Arts et CultureFrenchTechNantesTech

[FrenchWeb Tour Nantes] Clever Cloud : « Nous avons déjà 400 machines physiques rackées en production »

Fondée il y a deux ans par Quentin Adam, la start-up française Clever Cloud a lancé officiellement en octobre dernier son service de cloud computing de type PaaS (platform as a service).

Clever Cloud affirme s’adapter automatiquement pour délivrer les performances nécessaires aux applications et sites web hébergés. La seconde spécificité du service réside dans sa capacité à supporter plusieurs langages web de façon universelle (PHP, Java, Ruby et Scala).

En somme, Clever Cloud s’attache à respecter la promesse du cloud computing qui consiste à ce que l’hébergement informatique devienne quelque chose dont les gens ne s’occupent plus. Un concept notamment soutenu par le fonds Kima Ventures, qui est entré au capital de la start-up début 2012.

Les prochains enjeux de la jeune pousse : poursuivre une démarche « follow the sun » et renforcer sa frappe commerciale. Les détails avec Quentin Adam.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. bonjour,

    Cette start-up née en 2010 a l’air intéressante.

    Un client pourrait-il donner son témoignage, une sorte de benchmark ou de point de vue ?

    Comment se place-t-il face à la concurrence
    – AWS
    – OVH Cloud
    – Rackspace
    – les 2 siamois Numergy et Cloudwatt ?

    cdt

Bouton retour en haut de la page
[FrenchWeb Tour Nantes] Clever Cloud : « Nous avons déjà 400 machines physiques rackées en production »
Acheel
Acheel, nouvel acteur français de l’AssurTech, lève 29 millions d’euros auprès de Xavier Niel
NFT: les enchères d’œuvres numériques débarquent en France
Cloud: comment la France veut s’émanciper des géants américains
Axa
Cyberattaque: Axa Partners victime d’un rançongiciel en Asie
Cybersécurité: Londres appelle à une coalition internationale face à la menace d’acteurs étatiques
Boosté par les GAFAM, le fleuron français des câbles sous-marins ASN espère doubler ses revenus