BusinessDecode BusinessTechTVWe Love Innovation

Pourquoi l’Inria veut inciter les chercheurs à se tourner vers l’entrepreneuriat

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Pour les chercheurs, entreprendre est rarement une priorité qui s’impose d’elle-même. Habitués à creuser un sujet pendant plusieurs années, au point d’en devenir des experts, leur approche tranche radicalement avec celle des entrepreneurs qui doivent être flexibles et multi-tâches pour mener à bien leur projet de start-up. De plus, la création d’une entreprise implique la prise en compte de la dimension marketing, notion abstraite dans le vocabulaire des chercheurs.

Pour autant, la recherche et l’entrepreneuriat ne sont pas des mondes irréconciliables. La présence de pôles R&D dans de nombreuses start-up va d’ailleurs dans ce sens, et c’est également la conviction de l’Inria. Preuve des ambitions de l’institut de recherche en la matière, il a lancé en septembre dernier un start-up studio pour mettre sur orbite des jeunes pousses dans le secteur de la DeepTech numérique. 

100 projets de start-up par an soutenus d’ici 2023

Contrairement à la plupart des start-up studio existants en Europe, à l’image d’eFounders, la structure créée par l’Inria se veut interrégionnale avec un modèle décentralisé qui met à contribution ses huit campus dans l’Hexagone. Ce dispositif vient ainsi s’ajouter aux outils déjà opérationnels, à savoir I-Source, fonds d’amorçage, et IT-Translation, fonds d’ultra-amorçage. Il faut dire que l’Inria n’est pas novice dans l’accompagnement de start-up puisque l’institut de recherche a épaulé plus de 170 start-up en l’espace de trois décennies.

Pour la nouvelle qui s’ouvre, l’Inria entend accélérer la cadence avec son start-up studio, en accompagnant une centaine de projets de start-up par an dans la DeepTech numérique d’ici 2023. Un objectif ambitieux qui s’inscrit dans le cadre qui plan DeepTech présenté il y a un an par Bpifrance pour favoriser l’éclosion de start-up DeepTech issues de laboratoires de recherche. FrenchWeb est parti à la rencontre de Sophie Pellat et Hervé Lebret, les directeurs de l’Inria Startup Studio, pour comprendre l’approche et les objectifs de nouvelle structure dans l’écosystème français…

Inria Startup Studio : les données clés

Directeurs : Sophie Pellat et Hervé Lebret
Création : 2019
Siège social : Paris
Secteur : DeepTech
Activité : start-up studio


We Love Innovation vise à fédérer les acteurs de l’innovation à impact. Chaque semaine, retrouvez les dernières tendances et meilleures pratiques au travers de reportages vidéo, podcasts et interviews de ceux qui changent le monde.

Si vous souhaitez participer à We Love Innovation, n’hésitez pas à nous contacter.

Devenez partenaire de We Love Innovation

«Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à la gestion de votre demande d’information sur FrenchWeb / Le Journal des RH par DECODE MEDIA SAS. Le destinataire des données est DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à DECODE MEDIA SAS au capital de 75 192 euros, 55 rue de Bretagne 75003 Paris. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.»

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi l’Inria veut inciter les chercheurs à se tourner vers l’entrepreneuriat
Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial
Le Decode de la semaine avec Marie-Christine Levet (Educapital) et Laurent Jolie (Lalilo)
5 chiffres à retenir sur Netflix en France
E-commerce: 1,4 million d’euros pour la plateforme des sportifs Hardloop
Gaming: l’e-commerçant lyonnais LDLC se lance dans la réalité virtuelle
Criteo
Publicité: Criteo malmené en Bourse après les annonces anti-cookies de Google
Copy link