/ EtudesData RoomEtudes

Les tendances UX et webdesign 2018

Février est déjà là, mais il est encore temps de se mettre à jour sur les tendances qui vont rythmer l’année des acteurs du digital. Aujourd’hui, c’est l’agence Vanksen qui s’y colle, avec cette étude qui apporte un point de vue dans le domaine du graphisme et de l’user experience. Alors, quels sont les marqueurs qui seront so 2018 en termes d’UX et de webdesign ?

Cinemagraph, dégradés, Masta Typo, Serif, NLF, Full screen search, Split Screen, design asymétrique… Cette année, ce n’est pas la technique qui va façonner le web comme on aurait pu le voir dernièrement avec l’avènement du mobile et ensuite de la vidéo, par exemple. Nous revoyons plutôt des éléments de design déjà connus refaire leur apparition. Le split screen, (2015), le cinemagraph (2013) en sont de bons exemples.

Les créatifs, experts UX et SEO de Vanksen ont analysé, chacun aux travers de leurs expertises respectives, ces grandes tendances selon trois faisceaux : architecture (organisation et structuration de l’information selon les besoins des utilisateurs), esthétique (nouveaux courants graphiques), interaction (animation et engagements).

Comment bien utiliser les Masta Typo (police de caractères massives) sans fatiguer l’utilisateur ? Comment implémenter un full screen search en préservant son SEO ? Bien mettre en place une page de style bot ? Ou céder à la vogue du cinemagraph ?

Les réponses sont ici.

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets. Chief Content Officer Decode Media
Les tendances UX et webdesign 2018
[Livre Blanc] RGPD 1 an après, quel impact sur les programmes de fidélité ?
[Livre Blanc] Le guide pratique du feedback client
Product Management Thiga
[Livre Blanc] Product Management: l’organisation produit des meilleures entreprises
[Livre Blanc] L’art du storytelling de marque
[Livre Blanc] Game of Fraude : le retour du DAF !
Paolin Pascot (Agriconomie): les nouvelles technologies permettent à l’agriculteur «de prévoir plutôt que de subir»
Copy link