ActualitéBusinessHealthcare

E-santé: les smartphones de Google vont mesurer les battements de cœur

AFP

œ, a annoncé le géant des technologies mercredi. Sans avoir besoin d’équipements médicaux ou de montres connectées, les usagers auront accès à ces informations dans l’application de bien-être Google Fit, à partir du mois de mars, grâce à une manoeuvre aussi simple qu’un selfie. « Nous voulons révéler le potentiel des appareils connectés que nous utilisons tous les jours », a expliqué Shwetak Patel, un directeur de la branche santé du groupe, pendant une conférence de presse.

« Avec l’intelligence artificielle, les capacités de ces appareils sont démultipliées », a-t-il continué. « Et le plus répandu, c’est le smartphone, avec tous ses capteurs ». Les ingénieurs de Google ont mis au point une technique dite d’apprentissage automatisé (« machine learning »). Les utilisateurs auront juste besoin d’ouvrir leur application Google Fit et la caméra détectera les légers mouvements de la poitrine qui se soulève et s’abaisse pour mesurer la fréquence respiratoire. Pour la fréquence cardiaque, ils se sont servis des imperceptibles changements de couleur de peau qui surviennent quand le sang fraîchement oxygéné se répand depuis le coeur au reste du corps.

Monétisation future?

Les usagers poseront le bout du doigt sur l’objectif de leur téléphone, le flash s’activera et l’application rendra son verdict sur le nombre de battements du coeur par minute. « Nous avons pris en compte une large variété de couleurs de peau dans notre étude », a souligné Jiening Zhan, ingénieure de Google Health. « Même si notre technologie est conçue à des fins de bien-être, ses marges d’erreur sont comprises dans la même fourchette que celles d’équipements approuvés par la FDA », l’agence américaine du médicament. Ces nouveaux outils doivent arriver sur les téléphones Android (le système d’exploitation mobile de Google) dans les mois qui viennent.

Google a précisé que les données seraient traitées directement sur le smartphone, sans passer par ses serveurs, à moins que l’utilisateur ne souhaite les garder en mémoire. Le groupe n’a pas précisé ses intentions en termes de monétisation future ou d’éventuels partenariats avec d’autres marques de produits liés au bien-être, par exemple. De nombreux accessoires connectés, comme les montres Fitbit (rachetées par Google) ou celles d’Apple, permettent déjà de mesurer ce genre de fonctions corporelles.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
E-santé: les smartphones de Google vont mesurer les battements de cœur
[Made in océan Indien] Covid-19: comment les marketplaces se sont multipliées sur l’île Maurice
FinTech: Klarna s’apprête à clôturer un tour de table à 1 milliard de dollars
Cédric O annonce un investissement de 2,3 millions d’euros pour soutenir les écosystèmes régionaux 
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jacqueline Bloch, Directrice de Recherche au CNRS
Facebook vs. Apple: le réseau social joue la défense des pubs ciblées et des PME
Navettes autonomes: le groupe français Transdev s’allie à Mobileye (Intel) et Lohr