ActualitéBordeauxBusinessHR TechTech

[Made in Bordeaux] Coronavirus: ces entrepreneurs qui préparent l’après-crise

Par Aurore Vinzerich et Jacques Froissant, correspondants FrenchWeb

Ils travaillent dans le secteur de la finance, de la santé, de la formation, de la cybersécurité ou du marketing. Ils ont décidé de partager avec nous leur expérience confinée du moment et surtout leur énergie pour attaquer la reprise avec panache ! « À chaque période difficile où les entrepreneurs doivent se relever, on s’appuie en général sur l’énergie, la fidélité et la solidarité. Aujourd’hui, en cette période de crise sanitaire et économique, ces mots résonnent avec beaucoup de force. Les vertus de la cohésion, du collaboratif et du travail d’équipe sont nécessaires pour franchir les obstacles rencontrés par chaque entreprise. Alors, prenons le chemin de la résilience et de l’unité ! » Cyril Texier, président de French Tech Bordeaux.

Tresoria – Tiffany Tinperman (CEO & co-fondatrice)

Tresoria est un éditeur de logiciel de trésorerie et courtier en crédit.

Comment vivez-vous le confinement au sein de votre société ?

Afin de protéger nos collaborateurs, nous avons décidé dès le vendredi 13 mars d’instaurer le télétravail. Nous utilisions déjà les outils nécessaires pour le travail à distance, donc tout s’est fait rapidement. Concernant l’organisation, c’est un appel vidéo collectif par pôle de travail le matin et un le soir. Nous insistons sur “vidéo” car c’est important de ne pas se sentir isolé. Aussi, nous avons aussi accéléré la mise en place de notre groupe d’entraide sur Facebook : « tresoria community : gestion de trésorerie », où nous ont rejoint de belles FinTechs comme Libeo, Finexkap, Qard, Miimosa et Gcollect…

Est-ce que vous avez développé une solution/offre/organisation de travail durant cette période, que vous allez conserver pour la suite ?

Oui ! Nous avons mis en place pour les chefs d’entreprise un « tréso diag » sur le financement et la gestion de trésorerie. Nous participons à l’effort collectif en offrant une heure de notre expertise pour accompagner les entrepreneurs dans les démarches actuelles (PGE, BPI, diverses aides… et les préparer à la reprise !) Nous envisageons, à terme, de conserver ce diagnostic, très apprécié. Nous sommes même en train de l’automatiser au travers d’un chabot.

Qu’est-ce que vous mettez en place au sein de vos équipes pour préparer la reprise ?

Chez Trésoria, nous ne parlons pas « vraiment » de reprise puisque nous n’avons pas arrêté. Au contraire, même s’il est vrai que l’activité financement est ralentie, notre expertise et notre expérience avec les TPE/PME françaises n’ont jamais été aussi précieuses. Nous orientons et aidons les chefs d’entreprise à faire les bons choix, à se poser les bonnes questions.

Racontez-nous une anecdote marrante vécue pendant ce confinement.

Aurélie Sergent (co-fondatrice) se déguise en fonction de l’actualité tous les matins pour motiver les équipes : casque de chantier quand on parle business, masque de ski quand il a neigé après avoir fait 20° la veille, masque pour se protéger du virus… elle nous sort toute sa panoplie et ça fait du bien de rire pour commencer la journée !

Noci.io – Guilhaume Feregotto (associé & directeur commercial)

Guilhaume Feregotto – Crédit Guillaume Gagnaire

Noci.io (ex digital’ize) propose des des conseillers virtuels (chatbot/chat) aux enseignes web afin de guider chacun de leurs visiteurs de manière personnelle en seulement quelques secondes.

Comment vivez-vous le confinement au sein de votre société ?

Depuis le début du confinement, nous avons décelé un ralentissement de l’activité et des gels d’investissements de nos clients/prospects. Pour cette raison nous avons décidé de mettre au chômage partiel toute notre équipe. Seul un des associés et notre stagiaire marketing d’enfer restent à 100%. Les deux autres associés, dont moi, jonglons entre la garde de nos enfants et apporter de l’aide quand nous le pouvons à notre équipe réduite.

Est-ce que vous avez développé une solution/offre/organisation de travail durant cette période, que vous allez conserver pour la suite ?

Des les premiers jours, nous avons mesuré évidemment l’impact sanitaire, mais aussi économique que le covid allait engendrer. C’est pourquoi nous avons décidé de rendre accessible certaines de nos fonctionnalités gratuitement et d’autres à des tarifs plus avantageux. C’est notre petite contribution pour aider les sites à faire face à cette crise… tout en maintenant un lien avec nos clients pour connaître leurs besoins actuels et futurs.

Qu’est-ce que vous mettez en place au sein de vos équipes pour préparer la reprise ?

Nous préparons ce que nous ne prenions pas assez le temps de faire auparavant : un nouveau site web, une stratégie de communication, la préparation de nouvelles fonctionnalités pour répondre à de nombreux besoins clients et prospects actuel, notre pipe commercial de reprise ainsi que notre approche d’après confinement. Mais également l’organisation des bureaux que nous partageons avec nos deux amis Archidvisor et Wanteeed afin de maintenir les gestes barrières après le 11 mai.

Racontez-nous une anecdote marrante vécue pendant ce confinement.

Lors d’une visioconférence avec un de nos clients, mon fils de 2 ans et demi s’est réveillé de la sieste et est venu en courant au salon avec une passoire sur la tête pour faire un spectacle avec sa petite trompette et maracas. Cela a bien fait rire notre client qui possède justement une société en lien avec les tous petits. La suite de la visio s’est faite à trois, avec mon fils à mes côtés qui discutait avec notre client. Après tout, c’est aussi ça la vraie vie, et ce n’est pas pour autant que nous sommes moins crédibles… mais justement tout aussi égaux les uns les autres.

SomanyWays – Anaïs Georgelin (fondatrice)

SomanyWays propose des parcours de formation pour permettre à chacun de retrouver du sens au travail et aide les managers à développer l’engagement de leurs équipes.

Comment vivez-vous le confinement au sein de votre société ?

L’équipe est entre Bordeaux, Paris et Lille. Nous avons donc l’habitude du télétravail. Tout était déjà en place chez nous pour bien collaborer à distance. En revanche, notre activité a été très impactée (- 30% de CA annuel) car nous avons encore beaucoup de formation délivrée en présentiel.

Est-ce que vous avez développé une solution/offre/organisation de travail durant cette période, que vous allez conserver pour la suite ?

Ces dernières semaines, notre équipe s’est mobilisée comme jamais pour finaliser la digitalisation de nos formations. Le chantier avait été largement initié avant la crise, et ce « temps calme » s’est avéré particulièrement propice à la créativité, élément nécessaire pour reproduire en digital ce qui fait l’ADN de somanyWays : l’humain et le collectif.

Qu’est-ce que vous mettez en place au sein de vos équipes pour préparer la reprise ?

On rêve à ce que l’on va faire pendant notre prochain séminaire d’équipe. Dès que nous pourrons, nous avons prévu de tous nous retrouver au vert !

Racontez-nous une anecdote marrante vécue pendant ce confinement. Le jour où, à l’occasion de notre apéro virtuel du vendredi soir, une personne de l’équipe nous a annoncé avoir un petit ami « virtuel »… déniché par temps de confinement.

eShard – Hugues Thiebeauld (co-fondateur & CEO)

Hugues Thiebeauld – CREDIT eShard

eShard développe des logiciels et fournit du service d’expertise dans la cybersécurité des objets mobiles et connectés.

Comment vivez-vous le confinement au sein de votre société ?

Nous le vivons bien. C’était déjà dans notre façon de fonctionner, car nous avions quelques collègues en télétravail. La bascule s’est faite rapidement et sans heurts: tout le monde s’est mis au télétravail. Nous avons écarté l’option du chômage partiel. Nos outils de travail -que nous développons nous-mêmes pour certains-, nous permettent de travailler de façon efficace à distance.

Est-ce que vous avez développé une solution/offre/organisation de travail durant cette période, que vous allez conserver pour la suite ?

Une fois que nous étions installés, il a fallu tenir sur la durée. Pour certains, déjà, la cohabitation avec les enfants n’est pas évidente. Donc la compréhension et l’empathie ont permis d’avancer. Nous adaptons les plannings et avançons. Puis, la communication entre nous s’est avérée immédiatement un sujet. Il faut créer du lien, donc nous avons créé une newsletter hebdomadaire. Elle fait intervenir tout le monde et témoigne de nos projets, des succès ou fournit des informations stratégiques. Cette newsletter et très appréciée… Quelque chose me dit qu’elle perdurera…

Qu’est-ce que vous mettez en place au sein de vos équipes pour préparer la reprise ?

Nous attendons de voir comment les choses vont évoluer pour réfléchir à la partie opérationnelle. Après tout, le télétravail peut perdurer, ce n’est pas un souci. Après, c’est surtout sur la partie commerciale que nous nous posons beaucoup de questions. Nous nous reposons actuellement sur nos clients existants et la prospection a été figée pendant toutes ces semaines. Pour préparer la reprise, nous anticipons que celle-ci ne se fera pas du tout comme avant. Donc nous partons du principe que les choses continueront à se faire à distance. Nous développons nos contenus pour accélérer dans ce sens: digitaliser notre activité commerciale, éclaircir notre communication, notamment le site web. Pour nous, l’enjeu est là, surtout que nous lançons un nouveau produit en septembre.

Racontez-nous une anecdote marrante vécue pendant ce confinement.

Celle qui me vient en tête est très simple. Quand nous partions en confinement, les uns et les autres se demandaient comment ils allaient travailler chez eux. Je me souviens avoir dit à un collaborateur: « prends ta machine, ton écran, et tu auras tout ». A ce moment, sa tête a exprimé une surprise: même si l’ordinateur de travail n’était pas un portable, il venait de réaliser qu’il était portable quand même.

Satelia – Nicolas Pagès (CEO & fondateur)

Satelia développe une application de télésurveillance pour les patients cardiaques, 100 % remboursée par la sécurité sociale.

Comment vivez-vous le confinement au sein de votre société ?

La culture du digital (dématérialisations, sécurité, télétravail) était déjà implantée. Le confinement est donc bien vécu d’un point de vue professionnel, mais d’un point de vue personnel pour les membres de la team, c’est un peu différent…. Surtout pour les plus jeunes qui sont dans de petits appartements.

Est-ce que vous avez développé une solution/offre/organisation de travail durant cette période, que vous allez conserver pour la suite ?

Cela ne va pas modifier nos pratiques : le travail à l’extérieur des locaux est depuis toujours largement privilégié. Nous avons même une personne qui a fait du télétravail depuis la Réunion pendant plusieurs semaines l’année dernière pour profiter du soleil.

Qu’est-ce que vous mettez en place au sein de vos équipes pour préparer la reprise ?

Tout est une question d’équilibre. Les situations exceptionnelles font partie de la vie des startups. Cet épisode est pour nous une situation exceptionnelle comme une autre, peut-être plus marquante psychologiquement pour les plus jeunes. Les responsables prennent soin de l’équipe, en cette période comme dans les autres périodes. Nous prenons toujours soin des Hommes, de notre produits et du business. Dans cette ordre.

Racontez-nous une anecdote marrante vécue pendant ce confinement.

On a créé notre monde idéal avec les 20 personnes de l’équipe… sur Minecraft.

Les correspondants :

 

Jacques Froissant, Fondateur d’Altaïde en 2000, conseil en Recrutement qui s’est imposé rapidement comme un acteur majeur de l’accompagnement des sociétés innovantes de l’univers digital / numérique.

https://www.altaide.com/ 

https://www.linkedin.com/in/jacquesfroissant/


Aurore Vinzerich est la fondatrice et dirigeante de Madame de la Com’, agence spécialisée dans la communication des startups. Avec 15 années d’expérience dans la Communication et les Relations Presse, Aurore est également intervenante dans plusieurs écoles (SciencesPo, INSEEC…) et est Mentor pour dans des accélérateurs et incubateurs (1Kubator, Théophraste…).

Vous pouvez la retrouver sur son site, son compte Twitter ou LinkedIn.

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Made in Bordeaux] Coronavirus: ces entrepreneurs qui préparent l’après-crise
Nextdoor: le réseau social pour les voisins envisage une IPO de 5 milliards de dollars
Le Français Esker fait ses premiers pas boursiers aux États-Unis
Pourquoi Auchan Retail cède sa filiale chinoise à Alibaba
Uber: les chauffeurs divisés sur le référendum qui déterminera leur statut
« La 5G est un non-sujet: on attend encore une 4G de qualité »
Avec SingPass, Singapour adopte la reconnaissance faciale pour accéder à ses services administratifs