ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

FinTech : Revolut se renforce en pleine crise du coronavirus avec une extension de 80 millions de dollars de sa série D

En début d’année, la FinTech britannique Revolut avait frappé fort en levant un demi-milliard de dollars dans le cadre d’un tour de table en série D mené par l’investisseur américain TCV. L’entreprise londonienne clôture aujourd’hui cette opération avec une extension de 80 millions de dollars. La valorisation de la société, évaluée à 5,5 milliards de dollars en février dernier, reste inchangée à l’issue de ce nouvel investissement provenant du fonds américain TSG Consumer Partners. 

Cette nouvelle opération vise à accélérer la stratégie de déploiement à l’international de Revolut. «Maintenant que la série D est close, nous pouvons concentrer nos efforts sur le déploiement d’opérations bancaires complètes en Europe et accélérer le développement de nos produits aux États-Unis», indique Nikolay Storonsky, co-fondateur et PDG de Revolut. La société prévoit notamment de déployer des produits comme un outil de gestion des abonnements et un programme de récompenses pour ses clients. 

Une internationalisation particulièrement coûteuse 

Les fonds levés depuis le début d’année par la FinTech britannique sont en effet indispensable pour financer une stratégie d’internationalisation agressive qui se fait au prix de pertes de plusieurs dizaines de millions de dollars. Les pertes de l’entreprise avaient notamment doublé en 2018. La banque mobile avait ainsi enregistré sur la période 40,3 millions de dollars de pertes, pour un chiffre d’affaires de plus de 73 millions de dollars (+354%). Un an plus tôt, ces pertes s’élevaient à 18,6 millions de dollars, pour un chiffre d’affaires de 16,8 millions de dollars. 

A ce jour, Revolut, qui compte plus de 2 000 employés répartis dans 23 bureaux à travers le monde, revendique plus de 12 millions de clients. Elle en vise 20 millions d’ici la fin de l’année et 100 millions à l’horizon 2023. Reste désormais à savoir quel sera l’effet de la crise du coronavirus sur les performances de la FinTech britannique. «Compte tenu du climat actuel, nous sommes ravis d’être dans une position aussi forte pour apporter de meilleurs services bancaires aux populations du monde entier», estime Nikolay Storonsky. Son entreprise doit cependant avec une concurrence qui s’est densifiée au cours de ces dernières années. Revolut doit notamment faire face à la néobanque allemande N26, qui a annoncé une extension de 100 millions de dollars de sa série D en mai dernier pour porter sa valorisation à 3,5 milliards de dollars. N26 revendique de son côté 5 millions de clients dans 25 pays. 

Revolut : les données clés

Fondateurs : Nikolay Storonsky et Vlad Yatsenko
Création : 2015
Siège social : Londres
Effectifs : 2 000 personnes
Secteur : FinTech
Activité : banque en ligne
Concurrents : N26, Monzo, Orange Bank, Atom Bank…


Financement : 580 millions de dollars levés en série D entre février et juillet 2020…

Lire aussi : Revolut, de challenger bank à première FinTech européenne

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
FinTech : Revolut se renforce en pleine crise du coronavirus avec une extension de 80 millions de dollars de sa série D
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?