ActualitéBusinessRetail & eCommerce

eBay confirme la suppression de 2 400 emplois

L’information circulait depuis début décembre, la voici confirmée : eBay annonce ce 21 janvier s’apprêter à supprimer 2 400 emplois d’ici la fin du premier trimestre 2015. Cela représente une réduction d’effectifs de 7%.

Le groupe avait annoncé en septembre avoir décidé de séparer PayPal de ses activités historiques. Une scission qu’avait réclamée durant des mois Carl Icahn, un des actionnaires d’eBay, comme d’autres d’ailleurs. Plus rentable que PayPal mais disposant d’une plus faible croissance, eBay est potentiellement plus en proie à un rachat en poursuivant son activité indépendamment, et cette suppression d’emplois diminuera les coûts opérationnels, qui avaient bondi de 14% sur les neuf premiers mois de l’année 2014.

Dans un document présentant ses résultats publié ce jeudi, l’entreprise américaine cotée au Nasdaq indique prévoir entre 4,35 et 4,45 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur le trimestre en cours soir moins que ce à quoi s’attendait le marché. Basé à San José en Californie, le groupe dit « explorer des options stratégiques », dont une vente ou une entrée en Bourse, pour sa branche Enterprise, qui offre des services aux grandes sociétés de distribution dans le domaine du e-commerce. Il affiche 41 millions de dollars – soit 35 millions d’euros – de pertes sur l’année 2014, après avoir dégagé un bénéfice de 2,9 milliards de dollars sur 2013. Des pertes liées à une lourde charge fiscale, selon le document publié ce jour.

Tags

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
eBay confirme la suppression de 2 400 emplois
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link