BusinessEuropeInvestissementsJeux VideoLes levées de fonds

Gaming : Piepacker lève 12 millions de dollars auprès de Lego

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Nouveau niveau franchi par Piepacker. Après le choix des fondateurs de relocaliser la start-up, née en Californie, en France, cette nouvelle pépite française de la French Tech annonce une série A de 12 millions de dollars menée par Lego Ventures, le bras armé financier du géant mondial des briques de jeu les plus populaires du monde. Les investisseurs historiques de l’entreprise, à savoir Makers Fund et V13 Invest (Française des Jeux et Serena), ont également remis au pot à l’occasion de cette opération. Celle-ci vient s’ajouter aux 3 millions de dollars levés auparavant. Pour obtenir ses premiers deniers dans le capital-risque, la société avait pu compter l’an passé sur le soutien du prestigieux accélérateur américain Y Combinator, que Piepacker avait intégré sur les conseils de Tom Bollich, co-fondateur de Zynga.

Souvent comparée à un «Netflix du jeu vidéo», l’entreprise développe une plateforme de social gaming gratuite avec une approche qui lui permet de se différencier assez nettement des autres plateforme de cloud gaming, comme Google Stadia ou Microsoft xCloud. Accessible au grand public depuis début juin, Piepacker intègre une couche sociale avec un chat vidéo sur lequel les utilisateurs peuvent ajouter des filtres sur les visages pour rendre l’expérience plus ludique.

«Une plateforme de cloud gaming à la fois sociale et low-tech»

«Nous avons conçu Piepacker comme une plateforme de cloud gaming à la fois sociale et low-tech. Elle est pensée pour être accessible à toutes et tous : disponible directement depuis un navigateur web et ne demande pas une connexion internet haut débit pour offrir une expérience fluide, même en multijoueur. Piepacker a pour vocation de rassembler les joueurs et joueuses, avec une touche de fantaisie et de créativité», explique Benjamin Devienne, co-fondateur et CEO de Piepacker, qui a fait fructifier son expérience au sein d’Ubisoft, Gameloft, Electronic Arts, Facebook et Twitch pour mettre sur orbite cette plateforme avec son associé Jules Testard, passé quant à lui par Amazon, Docker ou encore Yelp.

Lancée en février 2020 en pleine pandémie de Covid-19, la start-up a choisi les jeux rétro comme angle d’attaque, mais elle prévoit d’élargir son champ d’action. L’un des objectifs de cette série A est d’ailleurs de s’ouvrir à de nouveaux genres, comme les jeux de plateau, les jeux de cartes et les party games, en plus d’enrichir son catalogue gratuit de jeux rétro. Piepacker entend également s’appuyer sur ce nouveau financement pour développer de nouvelles fonctionnalités en multijoueur et de nouveaux contenus.

A ce jour, la version bêta de la plateforme lancée par la société compte près d’un demi-million d’utilisateurs à travers le monde. Ces derniers peuvent accéder à un catalogue de plus de 80 jeux sous licence, en partenariat avec des éditeurs comme Codemasters, Interplay, Team17 et Data East. Cap désormais vers le million d’utilisateurs pour la start-up revenue aux racines françaises de ses fondateurs en pleine crise du coronavirus.

(Re)découvrez l’étonnante histoire de Piepacker avec Benjamin Devienne, co-fondateur :

Piepacker : les données clés

Fondateurs : Benjamin Devienne et Jules Testard
Création : 2020
Siège social : Paris
Secteur : Gaming
Activité : plateforme de social gaming


Financement : 12 millions de dollars en octobre 2021…

Bouton retour en haut de la page
Gaming : Piepacker lève 12 millions de dollars auprès de Lego
Agroalimentaire: NumAlim lance une base de données pour tout connaître des aliments
[SERIE C] Lydia rejoint le cercle des licornes françaises après une levée de 103 millions de dollars
[SERIE B] GitGuardian lève 44 millions de dollars auprès d’Eurazeo
Comment construire sa stratégie de Content Marketing, avec Gregory Nicolaidis, CEO de YouLoveWords
[SEED] La startup niçoise Livmed’s lève 2 millions d’euros pour son service de livraison de médicaments
[SEED] FinTech: la startup française Aria lève 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital