Decode BusinessDivertissementEuropeHealthcareTechTV

[MIDEM] L’intelligence artificielle, futur de la musique?

Interview avec Edouard Tallec, cofondateur de Lonofi

A l’occasion du Midem, marché international de l’écosystème musical qui se déroule à Cannes du 4 au 7 juin 2019, FrenchWeb se penche sur trois start-up françaises qui participent à la transformation de l’industrie de la musique et du son via la technologie. Aujourd’hui: Lonofi, service en ligne d’écoute, de partage et de création d’ambiances sonores et musiques.

En 1995, David Bowie a contribué au développement d’un programme musical d’intelligence artificielle (IA) appelé Verbasizer lors de l’enregistrement de son album Outside. Le programme réarrangeait de manière aléatoire des paroles sources de l’artiste britannique pour créer de nouvelles combinaisons. Résultat: “un vrai kaléidoscope de significations, de sujets, de noms et de verbes qui, en quelque sorte, se rentrent dedans les uns les autres, selon les mots de M. Bowie lui-même.

Le développement de Verbasizer ne faisait pas à l’époque figure de première. Mais il précédait de plusieurs années une révolution vécue pleinement par l’industrie de la musique et du son aujourd’hui: l’incursion de l’IA. Une révolution qui survient quelques années après une première transformation en profondeur portée par le numérique côté diffusion, et la MAO (musique assistée par ordinateur) côté création. Celle-ci avait déjà “tout changé, parce que le nombre de personnes qui créent de la musique a déjà explosé grâce à cette innovation”, selon Edouard Tallec, cofondateur de Lonofi, service en ligne d’écoute, de partage et de création d’ambiances sonores et musiques basé sur l’IA.

L’IA va « déplacer le travail de composition » de l’artiste, pas le remplacer

L’intelligence artificielle est la deuxième révolution en train de s’amorcer”, confirme M. Tallec, qui place le début de cette nouvelle ère musicale algorithmique avec le lancement d’entreprises telles que Jukedeck (2012) et Amper Music (2014). L’arrivée de l’IA va aujourd’hui “profondément révolutionner la manière dont les gens écoutent et créent de la musique”, affirme le cofondateur. Concrètement, elle va “déplacer le travail de composition”, qui va en partie “se décaler pour aller plus vers la création de messages au-delà de la musique, ou le paramétrage d’algorithmes, mais moins sur la création d’harmonies toutes simples”. Ce qui ne signifie pas que “le travail du compositeur disparait, loin de là, mais ça veut dire qu’il va évoluer”, continue M. Tallec.

L’IA pourrait en outre “changer la manière dont les gens écoutent de la musique” et “l’objet musical lui-même”, qui consiste encore aujourd’hui en un morceau, ou une playlist. “Mais avec l’IA, on va probablement voir apparaître un nouvel objet musical, (…) une piste sonore qui va être impossible à définir parce que tout le temps changeante, parce que capable de s’adapter suivant la personne qui l’écoute”, ajoute Edouard Tallec.

Lonofi, une entreprise entre la plateforme musicale, l’application dédiée au bien-être et le réseau social

La piste sonore changeante, qui s’adapte à l’auditeur, justement, est le concept de Lonofi, entreprise qui se situe entre la plateforme musicale, l’application dédiée au bien-être et le réseau social. Sa plateforme propose autour de 12 000 enregistrements musicaux et de sons naturels que les utilisateurs peuvent ensuite combiner via un algorithme pour créer des pistes sans fin et personnalisées. Le but: améliorer la concentration des utilisateurs au travail, leur sommeil, ou leur méditation.

Aujourd’hui en phase de beta test (200 testeurs), gratuit et sans publicité, Lonofi vise le lancement d’une application mobile en juillet 2019 pour profiter davantage d’un marché du bien-être en plein essor. “Notre marché principale est le marché du bien-être. Rien qu’en France, 60% des Français se plaignent du bruit au travail, 16% des Français souffrent d’insomnies sévères, sans parler des gens qui ont juste du mal à s’endormir”, rappelle le cofondateur de Lonofi. “Tous ces gens ont un problème qui peut facilement être résolu à travers des solutions bien-être, comme l’écoute d’environnements sonores apaisants (…)”. L’application mobile comportera un mode premium payant qui comprendra des fonctionnalités avancées, comme le téléchargement, l’écoute en ligne ou des fonctionnalités de création supplémentaires. D’ici un an, Lonofi prévoit également une sortie sur smart speaker, d’abord sur la Google Home.

Retrouvez l’interview complète d’Edouard Tallec, cofondateur de Lonofi:

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[MIDEM] L’intelligence artificielle, futur de la musique?
4 millions pour Foodvisor, l’application qui prend en photo votre assiette pour améliorer votre alimentation
Inside Cardiologs : comment l’IA peut faciliter le quotidien des cardiologues
Ludovic Le Moan (Sigfox): «Personne ne parlait de bas débit avant nous, les autres sont venus par opportunisme»
Pourquoi 1Password boucle une première levée de 200 millions de dollars après 14 ans d’existence
Amazon
Contrat cloud JEDI: Amazon conteste l’objectivité du choix de Microsoft par le Pentagone
En 9 mois, Orange Bank creuse ses pertes de 115 millions d’euros
Copy link