ActualitéBusinessEuropeFinTechHR Tech

Nouvel exit pour eFounders avec l’acquisition de Briq par Swile

Au cours de la dernière décennie écoulée, eFounders s’est taillé une solide réputation dans l’écosystème des solutions SaaS visant à faciliter le quotidien des entreprises. Fruit de l’imagination de Thibaud Elzière et Quentin Nickmans, le start-up studio franco-belge a ainsi fait émerger des champions de la Tech française et européenne, à l’image d’Aircall, Front ou encore Spendesk.

Aujourd’hui, eFounders tire à nouveau son épingle du jeu avec un nouvel exit. En effet, la jeune pousse Briq, qui est née en 2018 au sein de la structure, vient de se faire racheter par Swile (ex-Lunchr), start-up montpelliéraine qui a décidé de se positionner sur le marché très fermé des titres-restaurants. Avec cette acquisition, la société de Loïc Soubeyrand, également co-fondateur de Teads, confirme pour de bon son virage vers l’engagement collaborateur.

Lancée par Charlène Thouard, Laurent Van Basselaere et Jérémie Sicsic, Briq a développé une solution d’engagement des collaborateurs. Celle-ci vise à aider les entreprises à installer une culture du feedback et de la reconnaissance pour booster la motivation des salariés, notamment en valorisant les comportement engagés qui sont en adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Misant sur la gamification pour améliorer l’engagement et le bien-être des collaborateurs dans leur entreprise, Briq a notamment séduit des sociétés comme Crédit Agricole, AB Tasty ou encore Spendesk. Selon une étude de Swile menée par l’institut Toluna, 41% des employés sont désengagés vis-à-vis de leur entreprise. Par conséquent, le chantier à mener dans ce cadre est immense.

Swile veut aller au-delà des titres-restaurants

Positionnée jusque-là sur un marché occupé notamment par Supermood, qui a levé 5 millions d’euros en septembre dernier, la protégée d’eFounders va entrer dans une nouvelle dimension dans les rangs de Swile. Connue au départ comme une application de commande repas avant de révéler sa véritable ambition en 2018, la start-up française a bouclé un tour de table de 70 millions d’euros en juin 2020 pour gagner du terrain en Europe et au Brésil, mais aussi se diversifier en lançant de nouveaux services RH à destination des entreprises. Une première pierre avait été posée dans la foulée avec le rachat de la start-up Sweevana, une solution de billetterie pour les comités d’entreprise. L’acquisition de Briq vient donc consolider le nouveau positionnement de Swile pour fluidifier la vie en entreprise.

Après avoir débarqué sur un marché oligopolistique, dominé par des géants comme Edenred (Ticket Restaurant), Sodexo, Natixis ou encore le groupe Up (Chèque Déjeuner), et attiré 10 000 entreprises clientes, comme Airbnb, Spotify, Doctolib ou encore Back Market, permettant à la solution de toucher 300 000 utilisateurs, Loïc Soubeyrand voit donc désormais beaucoup plus loin que les titres-restaurants. «Les employeurs ont le pouvoir d’agir positivement sur le quotidien des employés. Ils en tirent eux-mêmes un bénéfice car cela renforce leur engagement vis-à-vis de l’entreprise. Avec le rachat de Briq, nous sommes désormais en mesure de proposer une offre globale aux entreprises, pour soutenir leur pouvoir d’agir positivement sur tous les leviers de l’engagement», indique-t-il.

Lire aussi : 8 ans après sa création, quel bilan pour eFounders ?

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Nouvel exit pour eFounders avec l’acquisition de Briq par Swile
Ekimetrics lève 24 millions d’euros auprès de Tikehau Capital et Bpifrance
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel