Actualité

[Made in Océan Indien] BitSika: l’app crypto africaine soutenue par Jack Dorsey, bientôt à l’île Maurice?

Par Vincent Pollet, correspondant FrenchWeb

BitSika, une startup crypto africaine soutenue par le fondateur de Twitter, rencontre un succès fulgurant en ce moment. En effet, cette petite révolution en matière de transfert d’argent en Afrique a récemment atteint le million de dollars de transactions. Prochaine étape: étendre ses services dans certains pays francophones incluant l’île Maurice, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Gabon et le Cameroun.

L’app BitSika veut révolutionner le transfert d’argent en Afrique

Jack Dorsey, PDG de Twitter, estime que la crypto et la blockchain représentent un potentiel inédit pour le développement de l’Afrique. D’ailleurs, il a visé juste en soutenant la startup BitSika, qui vient d’atteindre un nouveau record d’un million de dollars de transactions. L’application permet aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent au Ghana et au Nigéria.

Transparence et faible coût = formule gagnante

Lors de son lancement, l’application était utilisée comme une passerelle, permettant de faire des dons depuis l’étranger. Toutefois, la particularité BitSika réside en sa transparence dans le processus et son faible coût de transactions. Selon le co-fondateur du projet, Atsu Davoh, il a fallu 4 à 5 semaines pour mettre sur pied la première version de l’appli mobile. En attendant qu’elle se fasse une véritable place dans le quotidien des utilisateurs, les développeurs sont satisfaits de sa progression.

Une moyenne de 200 dollars par transaction

Les statistiques disponibles sur le site révèlent que la valeur moyenne de chaque transaction sur la plateforme est d’environ 200 dollars. En plus du transfert des cryptomonnaies, BitSika permet également de transférer des devises fiat (monnaie fiduciaire entièrement contrôlée par les États). L’application étant basée sur la crypto, les transactions et les versements se font avec des devises fiat. Toutefois, ils sont soutenus par une cryptomonnaie en arrière-plan.

Prochain objectif : conquérir le reste de l’Afrique

La startup a reçu un premier investissement non nigérian pour ce type de projet émanant de la société Microtraction. Cette dernière a justifié cette décision par le fait que l’application aurait rendu les paiements transfrontaliers moins coûteux. Les transactions étant transparentes, l’application est facilement auditable. BitSika avait également participé à un programme d’incubation de Binance. Désormais, elle compte étendre ses services dans plusieurs pays francophones tels que l’île Maurice, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Gabon et le Cameroun. BitSika prévoit également de lancer prochainement l’African Stablecoin (ABCD), token conçu à partir du stablecoin de Binance.

Jack et sa vision d’une industrie crypto africaine

Jack Dorsey a depuis toujours mis beaucoup d’espoir dans les projets cryptos africains. Fin 2019, il avait même effectué une tournée dans plusieurs pays du continent. Cela lui a permis de rencontrer plusieurs entrepreneurs africains et il a d’ailleurs signifié son intention de revenir en 2020. D’ailleurs, il a eu l’œil pour certaines startups africaines qui sortent du lot et espère bousculer la crypto-sphère africaine. Le cas de l’application de transfert de cryptos BitSika ne fait que le confirmer.

Notre correspondant :

Vincent Pollet est le co-fondateur d’ICT.io, une plateforme médiatique qui favorise l’innovation, l’esprit d’entreprise, et met l’accent sur les startups dans l’océan Indien.
Tags

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Made in Océan Indien] BitSika: l’app crypto africaine soutenue par Jack Dorsey, bientôt à l’île Maurice?
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link