ActualitéBusinessFrenchTechNantesRetail & eCommerce

[Next40] E-commerce: comment Akeneo évangélise les marques à « l’expérience produit »

Interview de Frédéric de Gombert, co-fondateur d’Akeneo

Fondé en 2013 et basé à Nantes, Akeneo compte aujourd’hui 80 000 clients, comme Lancaster, Aigle ou encore Franprix, dans sept pays. Comment l’entreprise, spécialisée dans l’expérience et l’information produit, – et qui est cette année passée du French Tech 120 au Next40– compte-t-elle encore aller chercher des parts de marché?

Pour rappel, un logiciel de PIM (Product Information Management) permet aux marques de centraliser et d’harmoniser toutes leurs informations marketing et techniques concernant leurs produits. Le PXM (Product Experience management) a pour but de mettre en place des expériences produits contextualisées et enrichies.

«Nous fournissons une technologie, des outils, qui vont permettre d’industrialiser la manière dont est gérée cette information produit. C’est-à-dire la manière dont elle est collectée et diffusée sur l’ensemble des canaux de vente», explique Frédéric de Gombert, co-fondateur d’Akeneo.

«Il faut voir cela un peu comme l’équivalent d’un CRM, sauf qu’au lieu de s’en servir pour gérer de la donnée client, nous y mettons toute la donnée produit. On va créer les fiches d’identité de tous les produits d’une marque ou d’un distributeur: les photos, les vidéos, les descriptions techniques et marketing. Nous fournissons une grande base de données mais avec des interfaces très simples à prendre en main pour des équipes métiers. Le but est qu’elles puissent la compléter et s’assurer que la donnée dont elles disposent est suffisamment complète et riche pour alimenter l’ensemble de leurs canaux de vente».

Retrouvez l’interview complète de Frédéric de Gombert, co-fondateur d’Akeneo

Listen to « [Next40] E-commerce: comment Akeneo évangélise les marques à « l’expérience produit » » on Spreaker.

« Dans 80% des cas, nous remplaçons Excel »

Sur ce marché, le Nantais – qui se développe en open source- est bien positionné mais se retrouve face à d’importants acteurs du secteur des logiciels comme SAP ou encore Oracle. Comment se démarque-t-il? «La plupart de nos concurrents développent des outils qui sont plutôt orientés pour des utilisateurs techniques et pas forcément pour des utilisateurs métiers ou des équipes marketing. Et cela avec des projets qui peuvent mettre 18 à 36 mois à se mettre en place. Là où chez Akeneo un projet dure en moyenne entre 4 et 6 mois avant de pouvoir vraiment mesurer l’impact et le retour sur investissement», illustre par exemple le co-fondateur d’Akeneo.

Un argument non négligeable dans un secteur où certaines marques commencent juste à sa familiariser avec les notions de PIM et PXM. «Ce qu’il faut comprendre par rapport au monde de l’expérience produit est qu’il s’agit d’un nouveau métier. Dans 80% des cas lorsque nous arrivons chez un client, nous remplaçons Excel. Nous sommes donc plutôt dans un marché d’évangélisation et de conquête, que dans un marché extrêmement concurrentiel», ajoute Frédéric de Gombert.

L’entreprise ne communique pas sur son chiffre d’affaires. Aux Etats-Unis, qui est l’un de ses marchés les plus dynamiques, elle a enregistré un taux de croissance de 120% en 2020. Le pays pèse pour 25% du chiffre d’affaires de l’entreprise qui ambitionne de monter à 50% d’ici fin 2022, début 2023. Ses autres priorités vont être de continuer à investir en R&D et d’élargir son offre, en procédant notamment à des acquisitions. Akeneo compte aujourd’hui 210 collaborateurs.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Next40] E-commerce: comment Akeneo évangélise les marques à « l’expérience produit »
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer