BusinessData RoomStartupTech

Connected Creativity et MIP-TV à Cannes par Olivier Ezratty

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

J’ai par­ti­cipé les 5, 6 et 7 avril 2011 au salon MIP-TV et à la confé­rence Connec­ted Crea­ti­vity orga­ni­sés par Reed-Midem, avec un rôle d’animateur d’une table ronde dans cette der­nière. C’était une pre­mière pour ce qui me concernait.

Salon MIP-TV (2)

Le salon et la conférence

Le MIP-TV qui a lieu dans le fameux Palais des Fes­ti­vals de Cannes est le salon de la vente des droits d’émissions, séries TV et télé­films. Les pro­duc­tions et les socié­tés qui com­mer­cia­lisent les droits des conte­nus y exposent et ren­contrent les ache­teurs qui sont prin­ci­pa­le­ment les chaines de télé­vi­sion du monde entier. Les stands ? Des zones de négo­cia­tions de droits, un peu comme les box des cen­trales d’achat dans la grande dis­tri­bu­tion. Avec des affiches et des pla­quettes pré­sen­tant séries télé­vi­sées et télé­films, le plus sou­vent de seconde zone. A l’échelle mon­diale, la demande est très por­tée sur les Télé­no­ve­las d’Amérique Latine. On vend aussi des “for­mats” d’émissions, ces fran­chises style “Qui veut gagner des mil­lions” et autres qui ont fait la for­tune d’Endemol. Il y a aussi le mar­ché du docu­men­taire, des émis­sions pour les jeunes, et celui du porno (avec notam­ment le stand de Marc Dor­cel qui pré­sen­tait ses conte­nus en 3D et annon­çait le retour de Rocco Sif­fredi devant la caméra). Arnold Schwar­ze­ne­ger qui n’est plus lié par ses anciennes obli­ga­tions de gou­ver­neur de Cali­for­nie était quant à lui venu pour le lan­ce­ment de la série ani­mée “The governator”.

miptv_logo

La confé­rence Connec­ted Crea­ti­vity dont c’était la pre­mière édition visait à créer un pont entre ce monde des conte­nus et celui des usages numé­riques. C’était une sorte de confé­rence de la conver­gence. Même si l’audience n’était pas bien nom­breuse, avec un maxi­mum d’une cen­taine de per­sonnes en simul­tané, le contenu était d’assez bonne fac­ture. J’y ai décou­vert un bon lot d’intervenants inté­res­sants, du niveau LeWeb voire même “TED”.

Connected Creativity logo

Plus de la moi­tié des inter­ve­nants étaient anglais, et cer­tains dotés d’un humour et d’une auto­dé­ri­sion bien rafrai­chis­sants. Comme Gavin McGarry, pré­sident de l’agence de conseil mar­ke­ting Jump­wire Media. Exemple : “TV is not dead, … it just fal­ling”. Il y avait ensuite des fran­çais, tou­jours moins à l’aise en anglais et encore moins côté humour, et quelques autres natio­na­li­tés (Cana­diens, Amé­ri­cains, Scandinaves).

Gavin McGarry

Les sujets étaient très variés. Les plus trai­tés : la mobi­lité, les jeux ou plu­tôt la “gami­fi­ca­tion des usages”, la TV et la publi­cité. Au sein de la confé­rence avait lieu une ses­sion de pré­sen­ta­tion de star­tups dans un for­mat main­te­nant assez clas­sique avec pitches devant un jury, déli­bé­ra­tion et nomi­na­tion de gagnants. J’animais un panel de deux VCs avant cette session.

Il y avait aussi une tente “Connec­ted Crea­ti­vity Hub”, spon­so­ri­sée par Orange et Intel. Parmi d’autres choses, on trou­vait un guide de pro­gramme pour smart­phones chez Orange (à venir), la WiiS­pray, une bombe à tag pour Nin­tendo (ci-dessous), Pri­me­Sense et sa tech­no­lo­gie de recon­nais­sance de gestes (uti­li­sée dans la Kinect de Micro­soft), le casque pour cap­ter les ondes du cer­veau d’Emotiv (simi­laire à celui qui était uti­lisé par Ariel Gar­ten à LeWeb 2010).

Wiispray (4)

Vous trou­ve­rez dans le blog de la confé­rence les vidéos des ses­sions lorsque dis­po­nibles. Le flux Twit­ter était affi­ché pen­dant cer­taines ses­sions avec la solu­tion de la star­tup fran­çaise Bal­loon . Les par­ti­ci­pants au salon et à la confé­rence pou­vaient exploi­ter le réseau social Presdo pour entrer en contact. Même si ces réseaux spé­ci­fiques aux confé­rences ont le don de m’agacer…

Voilà pour le contexte. Côté contenu, je vais main­te­nant cou­vrir cette confé­rence en la struc­tu­rant selon les cinq thèmes sui­vants plu­tôt que séquentiellement :

  • McLu­han avait tout prévu !
  • L’industrie des conte­nus doit s’adapter plus vite
  • L’engagement du consom­ma­teur fait la différence
  • Que faire de l’addiction au numérique ?
  • Les ten­dances dans les star­tups et l’investissement

McLu­han avait tout prévu !

C’était le pro­pos de Der­rick de Kerck­hove (ci-contre), un Belge natu­ra­lisé Cana­dien, Direc­teur du McDerrick de Kerckhove (1)Luhan Pro­gram in Culture & Technology à Toronto. Le spé­cia­liste des médias avait théo­risé avec une acuité par­ti­cu­lière les chan­ge­ments dans les usages, dans la société, dans les chaines de valeur qui seraient intro­duits des décen­nies plus tard. Impres­sion­nant pour des textes du début des années 60, ses der­niers écrits datant des années 70. Il est mort en 1980, après la créa­tion de l’Apple II mais bien avant l’avènement de l’Internet de la mobi­lité. Der­rick a tra­vaillé avec McLu­han qui était lui-même canadien.

Sa pré­sen­ta­tion type sur McLu­han reprend une par­tie de son pro­pos de Connec­ted Crea­ti­vi­tity. Sachant que c’est le cen­te­naire de la nais­sance de McLu­han cette année. Sans ren­trer dans le détail des écrits de McLu­han, on peut en déduire qu’une bonne ana­lyse de l’impact socié­tal des nou­velles tech­no­lo­gies est tou­jours pos­sible pour faire de la prospective !

L’industrie des conte­nus doit s’adapter plus vite

C’est une bana­lité d’affirmer que l’industrie des conte­nus TV et vidéo s’adapte trop len­te­ment à la nou­velle donne numé­rique. Comme celle de la musique il y a une bonne décen­nie au moment de sa “naps­te­ri­sa­tion”. Nick Tho­mas (For­res­ter, Consu­mer Pro­duct Stra­tegy) remar­quait que le multi-écrans est roi : les conte­nus sont de plus en plus consom­més sur mobiles et tablettes, et ces der­niers servent de second écran pour pilo­ter l’usage de la télé­vi­sion. Avec un mix de “lean for­ward” et de “lean back”. La moi­tié des télé­spec­ta­teurs uti­lisent un autre écran pen­dant qu’ils regardent la TV, sans comp­ter la consom­ma­tion de vidéo sur smart­phones, tablettes, consoles de jeux et PC. Cela impose des chan­ge­ments radi­caux dans les usages tout comme dans les droits de dif­fu­sion qui étaient jusqu’à pré­sent sau­cis­son­nés par sup­port ou tuyau. Ils ne pour­ront plus l’être autant !

Cédric Pon­sot de Vivendi Mobile Enter­tain­ment sou­li­gnait que l’environnement se trans­for­mait plus vite que le rythme de signa­ture des contrats de dif­fu­sion de conte­nus. Grou­pon est ainsi apparu dans le radar en moins d’une année ! Le décol­lage de l’iPad a été encore plus rapide que celui de l’iPhone, qui était lui-même plus rapide que celui de l’iPod. L’industrie des conte­nus doit donc apprendre à tra­vailler plus vite pour suivre ce rythme ! Un contrat ne devrait pas mettre plus de trois mois à être négo­cié et conclu, la moyenne étant pour l’instant située entre six et douze mois.

Home page Zaoza

Cédric Pon­sot pré­sen­tait la manière dont une grande entre­prise du sec­teur doit apprendre à se réin­ven­ter : il vaut mieux se can­ni­ba­li­ser soi-même pour res­ter en vie, la peur fait rater les oppor­tu­ni­tés des mar­chés et atten­tion : un trou dans le mar­ché ne veut pas dire qu’il y a un mar­ché dans le trou en ques­tion. Il décri­vait zaOza, un por­tail d’accès à des conte­nus musique et vidéo en SVOD (sub­scrip­tion VOD, abon­ne­ment de vidéo à la demande). L’idée qui rap­pelle la notion de licence glo­bale consiste à sim­pli­fier la consom­ma­tion et à réduire le stress finan­cier asso­cié pour le consom­ma­teur. L’abonnement couvre la consom­ma­tion sur PC, mobile and les TV connec­tées. L’outil sup­porte la recom­man­da­tion des amis. La France et l’Allemagne sont les deux pays cou­verts avec 1.3 mil­lions d’abonnés. Une belle offre, mais pour l’instant, un suc­cès mitigé. Et un constat : les clients qui payent pour du contenu en ligne ont plus de 30 ans.

De son côté, Rio Caraeff décri­vait l’offre voi­sine Vevo qui est une joint-venture des majors de la musique pour la dif­fu­sion de clips vidéo en strea­ming, dis­tri­buée en marque blanche aux USA et au Canada, et notam­ment au tra­vers des grands réseaux sociaux et sur tous les écrans, avec sup­port de la HD. Et un tra­fic consé­quent : 53 mil­lions de vidéos vues par mois aux USA. Dans le cas de Vevo comme de zaOza, l’inconvénient pour le consom­ma­teur est qu’il ne per­met jamais d’accéder à tout le cata­logue des conte­nus, mais seule­ment à une par­tie. Reste donc à inven­ter les solu­tions de SVOD multi-catalogues !

Autre chan­ge­ment rapide évoqué, celui du modèle écono­mique de Sha­zam Enter­tain­ment, par son CEO Andrew Fisher. En moins d’un an, le revenu est passé d’une com­bi­nai­son de payant (free­mium) + publi­cité à publi­cité + biens vir­tuels. La pla­te­forme a une base impres­sion­nante de 100 mil­lions d’utilisateurs. Petite recom­man­da­tion au pas­sage du CEO : soyez multi-plateforme si vous n’avez qu’une appli­ca­tion, mais plu­tôt mono-plateforme si vous avez un cata­logue d’applications.Matt Mason (4)

Sur ce thème, la pré­sen­ta­tion la plus mar­quante était celle de Matt Mason (ci-contre) sur l’innovation induite par le pira­tage. Il évoque quelques exemples his­to­riques : Edi­son était un “pirate” avec le disque micro­sillon pour les chan­teurs, mais ses bre­vets sur le cinéma ont engen­dré la créa­tion de pirates qui ne vou­laient pas les payer et se sont réfu­giés à… Hol­ly­wood. Il cite aussi les radios libres. L’émergence de pirates est le signe de l’apparition de nou­veaux modèles écono­miques. La seule manière de “trai­ter” le pira­tage n’est pas de lut­ter contre mais d’adapter ses modèles écono­miques. Il cite aussi l’intérêt de la créa­tion incon­trô­lée de déri­vés de pro­duits qui créent tout un écosys­tème et peuvent ren­for­cer une franchise.

Une table ronde sur les nou­veaux usages de la TV met­tait sinon en évidence le cli­vage entre les chaines tra­di­tion­nelles et les nou­veaux modèles. On y trou­vait notam­ment d’un côté Patrick Wal­ker de Google EMEA et Syl­vain Audi­gier de TF1 (ci-dessous). Avec une confron­ta­tion pré­vi­sible entre un acteur qui cherche à pro­té­ger son modèle et un autre qui veut bous­cu­ler le jeu. Sachant que la flexi­bi­lité du modèle écono­mique d’une chaine TV en France qui vit de la publi­cité est han­di­ca­pée par la légis­la­tion. Ces chaines doivent notam­ment consa­crer 50% de leurs recettes publi­ci­taires à finan­cer le cinéma fran­çais et à payer diverses taxes. Pour Google, la situa­tion Euro­péenne est simple : la TV connec­tée ne peut pas y décol­ler en l’état à cause des trop nom­breuses régu­la­tions ! Syl­vain Audi­gier évoque alors la solu­tion HbbTV, ce stan­dard franco-allemand qui per­met d’associer des conte­nus broad­band aux chaines TV dif­fu­sées en broad­cast. Avan­tages : c’est un stan­dard ouvert (basé sur HTML) et il est peu cou­teux à inté­grer dans les TV. Pour Google, c’est un stan­dard fermé et la créa­tion de “wal­led gar­den”. Pour Google et AOL (aussi pré­sent dans la table ronde, avec la BBC), les TV connec­tées d’aujourd’hui rap­pellent le Wap. Un autre acteur inquiète : Net­flix, dont les ambi­tions inter­na­tio­nales se dévoilent. Pour y résis­ter, il serait bon de fédé­rer l’écosystème pour créer des offres de SVOD à bas cout.

Patrick Walker Google (3)Sylvain Audigier TF1 (3)

L’engagement du consom­ma­teur fait la différence

L’un des grands prin­cipes du web 2.0 est ainsi appli­qué avec plus ou moins de retar­de­ment par les ser­vices médias. Le contenu ne peut plus être dif­fusé clas­si­que­ment et consommé pas­si­ve­ment. Il faut en-ga-ger le consom­ma­teur ! Avec toutes formes d’interactivités démar­rant avec l’envoi de SMS pour voter sur une émis­sion (le grand clas­sique et un busi­ness mon­dial de $3B) jusqu’à des scé­na­rios plus pous­sés (chat entre amis regar­dant la même émis­sion, col­la­bo­ra­tion avec l’audience pour la concep­tion même de conte­nus comme indi­qué par Jon Chu (ci-dessous à gauche), le pro­duc­teur de Legion of Extra­or­di­nary Dan­cers et réa­li­sa­teur du pro­chain Gi Joe 2.0).

Jon M. Chu (1)Tomi Ahonen (5)

Auteur de 11 livres sur la mobi­lité (dont un gra­tuit de 507 pages sur Lulu.com), le toni­truant Tomi Aho­nen (ci-dessus, à droite) nous fai­sait un “dis­cours à la Nokia” rap­pe­lant que tous les consom­ma­teurs n’avaient pas de smart­phones et que sup­por­ter uni­que­ment l’iPhone lais­sait de côté 98% des mobi­nautes. Et de rap­pe­ler qu’il y avait plus de pos­ses­seurs de mobiles dans le monde que de brosses à dent. Le tout pour s’émerveiller de la taille du busi­ness des SMS et des MMS, et l’usage qui peut en être fait pour enga­ger les télé­spec­ta­teurs. L’émission “Deal or no deal” de NBC aux USA génère à elle seule $56m de chiffre d’affaire en SMS !

L’autre ten­dance asso­ciée à l’engagement, évoquée par Kevin Sla­Vin de Starling.tv (ex Zynga NY, Area­Code), est la “gami­fi­ca­tion” de la consom­ma­tion de conte­nus, qui consiste à inté­grer des jeux dans l’expérience uti­li­sa­teur. Cette gami­fi­ca­tion est aussi incar­née par l’usage domi­nant d’applications de jeux sur smart­phones et en par­ti­cu­lier l’arrivée du Sony Expe­ria Play (un smart­phone Plays­ta­tion sous Android). Sans comp­ter l’usage de consoles de jeu comme set-top-box pour consom­mer TV et VOD.

Inter­ac­tion et enga­ge­ment, pour­quoi pas. Mais la TV étant l’antichambre du temple de la consom­ma­tion, les appli­ca­tions mon­trées relèvent qua­si­ment toutes de la neu­neui­tude et du crap content. Exemple : une star de série TV UK qui envoie des SMS “pre­mium” à ses fans. D’autres stars qui répondent à tous les SMS des fans aux Phi­lip­pines, mais ce sont évidem­ment des assis­tants qui répondent. Ce n’est pas authen­tique mais on s’en fout car cela per­met de géné­rer du chiffre d’affaire. Avec la série Pretty Lit­tle Liars (NBC, US) on peut envoyer un SMS pour obte­nir une pre­view du pro­chain épisode. Quant à Claire Taver­nier (HEC 1995, VP de Fre­mantle Media, un groupe UK qui donne dans la TV réa­lité), elle s’inspire de ce que font les clubs de foot comme Chel­sea pour “enga­ger les fans”. Qui parle d’engagement social avec les docu­men­taires ? Juste la BBC !

Face­book devient un por­tail média

C’est une évidence de rap­pe­ler que Face­book est omni­pré­sent. Pour Nick Tho­mas de For­res­ter, la fron­tière s’estompe entre conte­nus et réseau social. Chris­tian Her­nan­dez Gal­lardo de Face­book expo­sait la manière dont Face­book se pré­pare à deve­nir un véri­table por­tail de médias sachant que c’est déjà le sixième site en consom­ma­tion de vidéo aux USA. Avec par exemple une expé­rience menée avec la War­ner pour la dif­fu­sion de Bat­man – Dark Knight. Elle cou­tera 30 cré­dits Face­book. Pour lui, Face­book devient le “guide des pro­grammes social” de l’Internaute, et pour tous les écrans.

Autre syn­drome lié à Face­book : les VC du concours des star­tups qui demandent aux entre­pre­neurs si cela vaut le coup de recréer son propre “graphe social” (ges­tion des inter­nautes et de leurs amis) ! Sous-entendu : non… ! Autant se relier direc­te­ment à Face­book. Soit comme appli­ca­tion Face­book soit avec les APIs de Face­book Connect.

Que faire de l’addiction au numérique ?

Cette thé­ma­tique de l’addiction numé­rique était évoquée par Tif­fany Shlain, Susan Green­field ainsi que par Tomi Aho­nen. Ce der­nier sor­tait une sta­tis­tique éton­nante de son (légen­daire) cha­peau : on consul­te­rait son mobile 150 fois par jour en moyenne et 82 en Afrique ! Tiffany Shlain (10)

Tif­fany Shlain déli­vrait un key­note en plé­nière com­mune à Connec­ted Crea­ti­vity et au MIP-TV. C’était le point d’orgue de ces trois jours à Cannes. Son speech por­tait d’abord sur le besoin de se décon­nec­ter de temps en temps. Elle pra­tique main­te­nant cela une jour­née par semaine. L’objet de son inter­ven­tion était de pré­sen­ter en avant-première son docu­men­taire “Connec­ted : An Auto­blo­go­gra­phy about Love, Death, & Tech­no­logy”. Un bric à brac mon­trant que notre monde est de plus en plus connecté et inter­dé­pen­dant, et pas seule­ment du fait du numé­rique. Elle racon­tait sinon la fin de la vie de son père, Leo­nard Shlain, atteint d’un can­cer du cer­veau. A ceci près que celui-ci était jus­te­ment un spé­cia­liste du cer­veau. Un topo très empa­thique et émou­vant qui rap­pelle sur­tout les valeurs de la famille. Tout le monde peut s’identifier à l’auteur et à son expé­rience. Ses docu­men­taires uti­lisent des images per­son­nelles et des images d’archives trou­vées grâce à la col­la­bo­ra­tion des Inter­nautes qui suivent Tif­fany Shlain sur Twit­ter. Elle pré­voit de pré­sen­ter le docu­men­taire dans dif­fé­rents fes­ti­val et confé­rences (comme elle l’a déjà fait au Sun­dance Fes­ti­val), puis une sor­tie en salle fin 2011, puis la dif­fu­sion d’un package avec un DVD et booklet.

De son côté, la Baro­nesse Susan Green­field (ci-dessous) d’Oxford mon­trait l’interdépendance entre le déve­lop­pe­ment du cer­veau et la richesse des sti­muli reçus. Des ani­maux de labo­ra­toires qui vivent dans une cage mieux équi­pée ont plus de synapses. Un envi­ron­ne­ment diver­si­fié enri­chit donc le cer­veau. Ce qui explique pour­quoi il faut aller dans des confé­rences même si on s’y ennuie par­fois ! Les expé­riences uniques amé­liorent la confi­gu­ra­tion du cer­veau ! A 11 ans, un enfant a passé 900 heures en classe, 1277 dans sa famille et 1934 devant un écran. Est-ce pré­ju­di­ciable à son déve­lop­pe­ment ? Selon elle, pas for­cé­ment, repre­nant ainsi la thèse de Ste­ven John­son, auteur de “Eve­ry­thing Bad is Good for You”. La culture de l’écran a plu­sieurs impacts : elle aug­men­te­rait le QI, elle réduit l’attention, elle aug­mente la sen­si­bi­lité, elle est au pre­mier degré et limite l’appel aux méta­phores et concepts abs­traits, elle réduit l’empathie et est aussi inhi­bi­trice de pru­dence (la géné­ra­tion de dopa­mine inhibe le cor­tex pré­fron­tal). Alors, bien ou mal ? Faut voir… (résumé de son inter­ven­tion ici).

Susan Greenfield  (1)

Ten­dances dans les star­tups et l’investissement

J’ai animé une petite table ronde avec Dhar­mash Mis­try de Bal­der­ton et Jean Bour­ce­reau de Ven­tech sur la vision des inves­tis­seurs dans ce mar­ché des médias numé­riques. Avec leurs inves­tis­se­ments, leur vision du mar­ché et les évolu­tions des busi­ness modèles de la conver­gence. Vous en trou­ve­rez deux excel­lents compte-rendus sur le blog de Guil­hem Ber­tho­let et sur le blog du MIP-TV.

S’en sui­vant un concours de star­tups avec 11 can­di­dats qui pit­chaient selon un for­mat clas­sique : cinq minutes de pré­sen­ta­tion et cinq minutes de questions/réponses avec un jury com­pre­nant Dhar­mas Mis­try, Jean Bour­ce­reau et trois autres per­sonnes. Voici les pro­jets présentés :

  • TV : Jakaa (pour com­men­ter la TV en live), Lorenzi TV (chaines TV pour les sports non trai­tés par les chaines tra­di­tion­nelles), Fair Play Inter­ac­tive (chaines TV per­son­na­li­sables), Cognik (solu­tion de recom­man­da­tion pour consom­ma­tion de vidéo). Quatre pro­jets français !
  • Vidéo : Stu­pe­flix (France, trans­forme tout contenu web en vidéo), Invi­deous (UK, solu­tion de pay-per-view de vidéo web), Media­bong (solu­tion de dif­fu­sion et de moné­ti­sa­tion de vidéo) et Camup (USA), un site web cumu­lant la visio-conférence à plu­sieurs et la visua­li­sa­tion de conte­nus vidéos.
  • Musique : Hit­Me­Baby (UK, co-création sociale de musique) et HiLan­tis (Fin­lande, site com­mu­nau­taire pour ama­teurs de musique)
  • Autres : Futu­re­code (Fin­lande, créa­tion de conte­nus inter­ac­tifs par et pour les enfants, livres en réa­lité augmentée).

Ce sont Camup et Futu­re­code qui ont gagné. Pas for­cé­ment les solu­tions les plus pro­met­teuses ni les plus inno­vantes, mais cer­tai­ne­ment celles dont les pré­sen­ta­tions avaient la meilleure charge émotion­nelle. Comme je l’avais déjà constaté dans les Star­tup Wee­kends, les jury sont sou­vent plus émotion­nels que ration­nels dans leurs choix. Là encore, Guil­hem Ber­tho­let a rédigé en temps réel un excellent compte-rendu des pré­sen­ta­tions avec son avis per­ti­nent. Je ne vais pas dupli­quer son travail !

Les buzz­words qui fâchent…

Un panel de blog­geurs anglais et fran­çais (pour Cédric Giorgi de Tech­Crunch France) concluait la confé­rence avec un échange ori­gi­nal et inté­res­sant. Sur­tout pour la ques­tion qui por­tait sur les buzz­words bien trop uti­li­sés dans les pré­sen­ta­tions ? Réponses : “inno­va­tion” (les clients n’achètent pas des inno­va­tions mais des solu­tions, je vais devoir chan­ger ma carte de visite…), “com­mu­nity”, “mar­ket lea­ding”, “dating” (trop de ser­vices de ce genre pour Cédric), “open” et “connec­ted” (mince, c’était dans le nom de la confé­rence…)

Au final, sachant que je n’ai pas cou­vert tout le contenu de cette riche confé­rence, Connec­ted Crea­ti­vity était un bon cru avec une belle bro­chette de très bons inter­ve­nants : Tif­fany Shlain, Tomi Aho­hen, Matt Mason, Susan Gree­field, Der­rick de Kerck­hove et Gavin McGarry. Il man­quait juste un peu de monde, mais ce n’est que par­tie remise pour la pro­chaine édition.

Pour vous dis­traire d’autres synapses de votre cer­veau bien atten­tif, il vous reste encore à par­cou­rir mes pho­tos de ces trois jour­nées sur Dar­q­room.

Retrouvez Olivier Ezratty

 

Bouton retour en haut de la page

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media