Frenchweb recrute un chef de projet editorial et un responsable partenariats
BusinessIndustrieIntelligence ArtificielleLes contributeursLes ExpertsMarketing & CommunicationTech

IA: Entre chaos et progrès

Par Philippe Guillaud, CTO chez MUZEEK

“Nous aurons le destin que nous aurons mérité” — Albert Einstein

Je vais vous parler de l’IA, non du point de vue du geek qui s’émerveille en parlant a son Google Home ou qui regarde sa voiture conduire toute seule, mais plutôt du point de vue de son impact sur la vraie vie de vrais gens. Ceci n’est que le reflet de mes propres convictions. Bien entendu, une conviction n’est pas une prévision … ou presque.

La révolution de l’IA en 3 étapes distinctes:

1/ La maîtrise de l’adaptabilité par le robot.

Ceci représente le premier niveau de l’injection d’intelligence artificielle dans les structures de production à forte main d’oeuvre humaine. Pourquoi le textile est il fabriqué dans les pays à faible coup de main d’oeuvre ?.

Pourquoi trouve t’on encore des ouvriers sur les chaînes d’assemblage de voitures ou de téléphones?

 

Dans les faits, il y a encore cette petite part d’imprévisibilité, chaque pièce de tissu nécessite d’être alignée, retournée, ajustée, contrôlée et correctement présentée à la machine. De même dans une ligne d’assemblage ou les petites opérations, les ajustements, toutes ces petites choses qui nécessitent une collaboration entre l’oeil, le geste et la décision en temps réel.

Aujourd’hui, l’homme domine cette partie sur la machine.

Demain et grâce aux progrès fulgurants dans les domaines de la reconnaissance de forme, la précision des moteurs, la capacité de “toucher”, le robot saura faire ces tâches et se posera alors la question du remplacement de ces millions d’ouvriers par une unité robotisée. Elle fera aussi bien dès le premier jour et fera de mieux en mieux au fil du temps grâce à sa capacité de “learning”. Aujourd’hui, chaque ouvrier développe petit à petit cette expérience mais en demeure le seul propriétaire, c’est ce que l’on appelle le savoir faire.

Demain, chaque unité robotisée mettra à disposition de l’ensemble des autres robots son “vécu”, son “expérience”, ses erreurs. Et ainsi, cette énorme banque de données d’experience apportera un bond en avant énorme en terme de productivité.

2/ La maîtrise de la persuasion par le robot.

Tout le monde a un jour dans sa vie eu affaire à un bon vendeur de voiture, un bon vendeur de canapé ou d’électroménager. Sans oublier bien sur les télévendeurs, ceux qui agissent sur votre décision par le simple fait de vous parler sans même vous voir. Leur capacité à vous persuader d’acheter le produit est extraordinaire. Ils ont cette force a vous écouter, gauger de vos émotions, argumenter et vous construire une histoire qui finalement vous convaincra.

Dans les faits, chaque individu est différent mais les émotions qui entrent en jeu dans la prise de décision sont les mêmes.

La technologie d’aujourd’hui permet de reconnaître votre voix, de comprendre ce que vous dites sans vraiment vous connaitre (Siri, Alexa, Google Home, etc).

Un polygraphe (ou détecteur de mensonge) a besoin de connaître vos signaux corporels (pulsations cardiaques, transpiration, etc) pour déterminer si vous mentez.

Demain, la machine saura capter ces facteurs dans votre voix, la nervosité, le stress, l’excitation, la joie, le plaisir et ainsi collecter ces données précieuses lui permettant de s’adapter à vous et argumenter avec vous. La machine contrôlera l’échange et vous convaincra tout aussi bien que le télévendeur aujourd’hui. En toute logique, il vous sera même impossible de déterminer si un humain ou un robot est au bout du fil. Il reconnaîtra votre accent, adaptera le sien en conséquence pour s’insérer immédiatement dans votre cercle de mise en confiance.

Cette capacité de persuasion sera le deuxième étage de la fusée IA. Que deviendront ces centaines de milliers d’opérateurs, télé vendeurs, techniciens après vente, etc.

3/ La maîtrise de la créativité et de l’innovation par le robot — l’étape ultime de la révolution de l’IA interviendra le jour ou une machine sera capable de créer, d’innover, de concevoir.

D’ici là, la machine aura besoin de l’homme pour être conçue, programmée, imaginée.

Ensuite, elle ne devra plus compter sur l’homme que pour se déplacer, s’installer, fournir les matières premières.

La question de l’échelle de temps

Si tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que l’homme s’adapte et s’est toujours adapté aux changement, nombreux sont ceux qui passent à côté de l’élément essentiel: le facteur temps. L’homme s’adapte à toutes les situations pour peu que cette transformation progressive lui en donne le temps. Ce temps, nous l’estimons a 2 générations.

Il y a 60 ans, spoutnik était le premier satellite envoyé dans l’espace. S’est ensuite suivi une série d’évolutions qui ont petit à petit amené des hommes a vivre dans l’espace durant des mois. Si l’on regarde dans les faits la courbe de l’innovation, nous ne pouvons qu’avoir le vertige face à cette accélération:

De quand datent les premières fusées SpaceX qui retournent à la maison?

Le premier ordinateur capable de battre l’homme au Go?

L’homme a besoin de ce temps d’adaptation tout comme le chien d’il y a 30 ans serait bien incapable de traverser aujourd’hui la rue sans se faire écraser à coup sûr.

Ce facteur temps, nous ne l’avons plus. Tout se déroule à vitesse accélérée sous nos yeux et bientôt, l’intelligence robotique sera partout.

Toute la planète se mobilise contre le réchauffement climatique, annonciateur de bouleversements climatiques énormes.

Mais qui se mobilise pour expliquer, maîtriser et se préparer au réchauffement technologique aux futurs effets bien plus visibles dans notre vie de tous les jours?

Que l’on ne s’y méprenne pas: l’arrivée des robots intelligents est une chance formidable pour l’humanité. Il ne s’agit pas de la stopper mais il s’agit de l’accompagner dans son insertion auprès des populations, et pour le moment, force est de constater que tous les gouvernements commencent à peine à soulever les premières pages du dossier.

Gouverner avec cette révolution

Gouverner c’est prévoir. En réalité, les gouvernements n’appliquent plus cet adage depuis longtemps lorsqu’il s’agit de technologie et leur premier réflexe consiste à l’interdire.

Regardez l’interdiction progressive des crypto currencies (le Bitcoin), la restriction de zones de vol face à l’arrivée massive des drones à usage récréatifs, l’interdiction faite aux véhicules autonomes de circuler sur les routes Californiennes, l’interdiction du fracking pour extraire les ressources naturelles.

En réalité, les choses vont trop vite pour les machines gouvernementales, les législateurs, les politiques. Finalement, le réflexe d’interdire, de limiter, de brider est plutôt un signe positif de réactivité pour un gouvernement. C’est le signe qu’il est à l’écoute des bouleversements sans toutefois avoir la capacité de les accompagner, dans un premier temps du moins.

L’évolution rapide de l’IA va avoir comme conséquence une augmentation importante du chômage de masse. Dans l’ordre seront touche en premier lieu les populations à faible niveau de qualification, les millions d’opérateurs dans les pays en voie de développement. Se posera la question de l’existence même de ces usines dans ces pays puisque tout sera automatisé. Les décisions se feront sur la base du coût d’électricité, la distance entre le produit et son marché, bref, le coût de la main d’oeuvre sera négligeable.

Cette main d’oeuvre au chômage devra s’occuper et sera un facteur d’instabilité politique si elle n’est pas canalisée. Les secteurs de l’entertainment et du jeu vidéo connaîtront une croissance importante.

L’impossible reconversion de certaines catégories

Peut on convertir un ouvrier en ingénieur? En l’état, Elon Musk tout comme des chercheurs … ne le pensent pas et c’est ainsi que Elon Musk a investi des sommes importantes dans une startup mettant au point une puce qui, une fois insérée dans votre cerveau, permettra de booster votre QI.

Les formations doivent se transformer

Une étude de World Economic Forum stipule que 65% des enfants actuellement en école élémentaire auront un métier qui n’existe pas encore.

  • Ce que ça veut dire
  • Comment se préparer
  • Quoi enseigner

Pensée logique et analogique à développer chez l’enfant.

La feuille de route du politique et du citoyen

La course contre la montre est engagée. Les gouvernements interdisent ce qu’ils ne maîtrisent pas ou n’ont pas eu le temps de maitriser (exemple: crypto currencies, drones, fracking, etc)

Freiner l’innovation pour mieux maîtriser son impact sur les sociétés. Voici ce qui nous semble être la ligne a suivre. Freiner ne voulant pas dire interdire mais plutôt mieux cibler les financements aux startups et orienter ces moyens vers des projets qui prennent en compte l’impact humain dans leur processus de développement.

La machine ne remplace jamais le contact humain qui nous est cher et c’est la raison pour laquelle ce dernier doit être préservé, restauré, amplifié.

Le contributeur :

 

Investisseur et CTO chez MUZEEK

Ambassadeur de la FrenchTech

Tags

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This