ActualitéBusinessJeux Video

Malgré le succès des jeux Star Wars et FIFA, Electronic Arts trébuche en Bourse

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

L’éditeur de jeux vidéo Electronic Arts (EA) trébuchait en Bourse jeudi après avoir dévoilé des prévisions de revenus un peu décevantes malgré le succès de poids lourds comme FIFA Ultimate Team ou du nouvel opus de Star Wars lancé mi-novembre. « Les ventes du Star Wars: Jedi Fallen Order ont significativement dépassé nos attentes », a remarqué le directeur financier du groupe, Blake Jorgensen, lors d’une conférence téléphonique suivant la diffusion des résultats jeudi. « On avait prévu d’écouler 6 à 8 millions d’unités pour notre année fiscale (se terminant au 31 mars) mais nous avons atteint les 8 millions » fin 2019, a-t-il remarqué. « Nous anticipons désormais la vente de 10 millions d’unités » d’ici fin mars.

Autre réussite selon lui: le jeu de football américain Madden NFL 20 « enregistre la meilleure performance de la franchise Madden en plus de 30 ans d’histoire », a-t-il remarqué. Dans un communiqué, le groupe a aussi mis en avant le fait que le nombre de matches joués sous le mode Ultimate Team de sa franchise FIFA a progressé de 40% sur un an, et que le jeu Sims 4 a dépassé la barre symbolique des 20 millions de joueurs à travers le monde. Le titre d’EA a reculé de jusqu’à 6% jeudi soir dans les échanges électroniques après la clôture de Wall Street et s’affichait encore en baisse de 2,9% à 23h45 GMT.

Les réservations numériques grimpent à 1,12 milliard de dollars

Le groupe prévoit que son chiffre d’affaires ajusté des revenus différés tirés des jeux en ligne s’élève à 1,15 milliard de dollars pour le trimestre en cours, ce qui est un peu en dessous des attentes (1,2 milliard), et à 5,15 milliard pour l’ensemble de son année fiscale, là aussi en dessous des prévisions (5,21 milliards). Le groupe, qui outre le dernier opus de Star Wars a sorti au dernier trimestre 2019 les jeux Plants vs. Zombies: La Bataille de Neighborville, et Need for Speed Heat, ne prévoit aucun lancement d’ici fin mars.

Pour la période allant d’octobre à décembre, ce chiffre d’affaires ajusté dépasse pourtant légèrement les attentes, à 1,98 milliard de dollars. Les réservations numériques (le montant de produits transmis de façon numérique, l’indicateur privilégié du secteur) ont grimpé à 1,12 milliard de dollars, en hausse de 24% sur un an. Les revenus tirés des jeux vendus dans leur boîte ont de leur côté progressé de 23% pour atteindre 469 millions de dollars.

Le groupe a au final engrangé un bénéfice net de 346 millions de dollars, soit 32% de plus qu’un an plus tôt. L’éditeur des Sims (jeu de simulation) et d’Apex Legends (jeu de type « Battle Royale », concurrent du phénomène « Fortnite« ) s’inscrit dans un marché porteur, entre croissance du e-sport et avènement du « cloud gaming » (streaming de jeux vidéo, totalement dématérialisé).

Bouton retour en haut de la page
Malgré le succès des jeux Star Wars et FIFA, Electronic Arts trébuche en Bourse
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
[Série A] RH : Club Employés lève 7 millions d’euros auprès de MAIF Avenir
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media