ActualitéRetail & eCommerce

Tech et Consumer brands: les tendances US vues par Odile Roujol, VC à Los Angeles

Forte des premiers résultats de son premier fonds lancé en 2019, la VC s’apprête à lever Fab Fund II

Comment le capital-risque américain a-t-il traversé la crise sanitaire ? Par un record ! Les entreprises américaines soutenues par du capital-risque ont levé près du double du précédent record de 2020 (à 329,9 milliards de dollars en 2021).

Et qu’en est-il pour les fameuses consumer brands ? Ont-elles bénéficié des nouveaux capitaux ou ceux-ci se sont-ils reportés seulement sur la tech pure et les business modèles SaaS, peut être moins risqués pour les investisseurs, notamment sur fond de crise très forte de la supply chain aux États-Unis ?

A Los Angeles , j’ai eu la chance de m’entretenir avec Odile Roujol.

VC installée à Los Angeles et dans la Silicon Valley, Odile Roujol, fondatrice de Fab Ventures, lance déjà un deuxième fonds early stage, un peu plus de 24 mois après le Fonds I. L’occasion de savoir où en est le DTC Fashion et Beauty, et de mieux connaître l’ex dirigeante corporate (L’Oréal, Orange) qui favorise l’esprit Community en tout et refuse de déroger à ses thèses de coeur : Data, Inclusivité, Sustainability. Crise ou pas crise.

CE QUE VOUS ALLEZ DÉCOUVRIR

  • Les tendances de consommation et les business modèles Tech qui sortent renforcés de la crise, vu de la Silicon Valley et de Los Angeles (Fashion, Beauty, Wellness…)
  • Quelques mots d’Odile Roujol sur Fab Ventures, son Fonds I lancé en mai 2019 quelques mois avant la crise du Covid, et qui s’apprête, fort des premiers résultats, à lever son Fonds II
  • En quoi les thèses “sustainable & inclusive” que défend Fab Ventures, loin d’être un particularisme californien, fédèrent les startups du portefolio et sont une force pour aller à l’international.

 

“ L’argent des VCs est allé au late-stage et au SaaS ces deux dernières années. Cela oblige à réinventer les modèles D2C ”

 

Laurence Faguer : Comment les fonds américains ont-ils passé cette crise et vers où se sont portés les investissements ?

Odile Roujol — La vague d’investissement a plutôt bénéficié aux startups en late stage, au stade de croissance (series B, C et plus). Et plutôt aux SaaS qu’aux consumer brands. Avec les problèmes de supply chain, de talent, et le CAC explosant en termes de coût, certains VCs opportunistes ont abandonné la catégorie early stage. Ceux dont c’est le métier sont restés.

Le top tier des VCs se concentre maintenant, avec leurs derniers fonds de grande taille, sur les plateformes utilisant l’intelligence artificielle. Exemple, le fonds d’investissement Forerunner Ventures, avec les startups Curated AI (“Redefining the role of the salesperson”) et The Yes (“Shopping made genius”), et Faire-wholesales, demandant des capitaux massifs. Cela laisse la place pour des fonds de taille plus petite, se concentrant sur le Seed. Personnellement, je pense que la plupart des exits dans les catégories retail, mode, beauté seront toujours des Mergers & Acquisitions.

Vous même, en mai 2019 donc 9 mois avant les premiers confinements, vous lanciez à Los Angeles votre premier fonds FAB Fund I…. Et vous êtes toujours là ! Mieux, vous tournez à plein régime. Quelle place occupez-vous qui n’existait pas dans l’industrie du venture capital américain ?

Odile Roujol — Mon background précédent – ayant eu la chance de travailler pour de grandes marques – me fait respecter les grands groupes, et je crois que Fab a une place unique dans l’écosystème, comprenant le monde des startups : ce que veulent les entrepreneurs pour leurs clients, et aussi la valeur que peut représenter ce qu’ils bâtissent pour une grande entreprise mondiale.

Certains entrepreneurs ici passent leur temps à se lever tous les 18 mois, et je vois des valorisations passer, parfois double ou triple d’il y a deux ans avec les mêmes metrics pourtant, et certains de mes camarades VCs de s’enthousiasmer malgré tout. Je crois aux entrepreneurs qui connaissent très bien leur communauté et leurs clients. Ils développent d’excellents produits, convaincus que le succès vient de la fidélité. Et ils cherchent un modèle vertueux de profitabilité à terme.

Credit: Fab Ventures

De manière générale, car je crois que c’est un sujet qui vous tient à coeur, est-ce que les femmes et les “underrepresented founders” ont bénéficié de cette vague d’investissements ?

Odile Roujol — Peu, car ils sont encore souvent en early stage. Fab est très bien positionné dans ce contexte, et est compris par les entrepreneurs mais aussi les autres VCs. Je viens souvent juste après les business angels, en tant que premier investissement de VC (comme Shaz and Kiks  (“Reimagine haircare inspired by ancient Indian rituals” ) qui vient de rentrer chez Sephora Accelerate, ou Bubble (skincare for teens ) maintenant dans 4000 magasins Wallmart.

Les VCs cherchent souvent des scores de plusieurs mois de ventes, je me positionne avant, connaissant bien les catégories, je prends un risque calculé, qui crée une relation appréciée dans la durée.

“ Fab Ventures Fond I. 18 startups en 18 mois. Prêts pour le Fond II ! ”

 

Et je crois savoir que vous ne vous arrêtez pas là …

Odile Roujol — En effet. Aujourd’hui Fab a un portfolio de 18 startups dans les secteurs Beauté, Wellness, Mode, qui sont déjà en train de se lancer à l’international. Nous investissons dans des marques sur les verticales citées, conscientes, centrées sur notre impact sur la planète et sur notre santé — “conscious and sustainable”. Fort des premiers succès du fonds I après 3 ans d’investissement en mai prochain, nous commençons notre levée du Fonds II.

Toujours sur le marché américain ?

Oui, nous continuerons à investir sur ce fonds II, plus large en taille, toujours en majeur aux Etats-Unis. Nous sommes basés à Los Angeles, la ville des influences différentes, à la croisée de la tech et du contenu, des communautés, et nous avons la chance d’avoir noué des relations dans la durée grâce à la communauté Fab avec des entrepreneurs – des startup founders – et des Venture capitalists qui investissent dans le même domaine, et en early stage. Les U.S. sont un énorme marché, et d’ici on peut scaler selon l’ambition et envisager d’aller en Asie ou en Europe ensuite.

 

 “ Fab Ventures, c’est un peu comme une tribu qui grandit, inspirée des valeurs de FAB Community — mondiale et multiculturelle ”

Photo by Joel Mott on Unsplash

 

 “ Fab Ventures, c’est un peu comme une tribu qui grandit, inspirée des valeurs de FAB Community — mondiale et multiculturelle ”

 

Credit: Fab Ventures

 

Comment travaillez-vous avec vos “founders”. Avec aujourd’hui 18 startups en portefeuille, vous avez forcément certaines dont les marchés se recoupent ;  n’y a–t-il pas un risque de “ légère rivalité “ entre founders ?

Odile Roujol — J’évite d’investir sur un concurrent direct, même si les startups sont dans la disruption d’une industrie qui laisse de la place pour de nouvelles initiatives en particuliers sur les GenZ et Millennials, leur génération. Par exemple, dans la catégorie bien-être et santé des femmes, Bloomi se concentre sur la « sexual-wellness », et Stix sur les problèmes embarrassants des femmes. La solidarité et l’entraide des entrepreneurs sont les mots clés pour Fab.

En démarrage, l’attention est aux talents et aux entrepreneurs. J’ai la chance d’avoir des “founders” (et leur co-founders) me faisant confiance, comprenant que j’apporte en étant solo GP du temps et des compétences pour les aider à faire grandir plus vite leur entreprise. Il est clair que je leur ouvre mon réseau aussi, et aussi qu’ils s’entraident sur des sujets aussi différents que le Growth marketing, la supply chain, ou les talents.

C’est un peu comme une grande tribu. Notre sujet c’est comment dans un contexte de “green washing” appliquer une stratégie ESG (environnemental social gouvernance) pertinente et concrète. Nous avons créé un « sustainability council”, un comité qui partage des idées de metrics et est en capacité de montrer nos progrès. Le plus important, au stade de  startup, est d’avoir un message clair car il est difficile d’être sur tous les fronts. Et si les grands groupes se concentrent de par leur taille sur le “carbon free” ou carbon compensation. Pour une startup le rôle d’évangélisation est très important. Créer une prise de conscience de chacun.

“Sustainable. Recyclable. Circular. On lit cela partout, l’important c’est d’éveiller chacun aux gestes qu’il peut faire. Et de progresser chaque année.”

 

Odile Roujol — Par exemple Chloe et Stuart de Thousandfell “The first recyclable sneakers” sont des “climate activists”, ils nettoient les plages près de NYC où ils habitent. Ils ne se contentent pas de gérer leur supply chain et le recyclage des chaussures de sports (sneakers), mais forment des alliances avec des associations, créent des groupes de réflexion avec d’autres entrepreneurs dans la mode afin que chacun prête attention à l‘économie circulaire.

Laura et Liza avec Brightly sont l’un des premiers podcast eco-conscious sur Apple, ont une communauté de plus de 23 000 ambassadrices et grossissent  très vite sur Tiktok et Instagram, les GenZ appréciant leurs vidéos didactiques et drôles. “We can make a difference”.

Faire des gestes imparfaits tous les jours est mieux que de ne rien faire. A chacun de se l’appliquer pour sa garde robe, sa maison et sa routine beauté. Enfin certaines des entreprises que je finance sont en train de révolutionner la mode par les matériaux, comme Kintra Fibers qui est aussi en partenariat avec la belle marque Pangaia , une mode décontractée, avec des couleurs naturelles.

 

Credit: Fab Ventures

 

Je reviens sur les thèmes d’investissement de Fab FUND II. Sont-ils les mêmes que le FUND I ? Où allez-vous vous orienter vers les buzzwords du moment ( dont on a beaucoup entendu à NRF 2022)  – même si la tendance est bien réelle  : NFT, metaverse, Web3 ?

Odile Roujol — Nous allons investir des montants plus importants. En moyenne $500K à $1M contre $250K en moyenne pour le fonds I.

C’est peut être mes 6 ans chez Orange où l’ingénieur est roi, et le fait de côtoyer beaucoup de “tech people”, je crois que la technologie et la connaissance fine de nos clients vont créer une nouvelle période particulièrement intéressante pour nous tous.

Je crois à l’”expérience retailing”. Je suis sur le point d’annoncer un investissement “plug and play” pour un site e commerce, permettant aux clients d’utiliser la force des réseaux sociaux, et influencers. Le Fond II aura des startups utilisant les technologies d’AR, VR, et aidant aussi à la transparence bien sûr.

Et toujours, avant tout de soutenir financièrement dans leur croissance : des femmes entrepreneurs, et ce que nous appelons aux Etats-Unis les “underrepresented founders”, des entrepreneurs Asian-American, African-American, Latin-American, et aussi LGBTQ, qui comprennent bien les besoins non couverts dans nos industries, certains d’entre eux étant des influenceurs reconnus ici sur les sujets d’ inclusion, et de gender identity.

Par exemple, je suis fière d’avoir investi dans Thirteen Lune fondée par Nyakio Grieco et Patrick Herning, qui permettent aux marques pour les peaux noires et foncées d’avoir une plateforme de beauté dans un monde fragmenté et d’être dans les magasins JC Penney. Nyakio fait partie des quelques femmes noires qui ont reçu des financement de VC ( 2% pour les femmes des capitaux des VC, moins de 0,2% selon les dernières études pour les “Black Female founders”). Elle est impressionnante en équipe avec les marques qu’elle soutient. Elle connaît leur difficulté ayant elle-même lancé sa marque. Chaleureuse, généreuse, inspirante !

Autre exemple, la communauté Very Good Light, et maintenant Good Light World, co-fondée par David Yi. Auteur de “Pretty Boys”, activiste dénonçant les “Asian hate crimes” aux Etats-Unis, il est une role model, reconnu y compris en Asie. La Corée dont il partage la culture, et la Chine bien sûr. Il vient de rentrer à Cult Beauty en plus de signer avec un grand retailer américain, ce qui montre que des tendances de fond, la “gender inclusivity” sont des mouvements internationaux et non pas locaux. Nous avons investi avec Fab Fund I avant le lancement de leur ligne de Beauté en mars 2021. Et continuons à investir.

Que peut-on souhaiter à Fab ?

Odile Roujol — De nouveaux LPs (ndlr : investisseurs dans un Fonds) convaincus qu’ils peuvent avoir un impact et faire bouger les lignes !

Et à apprendre de la nouvelle génération d’entrepreneurs, tout en les soutenant. Je crois aux relations dans la durée et aux partages de valeurs. J’ai la chance d’avoir pour le fonds I des groupes de luxe et de beauté, et des family offices et Business Angels qui apportent une valeur ajoutée à ce que nous construisons avec les entrepreneurs.

Pour le Fonds II, je suis très contente que les conversations soient riches et que nous ayons le potentiel d’avoir des investisseurs des différents continents ! Nous soutenons des entrepreneurs courageux, habités par leur vision, je les appelle “change-makers”. Comme l’a déjà prouvé Aquis/K18 dans le portfolio Fab fund I, ils ont tous une ambition mondiale.

Merci pour cette opportunité d’interview Laurence et ton soutien à Fab, la communauté, et maintenant Ventures depuis le début. La France a de grands décideurs, et la capacité à créer des passerelles avec d’autres écosystèmes, ceci est puissant en cette période !

 

Credit: Fab Ventures et Laurence Faguer
TOUT SUR Fab Fund II  
Ambition: $20M .
Stage: pre seed/seed
Thesis: Direct-to-consumer and retail-tech, sustainable & inclusive
Criteria: purpose and data-driven founders
Location: Bay Area/ LA investing in the US (and abroad)
Check Size: $500k to 1M
Contact FAB ventures: beautytechcocreationstudio@gmail.com or Odile on Linked in.
Le site de Fab Ventures 
Credit: Fab Ventures

QUELS SONT LES SERVICES POUR RENFORCER VOTRE STRATEGIE ECOMMERCE EN 2023?

    
AMELIORER L'EXPERIENCE UTILISATEUR ANALYSE PRODUIT FINANCER VOTRE CROISSANCE
AB Tasty est une solution française qui permet de mettre en place des tests A/B pour optimiser l'expérience utilisateur et augmenter vos taux de conversion. Mixpanel fournit des analyses comportementale pour savoir comment sont engagés vos différents utilisateurs, et quels sont les principaux moteurs de rétention efficaces Connaissez vous le Revenue Based Financing (RBF)? Un financement rapide à obtenir, pour la gestion de vos stocks et dépenses publicitaires.
DECOUVRIR DECOUVRIR DECOUVRIR
  Vous souhaitez devenir partenaire? contactez nous: partenariat@decode.media
Bouton retour en haut de la page