ActualitéBusinessTech

[Made in océan Indien] Quelle est cette startup mauricienne qui veut digitaliser le secteur médical africain?

Par Vincent Pollet, correspondant FrenchWeb

AfriDoctor / MauriDoc est une entreprise mauricienne innovante active en Afrique et Océan indien depuis deux ans. Sa mission: offrir une plateforme en ligne pour améliorer la gestion des rendez- vous, des historiques des patients et l’administration des cabinets pour les médecins, secrétaires médicales et cliniques à Maurice et en Afrique. Aussi, l’entreprise aide les patients à trouver un médecin à proximité et à prendre un rendez-vous en ligne. Une initiative plus pertinente que jamais en temps de pandémie. Rencontre avec les responsables de l’équipe mauricienne d’AfriDoctor (MauriDoc).

MauriDoc apporte un concept tout nouveau à l’île Maurice. D’où est venue l’idée de lancer cette plateforme?

MauriDoc : Même si l’entreprise est mauricienne, nous avons tout de suite lancé nos activités dans toute l’Afrique en partant d’un constat simple : le secteur médical africain n’est pas assez digitalisé. Les problèmes qui en résultent sont nombreux : manque d’organisation, perte de temps dans la gestion des données patients et administratives qui sont sur papiers, diffusion d’informations archaïque entre acteurs du secteur de la santé… Nos solutions innovantes pour répondre à toutes ces problématiques simplifient la vie des médecins, administrateurs de cliniques, secrétaires et patients. Nous sommes profondément convaincus que le secteur médical doit lui aussi accélérer sa transformation digitale pour le bien de tous!

Une première pour l’île Maurice, parlez-nous de l’évolution de MauriDoc, de son lancement il y a un an à aujourd’hui

Lors du début des activités de MauriDoc, nous avons d’abord rencontré des centaines de médecins, mais aussi responsables de cliniques afin de comprendre leur fonctionnement et adapter nos solutions aux réalités mauriciennes. En effet, lors du lancement à Maurice, notre technologie avait déjà été testée et validée par des centaines de médecins ivoiriens et sénégalais. Néanmoins, les particularités mauriciennes sont nombreuses et notamment le fait que de nombreux médecins travaillent dans plusieurs endroits et travaillent pour beaucoup encore sur agendas papier. Nous avons donc rendu notre plateforme plus ergonomique afin de permettre une utilisation optimale sur différentes localités et adapté nos formations pour passer totalement du papier au numérique.

Avec l’arrivée de la pandémie, les Mauriciens ont-ils été plus nombreux à solliciter les services médicaux en ligne?

Définitivement, la pandémie a eu un impact sur notre activité. La prise de rendez-vous en ligne a augmenté et la téléconsultation également. De plus, nous avions mis en place des initiatives avec nos partenaires afin de contribuer à notre échelle aux Mauriciens en difficulté. Ainsi, avec l’aide de nombreux partenaires, nous avons communiqué pendant toute la période de confinement une liste de médecins de nombreuses spécialités qui offraient des téléconsultations gratuites.

Aussi, avec la SPP (Société des Professionnels en Psychologie) et l’APACP (Association des Praticiens avec une Approche Centrée sur la Personne), nous nous sommes chargés de toute la partie technologique et la coordination d’une hotline gratuite d’écoute pour les personnes en détresse et ayant besoin de parler à des psychologues. Ces actions démontrent la pertinence des nouvelles technologies pour répondre aux besoins de santé des Mauriciens en proposant des plateformes d’échanges entre patients et professionnels.

Quel a été le plus grand challenge pour lancer une plateforme comme MauriDoc à Maurice?

Comme pour chaque innovation, le marché est fragmenté entre plusieurs types d’utilisateurs. Les “early adopters” (médecins, secrétaires et patients intéressés par les nouvelles technologies) furent très intéressés dès le départ. La masse précoce de médecins commence à suivre les premiers adeptes de notre technologie. Ces deux catégories de médecins seront suivies par la majorité tardive et les retardataires comme dans chaque innovation. Notre rôle est de convaincre, former et démontrer à l’utilité du digital auprès des médecins ou patients !

Quelle est la prochaine étape?

Nous sommes une jeune entreprise donc très flexible et comme toute startup nous avons des ambitions internationales. Nous avons donc plein d’étapes devant nous! Nous souhaitons déjà solidifier nos positions dans tous les pays où nous sommes et en particulier sur le marché mauricien. En plus d’affirmer nos positions de leader ou gagner des parts de marché dans certains pays où nous avons de la concurrence, MauriDoc ( AfriDoctor sur le continent) continuera son développement au Bénin et au Gabon cette année. Aussi, nous innovons bien sûr en continu afin de proposer de nouvelles fonctionnalités qui sont étroitement liées aux remontées de nos partenaires médecins avec lesquels nous travaillons au jour le jour.

Quelques chiffres :

  • 3e levée de fonds en cours
  • Plus de 1000 partenaires cliniques, centres de santé, médecins et chaînes médicales
  • Une présence dans 8 pays en Afrique

Notre correspondant :

Vincent Pollet est le co-fondateur d’ICT.io, une plateforme médiatique qui favorise l’innovation, l’esprit d’entreprise, et met l’accent sur les startups dans l’océan Indien.

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Ou bien c’est Made in Africa ou Made in Maurice…mais [Made in océan Indien] c’est du n’importe quoi et c’est ridicule 😉.

Bouton retour en haut de la page
[Made in océan Indien] Quelle est cette startup mauricienne qui veut digitaliser le secteur médical africain?
Darwinbox
RH: Salesforce mène un tour de table de 15 millions de dollars dans cette startup indienne
Robotique chirurgicale: le Grenoblois eCential Robotics lève près de 100 millions d’euros
AssurTech : Leocare lève 15 millions d’euros auprès de Felix Capital, Ventech et Daphni
[Webinar] Pourquoi une solution GED devient essentielle en 2021 ?
kwit
Kwit récolte 1,3 million d’euros auprès de Kima Ventures pour son app anti-tabac
AssurTech : Lovys lève 17 millions d’euros auprès de Heartcore, NewAlpha et Raise