ActualitéBusinessCorrespondantsStartup

[Made in Suède] Start-up:​ ​ce​ ​que​ ​la​ ​France​ ​peut​ ​apprendre​ ​de​ ​la Suède

Par Erwan Derlyn, correspondant FrenchWeb

Emmanuel​ ​Macron​ ​veut​ ​faire​ ​de​ ​la​ ​France​ ​la​ ​nation​ ​des​ ​start-up​ ​mais​ ​aujourd’hui​ ​la Suède​ ​a​ ​quelques​ ​longueurs​ ​d’avance.​ ​Comment​ ​s’en​ ​inspirer​ ?

L’acquisition​ ​du​ ​Suédois​ ​Bambora​ ​par​ ​le​ ​Français​ ​Ingenico​ ​en​ juillet​ ​dernier​,​ ​ajoute​ ​une licorne​ ​(entreprises​ ​valorisées​ ​à​ ​plus​ ​d’un​ ​milliard​ ​de​ ​dollars​ ​après​ ​moins​ ​de​ ​dix​ ​ans d’existence)​ ​à​ ​Stockholm.​ ​La​ ​capitale​ ​Suédoise​ ​comptait​ ​déjà​ ​Skype,​ ​Spotify,​ ​King,​ ​Mojang (Minecraft),​​ Klarna​​ et ​​Avito,​​ ce​​ qui​​ lui​​ vaut​​ le​​ surnom​​de​ S​ilicon​​ Valley​​ d’Europe​.

La​ ​France​ ​quant​ ​à​ ​elle,​ ​à​ ​son​ ​compteur​ ​bloqué​ ​à​ ​trois​ ​licornes:​ ​OVH,​ ​Criteo​ ​et​ ​Blablacar. La​ ​qualité​ ​de​ ​l’éducation​ ​et​ ​l’accès​ ​aux​ ​technologies,​ ​le​ ​filet​ ​de​ ​sécurité​ ​de​ ​leur​ ​état providence,​ ​et​ ​l’accès​ ​au​ ​capital,​ ​sont​ ​souvent​ ​mentionnés​ ​comme​ ​les​ ​facteurs​ ​principaux​ ​du succès​ ​Suédois.​ ​Des​ ​conditions​ ​cependant​ ​également​ ​présentes​ ​en​ ​France.

Alors​ ​quels​ ​autres​ ​facteurs​ ​peuvent​ ​expliquer​ ​l’écart​ ​entre​ ​les​ ​deux​ ​nations​ ​sur​ ​le​ ​terrain​ ​de l’innovation?

Des​ ​ambitions​ ​internationales​ ​dès​ ​le​ ​départ

La​ ​Suède​ ​ne​ ​compte​ ​que​ ​10​ ​millions​ ​d’habitants,​ ​d’où​ ​la​ ​nécessité​ ​d’avoir​ ​des​ ​ambitions internationales​ ​et​ ​de​ ​créer​ ​des​ ​produits​ ​pensés​ ​pour​ ​l’export.​ ​Les​ ​start-up​ ​suédoises​ ​utilisent leur​ ​marché​ ​national​ ​comme​ ​rampe​ ​de​ ​lancement​ ​afin​ ​de​ ​tester​ ​leurs​ ​idées​ ​et​ ​valider​ ​le business​ ​model​ ​mais​ ​se​ ​développent​ ​à​ ​l’étranger.

Une​ ​pensée​ ​globale,​ ​​préconisée​ ​par​ ​Xavier​ ​Niel​​ ​aux​ ​entrepreneurs​ ​locataires​ ​de​ ​Station​ ​F.

L’anglais​ ​comme​ ​langue​ ​de​ ​travail

La​ ​Suède​ ​est​ ​régulièrement​ ​sur​ ​le​ ​podium​ ​des​ ​pays​ ​maîtrisant​ ​le​ ​mieux​ ​l’anglais​ ​comme deuxième​ ​langue.​ ​Il​ ​n’y​ ​est​ ​pas​ ​rare​ ​d’y​ ​voir​ ​des​ ​start-up​ ​adopter​ ​l’anglais​ ​comme​ ​langue​ ​de travail​ ​très​ ​tôt​ ​dans​ ​leur​ ​existence,​ ​leur​ ​permettant​ ​de​ ​recruter​ ​des​ ​expats​ ​ou​ ​même​ ​de débaucher​ ​hors​ ​de​ ​leurs​ ​frontières.

En​ ​France,​ ​même​ ​si​ ​le​ ​«​French​ ​Tech​ ​Visa​»,​ ​opérationnel​ ​depuis​ ​le​ ​15​ ​juin,​ ​devrait​ ​faciliter l’attrait​ ​et​ ​la​ ​rétention​ ​de​ ​talents​ ​étrangers,​ ​la​ ​barrière​ ​de​ ​la​ ​langue​ ​persiste​ ​et​ l​​a​ ​loi​ ​Toubon​, relative​ ​à​ ​l’emploi​ ​de​ ​la​ ​langue​ ​française​ ​comme​ ​langue​ ​du​ ​travail,​ ​est​ ​toujours​ ​en​ ​vigueur.

Un​ ​écosystème​ ​qui​ ​facilite​ ​la​ ​collaboration

Comme​ ​illustré​ ​par​ ​Joseph​ ​Michael​ ​sur​ ​​cette​ ​carte​,​ ​les​ ​licornes​ ​Suédoises​ ​sont​ ​toutes regroupées​ ​sur​ ​deux ​quartiers​ ​de​ ​Stockholm.

Comme​ ​dans​ ​le​ ​cas​ ​de​ ​la​ ​Silicon​ ​Valley,​ ​la​ ​proximité,​ ​crée​ ​un​ ​environnement​ ​stimulant​ ​où​ ​se mélange​ ​à​ ​la​ ​fois​ ​concurrence​ ​et​ ​collaboration​ ​et​ ​encourage​ ​l’innovation.

Créer​ ​cet​ ​écosystème​ ​en​ ​France,​ ​c’est​ ​l’objectif​ ​phare​ ​de​ ​Station​ ​F​ ​à​ ​Paris.

Une​ ​qualité​ ​de​ ​vie​ ​qui​ ​protège​ ​et​ ​attire

La​ ​Suède​ ​est​ ​un​ ​pays​ ​où​ ​il​ ​est​ ​fait​ ​bon​ ​vivre,​ ​et​ ​la​ ​nation​ ​Scandinave​ ​arrive​ ​même​ ​en​ ​tête​ ​du classement​ ​Good​ ​Country​,​ ​un​ ​classement​ ​fondé​ ​sur​ ​35​ ​indicateurs​ ​comme​ ​le​ ​bien-être,​ ​la prospérité,​ ​l’égalité,​ ​la​ ​protection​ ​de​ ​l’environnement​ ​ou​ ​l’accès​ ​à​ ​la​ ​culture.

Une​ ​qualité​ ​de​ ​vie​ ​qui​ ​retient​ ​les​ ​talents​ ​et​ ​qui​ ​attire.​ ​Stockholm​ ​est​ ​même​ l​​a​ ​capitale​ ​à​ ​la plus​ ​forte​ ​croissance​ ​démographique​ ​d’Europe​.

La​ ​France,​ ​elle,​ ​est​ ​victime​ ​d’une​ ​véritable​ ​fuite​ ​des​ ​cerveaux,​ ​​perdant​ ​aujourd’hui​ ​plus​ ​de talents​ ​qu’elle​ ​n’en​ ​accueille​.

L’effet​ ​Björn​ ​Borg

Le​ ​succès​ ​de​ ​Björn​ ​Borg​ ​dans​ ​les​ ​années​ ​70​ ​a​ ​inspiré​ ​toute​ ​une​ ​génération,​ ​et​ ​ouvert​ ​le chemin​ ​à​ ​des​ ​tennismen​ ​comme​ ​Mats​ ​Wilander,​ ​ou​ ​Stefan​ ​Edberg​ ​dans​ ​les​ ​années​ ​80​ ​et 90.

L’effet​ ​Björn​ ​Borg​ ​s’applique​ ​aujourd’hui​ ​aux​ ​start-up. Les​ ​Suédois​ ​rêvent​ ​aujourd’hui​ ​de​ ​devenir​ ​entrepreneur​​ ​et​ ​d’être​ ​le​ ​prochain​ ​Daniel​ ​Ek (Spotify)​ ​ou​ ​de​ ​créer​ ​le​ ​nouveau​ ​Minecraft​ ​comme​ ​Markus​ ​Persson​ ​(Mojang).

En​ ​France,​ ​les​ ​professions​ ​qui​ ​font​ ​rêver​ ​sont​ ​toujours​ ​les​ ​médecins,​ ​les​ ​acteurs,​ ​et​ ​les vétérinaires.

Avec​ ​un​ ​président​ ​pro-innovation,​ ​le​ ​plus​ ​grand​ ​incubateur​ ​de​ ​start-up​ ​au​ ​monde​ ​ouvert​ ​à Paris:​ ​Station​ ​F,​ ​et​ ​des​ ​fonds​ ​d’investissements​ ​plus​ ​actifs​ ​que​ ​jamais,​ ​la​ ​France​ ​se​ ​donne les​ ​moyens​ ​de​ ​réussir.

La​ ​France​ ​pourra-t-elle​ ​produire​ ​dans​ ​les​ ​prochaines​ ​années​ ​des​ ​succès​ ​mondiaux​ ​comme la​ ​Suède​ ​avant​ ​elle​ ​et​ ​devenir​ ​la​ ​nation​ ​des​ ​start-up​ ​à​ ​son​ ​tour​?

Le correspondant:

Erwan Derlyn, est consultant en stratégie digitale pour start-up.

Expat Français, basé en Suède depuis 2008, Erwan a commencé sa carrière en agence avant de rejoindre la start-up iZettle entre 2013 et 2016.

Aujourd’hui indépendant, il travaille avec certaines des entreprises à la croissance la plus rapide en Europe dans la FinTech, la musique, la mode, le design, et la santé.

Erwan Derlyn est le correspondant FrenchWeb de Stockholm. Chaque mois, il presente des start-up de la région et commente l’écosystème dynamique de la capitale Suédoise.

 

Tags

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Un commentaire

  1. Merci l’équipe FrenchWeb de me donner la parole sur ce sujet. Hâte de partager plus d’infos et témoignages sur les start-up made in Sweden !

[Made in Suède] Start-up:​ ​ce​ ​que​ ​la​ ​France​ ​peut​ ​apprendre​ ​de​ ​la Suède
Israël : « Résilience remarquable de l’économie Tech »
Coronavirus: Edouard Philippe envisage une app qui localiserait les personnes infectées
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
Copy link