Actualité

[Made in Bordeaux] French Tech Day, on fait le bilan !

Par Aurore Vinzerich et Jacques Froissant, correspondants FrenchWeb

Alors que s’achève la dernière édition du French Tech Day, le rendez-vous incontournable annuel de l’association French Tech Bordeaux, c’est une fois de plus une mobilisation record de l’écosystème technologique et innovant qui est enregistrée. 2 699 personnes s’étaient inscrites à l’événement, non refroidies par les grèves et la tempête!

Cette année, le programme avait été enrichi, avec une matinée d’échanges autour de la solidarité entrepreneuriale et des 13 lauréats du French Tech Tremplin, un Job Connect avec 300 CDI à pourvoir et plus de 1000 candidats venus rencontrer les entreprises, une Startup Battle avec un pass pour le CES de Las Vegas remporté par CibleR et les prises de parole très inspirées d’Adeline Braescu-Kerlan (directrice du groupe SOS Tech) et d’Anne Bioulac (directrice générale d’Augustus Intelligence).

« Notre objectif premier est de fédérer l’écosystème, de créer un Hub d’entraide pour les entrepreneurs du territoire. Pour cela, nous multiplions les échanges avec les entreprises pour déployer des outils et des événements concrets qui répondent à leurs besoins. Nous croyons en la puissance de la solidarité entrepreneuriale, d’autant plus quand nous voyons les nombreuses interactions entre les entreprises du territoire, comme nous avons pu l’apprécier lors du French Tech Day!», commente Cyril Texier, président de la French Tech Bordeaux et co-fondateur de dydu. 

And the winner is…

CibleR, le grand vainqueur de la Startup Battle

La première édition de la Startup Battle, dont la finale a eu lieu durant le French Tech Day, proposait un concept simple: 16 startups sélectionnées par des structures d’accompagnement s’affrontaient pour tenter de remporter un pass visiteur pour le CES de Las Vegas. Nous avons eu le plaisir de découvrir ou redécouvrir les sociétés suivantes: La Voyageuse (Pépinière des Chartrons), Move Your Buddy (Héméra), Nuage (1kubator), Neonoos (Pépinière Le Campement), Serenity (Ubee Lab), CibleR (Village by CA), Meditect (Unitec), Viji (Business Nursery), Coven (Technowest), Solette (Les Premières, Gleeph (Théophraste), Toopi Organics (La Coursive), MyEli (incubateur Inseec), GAT (Communauté French Tech Limousin), Magik Eduk (Communauté French Tech Atlantic Valley) et Neocov (Communauté French Tech Lot-et-Garonne). A l’issue de battles acharnées, le grand vainqueur a été….. CibleR!

1. Erwan Simon, pouvez-vous vous présenter et présenter CibleR?

Passionné de technologies depuis longtemps, des études d’ingénieur et en intelligence économique, j’ai démarré dans un grand groupe industriel français, AREVA, sur les sujets d’intégration des startups & PME, d’abord aux Etats-Unis puis en France. En 2014, j’ai rejoint Cdiscount et le Groupe Casino au sein de la stratégie pour développer le programme de fidélité Cdiscount à Volonté. En 2017, j’ai décidé de franchir le cap de l’entrepreneuriat, avec le lancement de CibleR, épaulé par 2 co-fondateurs rencontrés chez Cdiscount.

Cibler redonne du sens à la générosité client pour réduire la nuisance des promotions massives, tant sur l’image des marques que sur leur rentabilité à court terme. Destinée aux services marketing d’acteurs de tout secteur, comme L’Occitane, Cdiscount, EDF, BPI France, Jardin Déco, CibleR est une plateforme SaaS d’IA capable de mieux comprendre en temps-réel les intentions des consommateurs grâce à un algorithme de marketing prédictif et de personnaliser les offres et promotions. Lauréat des Trophées Innovation Leclerc en octobre dernier, nous sommes dans une phase très rapide d’accélérationcommerciale.

 2. Pourquoi avez-vous participé au Startup Battle?

Il y a deux raisons majeures pour lesquelles nous avons participé au Startup Battle. Déjà, cela nous a permis de présenter CibleR à tout l’écosystème régional et de témoigner l’importance de notre collaboration avec le Village by CA Aquitaine, aux côtés de qui nous avons la chance de nous développer. Ensuite, participer au Startup Battle constituait une opportunité de participer au CES et au NRF, deux événements incontournables pour nous et les innovations marketing que nous concevons.

 3. Quelles sont les perspectives offertes par cette victoire?

Grâce à notre victoire, nous allons pouvoir lancer avec un maximum de visibilité notre module e-commerce en France, mais aussi aux Etats-Unis, territoire que nous ouvrons tout juste. Cela nous permet également de montrer à tous que les promotions massives sont du passé et qu’il est possible d’imaginer une nouvelle expérience utilisateur grâce à la générosité clients et aux promotions intelligentes.

Les correspondants :

 

Jacques Froissant, Fondateur d’Altaïde en 2000, conseil en Recrutement qui s’est imposé rapidement comme un acteur majeur de l’accompagnement des sociétés innovantes de l’univers digital / numérique.

https://www.altaide.com/ 

https://www.linkedin.com/in/jacquesfroissant/


Aurore Vinzerich est la fondatrice et dirigeante de Madame de la Com’, agence spécialisée dans la communication.

unication des start-up. Avec 15 années d’expérience dans la Communication et les Relations Presse, Aurore est également intervenante dans plusieurs écoles (SciencesPo, INSEEC…) et est Mentor pour dans des accélérateurs et incubateurs (1Kubator, Théophraste…).

Vous pouvez la retrouver sur son site, son compte Twitter ou LinkedIn

Tags

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Made in Bordeaux] French Tech Day, on fait le bilan !
Loi Avia, Twitter : La régulation des plateformes numériques au cœur des débats
Navigation: des drones au cœur du nouveau système anti-mines franco-britannique
[Webinar] Les 6 clefs pour optimiser sa gestion de contenu en entreprise
Après son accrochage avec Twitter, Trump veut limiter la protection dont bénéficient les réseaux sociaux
Innovation frugale : comment mieux innover avec moins de ressources
Tesla autorise Elon Musk à réclamer près de 775 millions de dollars pour sa première paie
Copy link