AcquisitionActualitéAmérique du nordBusinessFinTechInvestissements

FinTech: Credit Karma sur le point de se faire racheter pour 7 milliards de dollars

Les grands rapprochements se poursuivent dans le secteur de la FinTech. Alors que Visa s’est offert Plaid pour 5,3 milliards de dollars en début d’année ou que Morgan Stanley a récemment mis la main sur le courtier en ligne E-Trade pour 13 milliards de dollars, c’est au tour d’Intuit, société américaine fondée en 1983 et qui édite des solutions de gestion et de comptabilité pour les entreprises de mettre la main sur la startup Credit Karma. Selon des informations obtenues par le Wall Street Journal, l’opération serait en train de se clôturer pour un montant de 7 milliards de dollars en espèces et en actions.

La dernière valorisation de Credit Karma approchait les 4 milliards de dollars en mars 2018. Fondée en 2007 par Kenneth Lin, Ryan Graciano et Nichole Mustard, la FinTech basée à San Francisco est spécialisée dans la finance personnelle. Sa plateforme permet aux utilisateurs d’accéder à leur credit score, cet indicateur est censé refléter la fiabilité financière d’une personne et donc sa capacité par exemple à obtenir un crédit. La solution permet de le consulter mais aussi de suivre son évolution et prodigue des recommandations personnalisées en fonction des profils. Au fur et à mesure de son développement, la plateforme à ajouter d’autres services comme de l’aide pour déclarer ses impôts.

La particularité de Credit Karma est que le service est gratuit. L’entreprise se rémunère lorsque les utilisateurs passent par sa plateforme pour souscrire à un service qu’elle leur a recommandé, normalement en fonction de leur profil (par exemple un prêt ou une carte de crédit). La formule a en tout cas trouvé son public: la FinTech revendique 100 millions de membres aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Avec son application, elle se targue de séduire une grande majorité de millennials aux Etats-Unis.

Cette acquisition permet de son côté à Intuit, entreprise cotée dont la capitalisation boursière tourne autour de 77 milliards de dollars, d’élargir sa gamme de services et de mettre un pied dans le secteur de la finance personnelle. Si l’opération est bien menée jusqu’au bout, Il s’agirait de la plus importante acquisition de l’entreprise.

Sur le même créneau, on peut également citer la présence de l’Américain Bankrate.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
FinTech: Credit Karma sur le point de se faire racheter pour 7 milliards de dollars
Télémédecine: après la crise, l’e-santé enfin prête à décoller?
Recrutement: le Français CleverConnect lève 30 millions d’euros pour s’étendre en Europe
Pourquoi Facebook mise sur l’Europe pour construire le métaverse?
L’IAD Studio, nouveau moteur d’innovation du réseau immobilier IAD
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur