ActualitéBusinessEuropeIntelligence ArtificielleInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

AssurTech : 60 millions de dollars pour Shift Technology

Le montant

La start-up Shift Technology, qui aide les assureurs à lutter contre les déclarations frauduleuses, a bouclé un tour de table de 60 millions de dollars en série C mené par le fonds américain Bessemer Venture Partners. Les investisseurs historiques, Accel, General Catalyst, Iris Capital et Elaia Partners, ont également participé à l’opération.

Ce tour de table porte à 100 millions de dollars le montant total levé par la société depuis sa création. Elle avait ainsi levé 28 millions de dollars en octobre 2017 et 10 millions de dollars en mai 2016.

Le marché

Fondée fin 2014 par David Durrleman, Jérémy Jawish et Éric Sibony, Shift Technology a vu le jour avec l’ambition d’identifier les personnes qui tentent de profiter des failles du système de décoration des sinistres des compagnies d’assurance pour en tirer un profit illégitime. Dans ce sens, la société a conçu «Force», une solution reposant sur l’intelligence artificielle pour permettre aux assurances de détecter les déclarations frauduleuses et d’identifier le type de fraude suspecté. La société revendique un taux d’efficacité de 75% sur les déclarations suspectes, soit deux fois plus que les autres acteurs du marché.

Toutefois, l’offre de Shift Technology ne se limite pas seulement à la détection des fraudes. La start-up a également développé «Luke», une plateforme visant à automatiser la gestion des sinistres (santé, habitation, automobile…). Testée pour le montant par Axa Espagne, cette nouvelle solution doit permettre aux assureurs de mieux faire face aux pics d’activité, qui peuvent survenir lors de catastrophes naturelles, avec un traitement des sinistres beaucoup plus rapide et efficace, tout en diminuant les risques de fraude. «Notre technologie AI-native aide les principales compagnies d’assurance mondiale à améliorer l’efficacité et la précision de leurs systèmes. Nous soutenons leurs stratégies de transformation numérique et les aidons à améliorer la satisfaction de leurs clients», explique Jérémy Jawish, co-fondateur et PDG de Shift.

A ce jour, la société revendique plus de 70 clients basés dans 25 pays à travers le monde. Parmi ses clients, Shift Technology compte notamment AG2R La Mondiale et la Macif. Outre son siège parisien, l’entreprise, qui emploie 200 personnes, dispose d’antennes à Boston, Tokyo, Londres, Hong Kong, Madrid, Singapour et Zurich.Apple-converted-space »> Le chiffre d’affaires de la société provient essentiellement de la France, de l’Europe et du Japon. La start-up évolue sur un marché de l’AssurTech actuellement en plein essor dans l’Hexagone. Il y a quelques semaines, Alan, qui a créé une assurance complémentaire santé digitale, a notamment bouclé un nouveau tour de table de 40 millions d’euros après avoir levé 23 millions d’euros en avril 2018 et 12 millions d’euros en octobre 2016.

Les objectifs de la Start-up

Avec ce tour de table, Shift prévoit de développer de nouvelles solutions de détection des fraudes, ainsi que des produits dédiés à l’automatisation de l’ensemble du processus de réclamation pour aider les assureurs à traiter les sinistres plus rapidement et avec plus de précision. En parallèle, la société va étoffer ses effectifs avec le recrutement de 150 collaborateurs supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Shift Technology : les données clés

Fondateurs : David Durrleman, Jérémy Jawish et Éric Sibony
Création : 2014
Siège social : Paris
Activité : détection des fraudes à l’assurance
Financement : 60 millions de dollars en mars 2019

Bouton retour en haut de la page
AssurTech : 60 millions de dollars pour Shift Technology
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco