ActualitéBusinessCarTechInvestissementsLes levées de fonds

Conduite autonome: Waymo (Google) lève 2,25 milliards de dollars auprès d’investisseurs étrangers

AFP

Waymo, entreprise en pointe dans les voitures sans conducteurs, a annoncé lundi avoir levé 2,25 milliards de dollars pour mettre les bouchées doubles dans sa technologie de conduite autonome qu’elle prévoit de « déployer dans le monde ». La filiale d’Alphabet, née en 2016 dans un laboratoire de Google, a réalisé ce premier tour de table externe auprès de plusieurs investisseurs et de sa maison-mère.

La firme Silver Lake, le fonds de pension canadien Canada Pension Plan Investment Board et la société basée aux Emirats Arabes Unis Mubadala Investment Company sont les principaux investisseurs. Le fournisseur d’équipements automobiles Magna International et le distributeur AutoNation ont aussi participé. « Avec cette injection de capital et d’expertise, aux côtés d’Alphabet, nous allons renforcer notre investissements dans nos employés, notre technologie et nos opérations, afin de déployer ‘Waymo Driver’ dans le monde », a déclaré John Krafcik, le patron de la filiale, dans un communiqué.

« Safety driver »

Waymo est l’un des acteurs les plus avancés dans la mise en circulation de véhicules sans chauffeurs sur les routes américaines. En tout, la technologie « Waymo Driver a engrangé plus de 20 millions de miles (32 millions de km, ndlr) sur des routes publiques dans 25 villes », indique l’entreprise. A Chandler (à côté de Phoenix, Arizona, sud-ouest), la filiale propose un service de robotaxis, Waymo One. Un humain, appelé « safety driver », est présent sur le siège conducteur pour prendre le contrôle en cas d’urgence.

Depuis l’été dernier, dans la même zone, Waymo propose aussi à des abonnés des voyages sans humain derrière le volant, gratuits dans l’après-midi et parfois en soirée. « Des milliers de trajet » ont déjà eu lieu de cette façon, détaille la filiale. Egon Durban, qui dirige Waymo avec John Krafcik, a aussi insisté sur la mise à échelle de la technologie « au-delà des Etats-Unis ». Alphabet a été fondé en 2015 pour englober Google et ses filiales non-centrales, surnommées les « autres paris », comme Waymo ou Sidewalk Labs pour les « villes intelligentes », ou encore Calico, spécialiste des biotechnologies. La plupart perdent de l’argent.

Interrogé par un analyste début février sur la gestion des risques liés à ces filiales, Sundar Pichai, le patron d’Alphabet et Google, avait répondu qu’il avait désormais recours à des investisseurs extérieurs. « Pour certains paris (…) nous avons amené des investisseurs externes, des personnes avec une certaine expertise », avait-il expliqué. « Je pense qu’avec Alphabet nous avons un cadre flexible, qui nous permet à la fois d’avoir l’indépendance dont nous avons besoin, et aussi de créer des synergies comme pour nos investissements dans l’intelligence artificielle ».

Waymo : les données clés

Fondateur: Sebastian Thrun
Création: 2009
Siège social: Mountain View, Californie 
Secteur: transport, CarTech 
Activité: conduite autonome


Financement: 2,25 milliards de dollars en mars 2020 auprès de Silver Lake, le fonds de pension canadien Canada Pension Plan Investment Board et la société basée aux Emirats Arabes Unis Mubadala Investment Company. Le fournisseur d’équipements automobiles Magna International et le distributeur AutoNation ont aussi participé.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Conduite autonome: Waymo (Google) lève 2,25 milliards de dollars auprès d’investisseurs étrangers
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Coronavirus: les hôpitaux de Paris produisent en 3D les équipements qui leur manquent
Copy link