Tech

[Infographie] L’internet mobile jugé trop lent

Cette infographie réalisée à partir des résultats d’une récente étude menée par Compuware, montre que les performances de l’internet mobile ne seraient pas à la hauteur des attentes des mobinautes. Ainsi, 71% des utilisateurs du web mobile espèrent que les sites internet se chargeront, à l’avenir, aussi rapidement depuis leur smartphone que depuis leur ordinateur personnel.

L’infographie nous apprend également que: 

  • 57% des 4000 mobinautes interrogés, admettent avoir rencontré des difficultés pour accéder à un site web depuis leur mobile au cours des 12 derniers mois.
  • Ainsi, 60% de ces utilisateurs disent quitter une page web, mettant plus de 3 secondes à s’ouvrir sur leur smartphone.
  • Et, 74% des mobinautes sondés refuseraient formellement d’attendre plus de 5 secondes l’ouverture d’une page.
  • Enfin, 43% de ces utilisateurs ont déclaré qu’ils ne retourneraient pas sur un site qu’ils ont estimé trop lent.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

5 commentaires

  1. Esperons que les nouveaux frameworks mobile comme jQuery Mobile permettront d’inverser la tendance.

  2. en fait « expect » dans ce contexte ca veut dire « attendre / s’attendre à » dans le sens ou « 71% des utilisateurs de portable s’attendent à ce que le site se charge aussi vite sur leur téléphone que sur leur ordi de bureau. »

    Il n’espère pas mais pense que cela est le cas.

    Espérer = to hope

Bouton retour en haut de la page
[Infographie] L’internet mobile jugé trop lent
Le fonds White Star Capital lève 500 millions de dollars pour se renforcer en France
BioTech : DNA Script lève 142 millions d’euros de plus pour son imprimante à ADN
Data center: le Québec, nouvel eldorado pour les géants de la Tech?
Startups: Station F lance un programme pour les grands débutants en entrepreneuriat
Atos: après une véritable série noire, le géant informatique français change de patron
Batch, la startup de Simon Dawlat (AppGratis), boucle un tour de table de 20 millions d’euros