ActualitéBusinessTech

Intelligence artificielle: un plan de 2,2 milliards d’euros pour faire de la France « un champion » du secteur

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le gouvernement a présenté lundi un plan de 2,2 milliards d’euros pour faire de la France « un champion de l’intelligence artificielle », plaidant également pour que la réglementation ne bride pas l’innovation. Ce plan repose sur 1,5 milliard d’euros d’argent public, le reste étant financé par le privé. Il constitue la suite du plan de 1,5 milliard d’euros annoncé en 2018 par le président Emmanuel Macron, dans le cadre de la stratégie nationale pour l’intelligence artificielle.

Un volet de 700 millions d’euros est consacré à la formation, avec l’ambition de créer au moins 2 000 places d’étudiants en DUT/licence/licence pro dans ce domaine, 1 500 places d’étudiants en master, et « 200 thèses supplémentaires par an en régime de croisière ». Il prévoit également le financement de projets et démonstrateurs d’usages dans le domaine de l’intelligence artificielle « embarquée, frugale et de confiance », notamment dans l’automobile, l’aéronautique, l’énergie et l’industrie.

Protection et réglementation

En présentant le plan à Station F, le temple parisien des start-up, Cédric O, secrétaire d’Etat au numérique, et Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, ont tous les deux plaidé pour la science et l’innovation, qui ont besoin, selon eux, d’être défendues dans une Europe et une France souvent tentées par la protection et la réglementation. « Il faudra de toute évidence que notre pays, et l’Europe de manière plus générale, soient capables d’avoir une discussion sur la question de la réglementation », a déclaré Cédric O devant un parterre d’entrepreneurs en intelligence artificielle. « Un pays qui réagit uniquement à la question du risque va dans le mur et prépare son déclin », a-t-il ajouté.

Dans les sciences de la vie et l’innovation en santé par exemple, « nous finançons la recherche, les premiers pas des start-up, et elles vont développer leur médicaments aux Etats-Unis, en Belgique, ou au Royaume-Uni ». « Est-ce que nous vivons encore dans une société qui assimile les connaissances nouvelles au progrès ou est-ce que nous vivons dans une société qui assimile les connaissances nouvelles à une potentielle crainte ? », s’est interrogée de son côté Frédérique Vidal. « Il faut qu’avant toute chose on refasse société autour de la science », a-t-elle ajouté. « Il faut montrer que chaque fois que c’est nécessaire, on protège et on régule, mais que chaque fois qu’on peut aller vers le progrès pour l’ensemble de la société, on y va », a-t-elle dit.

Bouton retour en haut de la page
Intelligence artificielle: un plan de 2,2 milliards d’euros pour faire de la France « un champion » du secteur
Deezer s’écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris, dans un contexte « difficile »
FinTech : les levées de fonds ralentissent au premier semestre
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Pixmania, la nouvelle aventure entrepreneuriale de Steve et Jean-Emile Rosenblum
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
Guerre des talents, Skill gap, Grande Démission… Comment répondre aux nouveaux enjeux RH des entreprises?

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media