ActualitéBusinessCorrespondantsStartup

[Made in Suède] Start-up:​ ​ce​ ​que​ ​la​ ​France​ ​peut​ ​apprendre​ ​de​ ​la Suède

Par Erwan Derlyn, correspondant FrenchWeb

Emmanuel​ ​Macron​ ​veut​ ​faire​ ​de​ ​la​ ​France​ ​la​ ​nation​ ​des​ ​start-up​ ​mais​ ​aujourd’hui​ ​la Suède​ ​a​ ​quelques​ ​longueurs​ ​d’avance.​ ​Comment​ ​s’en​ ​inspirer​ ?

L’acquisition​ ​du​ ​Suédois​ ​Bambora​ ​par​ ​le​ ​Français​ ​Ingenico​ ​en​ juillet​ ​dernier​,​ ​ajoute​ ​une licorne​ ​(entreprises​ ​valorisées​ ​à​ ​plus​ ​d’un​ ​milliard​ ​de​ ​dollars​ ​après​ ​moins​ ​de​ ​dix​ ​ans d’existence)​ ​à​ ​Stockholm.​ ​La​ ​capitale​ ​Suédoise​ ​comptait​ ​déjà​ ​Skype,​ ​Spotify,​ ​King,​ ​Mojang (Minecraft),​​ Klarna​​ et ​​Avito,​​ ce​​ qui​​ lui​​ vaut​​ le​​ surnom​​de​ S​ilicon​​ Valley​​ d’Europe​.

La​ ​France​ ​quant​ ​à​ ​elle,​ ​à​ ​son​ ​compteur​ ​bloqué​ ​à​ ​trois​ ​licornes:​ ​OVH,​ ​Criteo​ ​et​ ​Blablacar. La​ ​qualité​ ​de​ ​l’éducation​ ​et​ ​l’accès​ ​aux​ ​technologies,​ ​le​ ​filet​ ​de​ ​sécurité​ ​de​ ​leur​ ​état providence,​ ​et​ ​l’accès​ ​au​ ​capital,​ ​sont​ ​souvent​ ​mentionnés​ ​comme​ ​les​ ​facteurs​ ​principaux​ ​du succès​ ​Suédois.​ ​Des​ ​conditions​ ​cependant​ ​également​ ​présentes​ ​en​ ​France.

Alors​ ​quels​ ​autres​ ​facteurs​ ​peuvent​ ​expliquer​ ​l’écart​ ​entre​ ​les​ ​deux​ ​nations​ ​sur​ ​le​ ​terrain​ ​de l’innovation?

Des​ ​ambitions​ ​internationales​ ​dès​ ​le​ ​départ

La​ ​Suède​ ​ne​ ​compte​ ​que​ ​10​ ​millions​ ​d’habitants,​ ​d’où​ ​la​ ​nécessité​ ​d’avoir​ ​des​ ​ambitions internationales​ ​et​ ​de​ ​créer​ ​des​ ​produits​ ​pensés​ ​pour​ ​l’export.​ ​Les​ ​start-up​ ​suédoises​ ​utilisent leur​ ​marché​ ​national​ ​comme​ ​rampe​ ​de​ ​lancement​ ​afin​ ​de​ ​tester​ ​leurs​ ​idées​ ​et​ ​valider​ ​le business​ ​model​ ​mais​ ​se​ ​développent​ ​à​ ​l’étranger.

Une​ ​pensée​ ​globale,​ ​​préconisée​ ​par​ ​Xavier​ ​Niel​​ ​aux​ ​entrepreneurs​ ​locataires​ ​de​ ​Station​ ​F.

L’anglais​ ​comme​ ​langue​ ​de​ ​travail

La​ ​Suède​ ​est​ ​régulièrement​ ​sur​ ​le​ ​podium​ ​des​ ​pays​ ​maîtrisant​ ​le​ ​mieux​ ​l’anglais​ ​comme deuxième​ ​langue.​ ​Il​ ​n’y​ ​est​ ​pas​ ​rare​ ​d’y​ ​voir​ ​des​ ​start-up​ ​adopter​ ​l’anglais​ ​comme​ ​langue​ ​de travail​ ​très​ ​tôt​ ​dans​ ​leur​ ​existence,​ ​leur​ ​permettant​ ​de​ ​recruter​ ​des​ ​expats​ ​ou​ ​même​ ​de débaucher​ ​hors​ ​de​ ​leurs​ ​frontières.

En​ ​France,​ ​même​ ​si​ ​le​ ​«​French​ ​Tech​ ​Visa​»,​ ​opérationnel​ ​depuis​ ​le​ ​15​ ​juin,​ ​devrait​ ​faciliter l’attrait​ ​et​ ​la​ ​rétention​ ​de​ ​talents​ ​étrangers,​ ​la​ ​barrière​ ​de​ ​la​ ​langue​ ​persiste​ ​et​ l​​a​ ​loi​ ​Toubon​, relative​ ​à​ ​l’emploi​ ​de​ ​la​ ​langue​ ​française​ ​comme​ ​langue​ ​du​ ​travail,​ ​est​ ​toujours​ ​en​ ​vigueur.

Un​ ​écosystème​ ​qui​ ​facilite​ ​la​ ​collaboration

Comme​ ​illustré​ ​par​ ​Joseph​ ​Michael​ ​sur​ ​​cette​ ​carte​,​ ​les​ ​licornes​ ​Suédoises​ ​sont​ ​toutes regroupées​ ​sur​ ​deux ​quartiers​ ​de​ ​Stockholm.

Comme​ ​dans​ ​le​ ​cas​ ​de​ ​la​ ​Silicon​ ​Valley,​ ​la​ ​proximité,​ ​crée​ ​un​ ​environnement​ ​stimulant​ ​où​ ​se mélange​ ​à​ ​la​ ​fois​ ​concurrence​ ​et​ ​collaboration​ ​et​ ​encourage​ ​l’innovation.

Créer​ ​cet​ ​écosystème​ ​en​ ​France,​ ​c’est​ ​l’objectif​ ​phare​ ​de​ ​Station​ ​F​ ​à​ ​Paris.

Une​ ​qualité​ ​de​ ​vie​ ​qui​ ​protège​ ​et​ ​attire

La​ ​Suède​ ​est​ ​un​ ​pays​ ​où​ ​il​ ​est​ ​fait​ ​bon​ ​vivre,​ ​et​ ​la​ ​nation​ ​Scandinave​ ​arrive​ ​même​ ​en​ ​tête​ ​du classement​ ​Good​ ​Country​,​ ​un​ ​classement​ ​fondé​ ​sur​ ​35​ ​indicateurs​ ​comme​ ​le​ ​bien-être,​ ​la prospérité,​ ​l’égalité,​ ​la​ ​protection​ ​de​ ​l’environnement​ ​ou​ ​l’accès​ ​à​ ​la​ ​culture.

Une​ ​qualité​ ​de​ ​vie​ ​qui​ ​retient​ ​les​ ​talents​ ​et​ ​qui​ ​attire.​ ​Stockholm​ ​est​ ​même​ l​​a​ ​capitale​ ​à​ ​la plus​ ​forte​ ​croissance​ ​démographique​ ​d’Europe​.

La​ ​France,​ ​elle,​ ​est​ ​victime​ ​d’une​ ​véritable​ ​fuite​ ​des​ ​cerveaux,​ ​​perdant​ ​aujourd’hui​ ​plus​ ​de talents​ ​qu’elle​ ​n’en​ ​accueille​.

L’effet​ ​Björn​ ​Borg

Le​ ​succès​ ​de​ ​Björn​ ​Borg​ ​dans​ ​les​ ​années​ ​70​ ​a​ ​inspiré​ ​toute​ ​une​ ​génération,​ ​et​ ​ouvert​ ​le chemin​ ​à​ ​des​ ​tennismen​ ​comme​ ​Mats​ ​Wilander,​ ​ou​ ​Stefan​ ​Edberg​ ​dans​ ​les​ ​années​ ​80​ ​et 90.

L’effet​ ​Björn​ ​Borg​ ​s’applique​ ​aujourd’hui​ ​aux​ ​start-up. Les​ ​Suédois​ ​rêvent​ ​aujourd’hui​ ​de​ ​devenir​ ​entrepreneur​​ ​et​ ​d’être​ ​le​ ​prochain​ ​Daniel​ ​Ek (Spotify)​ ​ou​ ​de​ ​créer​ ​le​ ​nouveau​ ​Minecraft​ ​comme​ ​Markus​ ​Persson​ ​(Mojang).

En​ ​France,​ ​les​ ​professions​ ​qui​ ​font​ ​rêver​ ​sont​ ​toujours​ ​les​ ​médecins,​ ​les​ ​acteurs,​ ​et​ ​les vétérinaires.

Avec​ ​un​ ​président​ ​pro-innovation,​ ​le​ ​plus​ ​grand​ ​incubateur​ ​de​ ​start-up​ ​au​ ​monde​ ​ouvert​ ​à Paris:​ ​Station​ ​F,​ ​et​ ​des​ ​fonds​ ​d’investissements​ ​plus​ ​actifs​ ​que​ ​jamais,​ ​la​ ​France​ ​se​ ​donne les​ ​moyens​ ​de​ ​réussir.

La​ ​France​ ​pourra-t-elle​ ​produire​ ​dans​ ​les​ ​prochaines​ ​années​ ​des​ ​succès​ ​mondiaux​ ​comme la​ ​Suède​ ​avant​ ​elle​ ​et​ ​devenir​ ​la​ ​nation​ ​des​ ​start-up​ ​à​ ​son​ ​tour​?

Le correspondant:

Erwan Derlyn, est consultant en stratégie digitale pour start-up.

Expat Français, basé en Suède depuis 2008, Erwan a commencé sa carrière en agence avant de rejoindre la start-up iZettle entre 2013 et 2016.

Aujourd’hui indépendant, il travaille avec certaines des entreprises à la croissance la plus rapide en Europe dans la FinTech, la musique, la mode, le design, et la santé.

Erwan Derlyn est le correspondant FrenchWeb de Stockholm. Chaque mois, il presente des start-up de la région et commente l’écosystème dynamique de la capitale Suédoise.

 

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Merci l’équipe FrenchWeb de me donner la parole sur ce sujet. Hâte de partager plus d’infos et témoignages sur les start-up made in Sweden !

Bouton retour en haut de la page
[Made in Suède] Start-up:​ ​ce​ ​que​ ​la​ ​France​ ​peut​ ​apprendre​ ​de​ ​la Suède
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse