Arts et CultureFrenchTechNantesTech

[FrenchWeb Tour Nantes] Clever Cloud : « Nous avons déjà 400 machines physiques rackées en production »

Fondée il y a deux ans par Quentin Adam, la start-up française Clever Cloud a lancé officiellement en octobre dernier son service de cloud computing de type PaaS (platform as a service).

Clever Cloud affirme s’adapter automatiquement pour délivrer les performances nécessaires aux applications et sites web hébergés. La seconde spécificité du service réside dans sa capacité à supporter plusieurs langages web de façon universelle (PHP, Java, Ruby et Scala).

En somme, Clever Cloud s’attache à respecter la promesse du cloud computing qui consiste à ce que l’hébergement informatique devienne quelque chose dont les gens ne s’occupent plus. Un concept notamment soutenu par le fonds Kima Ventures, qui est entré au capital de la start-up début 2012.

Les prochains enjeux de la jeune pousse : poursuivre une démarche « follow the sun » et renforcer sa frappe commerciale. Les détails avec Quentin Adam.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Un commentaire

  1. bonjour,

    Cette start-up née en 2010 a l’air intéressante.

    Un client pourrait-il donner son témoignage, une sorte de benchmark ou de point de vue ?

    Comment se place-t-il face à la concurrence
    – AWS
    – OVH Cloud
    – Rackspace
    – les 2 siamois Numergy et Cloudwatt ?

    cdt

[FrenchWeb Tour Nantes] Clever Cloud : « Nous avons déjà 400 machines physiques rackées en production »
Comment WeMaintain veut dépoussiérer la maintenance des ascenseurs
Google va publier les données de localisation de ses utilisateurs pour aider à la lutte du Covid-19
Semi-conducteurs: le Néerlandais NXP injecte 8 millions d’euros dans le Grenoblois Kalray
Coronavirus: Edouard Philippe envisage une app qui localiserait les personnes infectées
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
OneWeb: 5 questions après la faillite de la constellation de satellites
Copy link