « un impact dévastateur sur les efforts de santé publique ». Ils considèrent que le « code de bonnes pratiques » européen, signé en 2018 par les plateformes internet, « s’est révélé inadéquat pour traiter la source et les moteurs de la désinformation propagée en ligne ». « Il est urgent de disposer d’instruments efficaces pour mieux évaluer et traiter le problème avec succès », écrivent-ils, estimant que « l’Europe dépend trop de la bonne volonté des acteurs systémiques ».

Parmi les « mesures beaucoup plus strictes » réclamées, figure « un régime de sanctions » pour garantir que « les cosignataires du code de bonnes pratiques soient incités à agir ». Ces mesures doivent « stimuler plutôt que pénaliser les médias », c’est-à-dire qu’elles « doivent garantir la liberté journalistique, les droits fondamentaux et la liberté éditoriale ». Enfin, ils demandent que le dialogue avec les plateformes s’effectue de manière plus « structurée », alors qu’«un certain nombre de commissaires » traite directement avec des plateformes.

Susciter la « confiance »

L’UE a appelé la semaine passée les géants du net à en faire davantage pour lutter contre l’«énorme vague de désinformation » suscitée par la pandémie, en publiant un rapport mensuel sur les actions mises en oeuvre. Ces rapports devront porter sur la nature de la désinformation, la dimension du réseau impliqué, son origine géopolitique et l’audience ciblée, avait expliqué la vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Vera Jourova.

La démarche repose sur la bonne volonté des plateformes, mais il est selon elle dans leur intérêt de susciter la « confiance » de leurs utilisateurs. La pandémie a déjà conduit l’UE à demander aux plateformes de mettre en avant les informations des autorités de santé comme l’OMS, et de retirer les publicités pour de faux médicaments notamment. 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Désinformation: face aux géants de la Tech, les médias réclament à l’UE « des mesures plus fortes »
Walmart achète des actifs de JoyRun pour compléter son service de livraison
En route vers une consolidation du marché des VTC
Dans sa course contre TikTok, Snapchat lance Spotlight pour séduire les jeunes utilisateurs
Radio France
Radioplayer France: les principales radios françaises lanceront une plateforme commune en 2021
snapchat
Snap poursuit ses ambitions dans les technologies vocales avec une nouvelle acquisition
États-Unis: le compte Twitter officiel du président sera transféré à Joe Biden le jour de l’investiture