A la uneTech

Les limites et les enjeux de l’AI vus par Kevin Kelly (Wired)

La vie privée est-elle morte ? L’intelligence artificielle est-elle un danger pour l’humanité ? Un gouvernement mondial est-il possible ? Autant de questions auxquelles Kevin Kelly, co-fondateur du magazine américain Wired, a tenté de répondre à l’occasion de son passage à Paris fin juin dans le cadre de la conférence USI.

Au Carrousel du Louvre, il a ainsi estimé que certains aspects de la vie privée allaient évoluer sans que cette notion ne disparaisse pour autant. «L’idée de vie privée va changer, elle sera très différente dans les années à venir», note-t-il.

«Nous devons éduquer les robots»

La notion de vie privée est notamment bousculée par l’impact croissant de l’intelligence artificielle. En effet, les géants américains comme Facebook, Google ou encore Amazon ne cessent d’engranger des données sur leurs utilisateurs pour affiner leurs stratégies marketing.

Toutefois, Kevin Kelly tient à relativiser les conséquences de l’intelligence artificielle sur la vie de chaque individu. «Il y a plusieurs types d'intelligences artificielles, donc plusieurs types de limites. L’intelligence artificielle n’est pas contre l’humain, elle est avec l’humain», explique Kevin Kelly. Et d’ajouter : «Nous devons éduquer les robots pour qu’ils agissent mieux que nous.»

Fondateurs : Louis Rossetto, Kevin Kelly et Jane Metcalfe

Création : 1993

Siège : San Francisco 

Activité : site d'informations Tech 

Lire aussi : 5 conférences USI à (re)voir

Bouton retour en haut de la page
Les limites et les enjeux de l’AI vus par Kevin Kelly (Wired)
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer
En France, le capital-investissement atteint des records au premier semestre
À quelques jours de son introduction en Bourse, OVHcloud subit une panne géante
Ce qu’il faut savoir avant de mettre en place un ERP
Cédric O : «Le plan France 2030 fait très largement le pari des startups»