BusinessLes contributeursLes ExpertsTech

Les gammes applicatives

Par Laurène Pinaud, Business Developper chez Technicis Group

Les critères clés du succès d’une application sont la performance, la rapidité et les outils disponibles. Dans cet article, vous aurez un aperçu des qualités des gammes applicatives, de ce qu’elles offrent comme fonctionnalités, de leurs inconvénients.

Les 3 gammes applicatives sont:

  • Web App
  • Hybride / Cross-Plateforme
  • Native

Web-App, notion de facilité?

Comme tout le monde le sait, l’humain est partisan du moindre effort. La Web-App est un site Web mobile. C’est un code modifiable et accepté par tous les navigateurs. Ces Web-Apps ont l’avantage d’être développées très rapidement pour un coût dérisoire. Cela dit, elles ne présentent pas les mêmes qualités techniques qu’une application. Par exemple: certaines fonctionnalités du Smartphone ne seront pas accessibles (annuaire notamment). Si vous voulez faire développer une application avec des fonctionnalités spécifiques, il va de soi que la Web-App n’est pas l’option gagnante.

Cross-Plateforme, l’hybride

Les applications hybrides sont un mixe entre du natif et du HTML5. C’est-à-dire que du HTML5 sera intégré dans un framework natif. Titanium est un logiciel parmi d’autres (comme PhoneGap, Rhodes, Corona) dont la licence permet la libre redistribution, donne l’accès au code source et créer des applications mobiles avec des éléments d’interface native. Ces applications hybrides fonctionnent simultanément sur IOS et Android, avec des technologies Web. Les développeurs peuvent donc éviter la peine d’apprendre Objective-C ou Java et utiliser à la place leurs compétences en Javascript, HTML5 et CSS pour construire des applications qui, cerise sur le gâteau, fonctionnent à la fois sur iPhone, Android, Blackberry et iPad. Ce développement a l’avantage d’être fait à moindre coût puisqu’il ne nécessite pas de développement spécifique (nous nous basons sur un seul code). MAIS: ce développement présente des lacunes en terme technique. À terme, il devient insuffisant pour l’utilisateur.

VisionMobile avait fait une étude sur le combat entre hybride et natif (un peu comme vampire et loup-garou) appelée «How can HTML5 compete with native». Ce cabinet souligne très justement que les utilisateurs s’expriment plus sur leurs opinions que sur des faits. Voici donc les faits: les développeurs utilisent l’HTML5 pour le code de portabilité qu’offre le cross-plateforme, les faibles coûts de développement. Mais ce qui les stoppe le plus ce sont les problèmes de performances, la difficulté à intégrer les éléments natifs, le manque de frameworks matures et le fait que ce développement n’est pas aussi profitable qu’un fait en natif.

Le HTML5 est lent par définition. Le marché du HTML5 a encore besoin d’évoluer pour devenir aussi bon que celui du natif.

La qualité du natif

On y vient: le natif, c’est l’utilisation de toutes les fonctionnalités de l’appareil. C’est un contenu optimisé au maximum pour une navigation adaptée au device. Les développements en natif adoptent de nouveaux modèles économiques comme «Freemium» et permettent de disposer d’une plateforme de distribution dédiée. Bien entendu, qui dit bien, dit cher.

La phase de développement est plus longue et chère que celle utilisée pour les Web-App et les Hybrides. Qui plus est, il faut assurer la maintenance de l’application sur la durée, ce qui augmente d’avantage les coûts de développement. En HTML5, une application est aussi performante qu’une étant en natif: «… the lesson we’ve learnt over the last 12 months has been the cost in time, effort and testing to bring an HTML5 application to a native level of performance seems to be far greater than if the application was built with native technologies from the get-go».

La contributrice:

Laurène Pinaud est Business Developper chez Technicis Group spécialisée dans le domaine de l’IT et des agences de communication. Passionnée par le digital, elle écrit depuis des années des articles sur les nouvelles technologies, les applications mobiles, les tendances digitales…

Tags

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This