A la uneAmérique du nordAsieIndustrieTech

General Electric se rêve en géant du numérique

Quelques jours après avoir reçu le feu vert de la Commisison européenne pour le rachat du Français Alstom pour près de 12 milliards, General Electric annonce une vaste réorganisation en interne. L’industriel a décidé de rassembler toutes ces activités logiciel et technologies de l’information dans une seule division «GE Digital», dirigée par Bill Ruh, l’ancien vice-président chargé des logiciels qui prend ainsi le poste de CDO.

Avec cette restructuration, GE révèle son ambition de devenir un nouveau géant du numérique. «Alors que GE se transforme pour devenir le premier groupe industriel et digital, cette création va fournir aux clients les meilleures solutions industrielles et logicielles pour résoudre les problèmes mondiaux actuels», a indiqué Jeff Immelt directeur général.

«Elle fera croître nos activités logiciels de 6 milliards de dollars en 2015 pour nous placer dans le Top 10 des sociétés logicielles d’ici à 2020», a-t-il ajouté.

De CIO à CEO

L’entreprise annonce aussi le départ à la retraite de Mark Begor, son responsable du pôle gestion de l’énergie, après 35 ans au sein de l’entreprise. L’ancienne CIO, Jamie Miller, devient CEO de la division transport. Ces changements seront effectifs au 1er octobre.

Créé au siècle dernier, General Electric est présent dans 170 pays et compte 307 000 salariés dans le monde.

Crédit: GE Healthcare

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
General Electric se rêve en géant du numérique
Amazon expédie désormais plus de colis que FedEx aux États-Unis
Gaming : Piepacker lève 12 millions de dollars auprès de Lego
Startups: Station F lance un programme pour les grands débutants en entrepreneuriat
Atos: après une véritable série noire, le géant informatique français change de patron
Batch, la startup de Simon Dawlat (AppGratis), boucle un tour de table de 20 millions d’euros
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020