A la uneActualitéEurope

Numericable-SFR et la Mairie de Paris se mettent d’accord sur la facture à payer

MAJ: La Mairie de Paris a annoncé le 3 juillet s’être accordée avec Numericable sur le montant dû par l’opérateur à la collectivité au sujet de la redevance pour occupation des locaux mis à disposition par la Ville. Cette dernière affirme que le groupe dirigé par Patrick Drahi « a annoncé sa décision de solder l’intégralité de ses impayés et à retirer ses recours devant la justice administrative ». La Ville menaçait de couper les services utilisés par l’opérateur. 

Numericable-SFR a certes des envies de conquêtes, mais il a aussi semble-t-il des ardoises à régler. La Mairie de Paris met en cause l’opérateur dans une lettre qu’elle lui a adressée, pour des redevances et des loyers non payés depuis 2009. La marque détenue par Altice, le groupe de Patrick Drahi, aurait ainsi plus de 8,37 millions d’euros de dettes à honorer, provoquée par une augmentation annuelle des loyers non répercutée de 62 772 euros par an, et d’autres impayés entre 2008 et 2013, selon les informations du Monde. L’addition concernerait aussi les baux de Completel, la filiale du groupe dédiée aux professionnels.

Après plusieurs mises en demeure de payer, Paris a décidé d’engager un recours pour «non-paiement des redevances passées» et «occupation sans droit ni titre» d’un espace public. Dès 2009, Numericable avait refusé de signer la convention – que les dix-sept autres opérateurs avaient accepté, prévoyant la hausse annuelle des loyers. L’opérateur s’oppose aussi aux calculs des pouvoirs publics arguant que les surfaces louées sont moitié moins grandes que celles avancées par la Ville.

Au total, ce sont 4,1 millions d’abonnés Numericable, téléphone, télévision, câble et fibre, qui pourraient être pris en otage du conflit financier. La Ville menace de couper les services utilisés par l’opérateur et de retirer ses installations dès le 11 août prochain. Bouygues Telecom qui loue le réseau Numericable pour 2,4 millions d’abonnés pourraient être aussi impactés. La Mairie de Paris n’a en tout cas aucunement l’intention de céder, puisqu’elle devrait accorder les mêmes tarifs aux autres opérateurs.

De son côté, SFR-Numericable espère «trouver un accord sur le montant du loyer», et dans le cas contraire, «ça ne changera de toute manière rien pour les abonnés, il n’y aura pas d’écran noir», a-t-il expliqué à l’AFP.

Article publié le 2 juillet à 11h08, mis à jour le 3 juillet 2015 vers 15h

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This