ActualitéBusinessTech

Le gouvernement veut créer sa propre messagerie sécurisée

Interrogé ce vendredi sur France Inter, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État en charge du numérique, a révélé que le gouvernement était en train de travailler sur la création d’une messagerie publique chiffrée de bout en bout, interne à l’État, afin notamment de remplacerApple-converted-space »>  l’utilisation de Telegram par les membres du gouvernement.

Cette solution doit permettre aux membres du gouvernement de ne plus être dépendants des messageries privées qu’ils utilisent pour communiquer entre eux, comme Telegram, mais aussi WhatsApp ou encore Facebook Messenger.

Pendant ce temps, Telegram est bloqué en Russie

Telegram a particulièrement était populaire auprès des politiques, mais même si elle est présentée comme une messagerie sécurisée, elle a aussi ses défauts. Par exemple, Telegram n’effectue aucun chiffrement pour les messages de groupe. De plus, pour pouvoir bénéficier du chiffrement de bout en bout, il faut activer le mode «Secret Chat», une particularité à connaître. En tout cas, l’engouement autour de la plateforme russe semble être passé.

En Russie, Telegram doit faire face à des problèmes plus importants. Un tribunal vient d’ordonner le blocage de la messagerie dans le pays. L’entreprise ayant refusé de fournir aux services spéciaux les clés permettant de lire les messages des utilisateurs.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le gouvernement veut créer sa propre messagerie sécurisée
Comment Amazon a transformé Prime en levier magique d’acquisition
E-santé: l’Américain Aptar rachète le Français Voluntis, spécialisé dans les logiciels de suivi médical
HR Tech: Deel lève 425 millions de dollars supplémentaires pour faciliter les recrutements à l’étranger
Digital Marketing en 2021: le temps de l’action et du sens pour convaincre des clients potentiels
N26
La néobanque allemande N26 lève 777 millions d’euros pour une valorisation à 7,76 milliards d’euros
Télémédecine: après la crise, l’e-santé enfin prête à décoller?