AcquisitionActualitéBusinessFinTechInvestissements

[FW Exit] FinTech : où en est Shine près d’un an après son rachat par Société Générale ?

Interview de Nicolas Reboud, co-fondateur de Shine

Fin juin 2020, Société Générale annonçait l’acquisition de Shine, néobanque française qui s’adresse aux professionnels. Une nouvelle étape dans l’histoire de la start-up qui avait alors réussi à conquérir plus de 70 000 entrepreneurs en moins de trois ans. Preuve du potentiel de la FinTech tricolore, Société Générale aurait déboursé 100 millions d’euros pour l’intégrer à son écosystème, selon TechCrunch, alors que Shine n’a levé que 10,8 millions d’euros auprès de Daphni, Kima Ventures, XAnge et quelques business angels pour se développer.

Fondée en 2017 par Raphaël Simon et Nicolas Reboud, la FinTech française a officiellement lancé son produit en février 2018. Il s’agissait alors d’un compte professionnel en ligne pour simplifier la vie des entrepreneurs, et notamment des indépendants. Mais ce n’était que la première brique posée par Shine pour les épauler, puisque l’entreprise a par la suite déployé des outils et des services pour mieux les accompagner au quotidien sur des sujets souvent complexes et chronophages comme la facturation et la comptabilité.

Nicolas Reboud, co-fondateur de Shine, raconte l’histoire de son entreprise et son rapprochement avec Société Générale :

Shine a retrouvé Treezor

Désormais dans le giron de Société Générale, la FinTech française continue d’étoffer son offre de services. Le rapprochement entre les deux entités a d’ailleurs déjà porté ses fruits avec le lancement il y a quelques semaines d’une offre de prêts à destination des indépendants et des petites entreprises. Et comme il est d’usage avec Shine, tout se passe en ligne.

Qu’elles s’adressent aux particuliers ou aux professionnels, les néobanques, portées par la «révolution de l’open banking», auront poussé les géants de la sphère bancaire à accélérer leur transformation digitale. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Shine a retrouvé une vieille connaissance dans Société Générale, à savoir la FinTech Treezor, acquise par le groupe bancaire en 2018. C’est en effet sur la plateforme «Bank-as-a-Service» de Treezor que s’appuie Shine pour développer sa solution. De quoi envisager de nombreuses synergies pour permettre à Société Générale d’innover plus rapidement et de toucher des clients professionnels de taille restreinte qui souhaitent gérer leurs finances en ligne.

Bouton retour en haut de la page
[FW Exit] FinTech : où en est Shine près d’un an après son rachat par Société Générale ?
Trottinettes électriques: la startup allemande Tier voit sa valorisation s’envoler à 2 milliards de dollars
Industrie: la France mise 800 millions d’euros dans la robotique pour numériser les usines
Data center: le Québec, nouvel eldorado pour les géants de la Tech?
Submergé par une vague de révélations, Facebook est désormais pointé du doigt pour son rôle en Inde
eCommerce : comment Alltricks est devenu le champion français du vélo
FinTech : Klarna s’offre Inspirock pour séduire les voyageurs