ActualitéBusinessMedia

Chiffrement des communications: pourquoi le projet de Facebook inquiète le chef du renseignement britannique

AFP

Le chef du renseignement intérieur britannique Ken McCallum a mis en garde vendredi contre les risques induits par le projet de Facebook de chiffrement de bout en bout de ses communications. « Les décisions prises dans les salles de conseil en Californie sont aussi pertinentes pour notre capacité à faire notre travail que les décisions prises en Afghanistan ou en Syrie », a déclaré le chef du MI5 sur Times radio. « Nous ne voulons pas vivre dans une société où l’Etat a une caméra dans le salon de tout le monde », « mais notre travail est de nous occuper d’un cas sur un million », « quand le salon est le salon d’un terroriste », a-t-il déclaré.

Et si celui-ci est en train de fabriquer une bombe, il faut que les services de renseignement puissent avoir accès à la pièce, en demandant via le ministère de l’Intérieur l’autorisation d’un juge indépendant pour le faire, a-t-il expliqué. Un système de cryptage complet donne de fait aux « terroriste ou personnes qui organisent des abus sexuels sur des enfants en ligne (….) un laisser-passer où elles savent que personne ne peut voir ce qu’elles font dans leur salon privé », a ajouté Ken McCallum dans sa première interview depuis sa nomination il y a un an.

Un accès «nécessaire et proportionné» ?

Lors de sa nomination, Ken McCallum, qui avait dirigé en 2018 l’enquête sur l’empoisonnement de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal, avait fait des nouvelles possibilités apportées par les technologies l’une de ses priorités. Selon lui, il ne s’agit pas de chercher à instaurer une « surveillance d’Etat » mais de pouvoir avoir accès à des informations quand les autorités et un juge estiment que cet accès est « nécessaire et proportionné ».

Le chef du renseignement britannique plaide ainsi pour un « partenariat » avec les entreprises comme Facebook, « pour avoir accès au contenu de ces communications », dans ces cas précis. « C’est tout, pas pour le reste de la société », a-t-il précisé. Ces quatre dernières années, les services antiterroristes ont selon lui déjoué 29 projets d’attaques, dont 10 venant de l’extrême-droite.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Chiffrement des communications: pourquoi le projet de Facebook inquiète le chef du renseignement britannique
Trottinettes électriques: la startup allemande Tier voit sa valorisation s’envoler à 2 milliards de dollars
Industrie: la France mise 800 millions d’euros dans la robotique pour numériser les usines
Data center: le Québec, nouvel eldorado pour les géants de la Tech?
Submergé par une vague de révélations, Facebook est désormais pointé du doigt pour son rôle en Inde
eCommerce : comment Alltricks est devenu le champion français du vélo
FinTech : Klarna s’offre Inspirock pour séduire les voyageurs