ActualitéMedia

Presse : le digital apporte 38% de l’audience des titres français

Les Français hyper-connectés sont les plus grands consommateurs de presse papier.

33,9 millions de Français lisent chaque jour un titre de presse, soit 66% de la population, selon les résultats publiés Audipresse qui a réalisé une étude sur le sujet. « Chaque mois 58,4% des français consultent au minimum un site Internet, un site mobile ou une application mobile de presse » ajoute également l’institut qui précise que toutes les tranches d’âges sont touchées par le digital. Fait important, les Français hyper-connectés – c’est à dire possesseurs d’un ordinateur, d’une tablette et d’un smartphone – sont les plus gros consommateurs de presse papier.

graphSi les 15 à 49 ans sont  les plus friands de presse digitale (avec des pourcentage de lecteurs oscillants entre 70% et 74% selon les catégories), seuls les 50 ans et plus ne sollicitent que minoritairement les lectures sur les supports numériques (43% en numérique).

« La lecture papier reste bien entendu majoritaire : en moyenne elle représente 61% des lectures d’une marque de presse. Au sein du digital l’accès à des sites ou appli mobiles représente 22% des lectures ». Toutefois, les lectures digitales permettent aux marque de presse un apport d’audience de +38% selon Audipresse.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Presse : le digital apporte 38% de l’audience des titres français
Wrike
Citrix s’apprête à racheter la plateforme de travail collaboratif Wrike pour 2 milliards de dollars
Portées par le confinement, les ventes de jeux vidéo se sont envolées en 2020
Après avoir été propulsée par le Covid en 2020, quel avenir pour la téléconsultation?
Apple se dit prêt à réintégrer le réseau social conservateur Parler sous conditions
Deliveroo valorisé 7 milliards de dollars avant une possible entrée en Bourse
Loin des fantasmes, pourquoi les futures smart cities ne seront pas des villes 100% Tech