A la uneFrenchWeb Day

Quelles sont les sociétés qui s’internationalisent le plus rapidement ?

Il faut compter sur les start-up pour exporter, si l’on en croît une étude* de TextMaster, réalisée dans 15 pays, selon laquelle les sociétés Internet vendent trois fois plus à l’étranger que les entreprises traditionnelles. S’il fallait dresser un portrait-robot de l’entreprise qui réussit son développement à l’international, cette dernière aurait été créée il à y 2 à 5 ans, réaliserait plus de 75% de ses ventes en ligne, disposerait d’un site traduit en 5 langues, et compterait plus de 10 nationalités différentes dans ses effectifs.

Une internationalisation plus rapide

Les sociétés Internet adoptent en effet beaucoup plus rapidement une stratégie d’internationalisation. Ainsi, 47% d’entre elles vendent à l’international dès leur première année d’existence, contre seulement 19% pour leurs homologues «traditionnelles». Le recours à Internet pour commercialiser les biens et services explique notamment cet écart : de fait, plus la part des ventes réalisées en ligne est importante, plus celle des ventes à l’étranger l’est.

graph1

La dématérialisation des canaux de ventes facilite l’internationalisation des jeunes entreprises, et diminue les recours d’une présence physique dans les pays clients, selon l’étude, ce qui se traduit aussi par une différence dans la répartition des effectifs. Alors que les « historiques » s’appuient davantage sur des équipes locales lorsqu’il s’agit de vendre à l’étranger, la plupart des sociétés Internet maintiennent une organisation centralisée dans un seul et même pays. Et, sans surprise, les entreprises dont le site est traduit au moins en cinq langues génèrent cinq fois plus de ventes à l’international, et adressent quatre fois plus de pays.

Les entreprises B2B légèrement en avance

Si les secteurs qui vendent le plus à l’international sont ceux des biens de consommation (38%), des logiciels et des applications (35%) et de la mode et du luxe (34%), c’est dans le secteur du voyage et du tourisme que le délai moyen d’internationalisation est le plus court (2 ans), devant des logiciels et applications (2,3 ans) et les agences de communication (2,5 ans). L’étude souligne également que la France ferait figure d’exception. Alors que les sociétés exportatrices allemandes, italiennes, britanniques ou nord-américaines ciblent majoritairement les pays voisins ou le même continent, leurs consœurs tricolores visent, dans 74% des cas, tous les continents.

graph2
Crédit: TextMaster

En termes de profil, les sociétés qui reposent sur un modèle économique B2B réalisent légèrement plus de ventes à l’international que leurs homologues B2C (29% contre 22%).

*L’étude TextMaster des Champions de l’International vise à comprendre comment les entreprises de différents secteurs et pays gèrent leur développement international. L’étude a été menée entre le 15 septembre et le 14 novembre 2014 auprès d’un échantillon de 724 entreprises dans 15 pays.
Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This