ActualitéBusinessEuropeFinTech

Papernest s’allie à Tink pour simplifier les démarches administratives lors des déménagements

Tink continue de tisser sa toile de partenariats en Europe. Portée par la «révolution de l’open banking», la société suédoise, qui permet aux banques et aux start-up d’enrichir plus rapidement leur offre de services financiers, vient ainsi de s’associer à la jeune pousse française Papernest, qui facilite les démarches administratives lors des déménégaments. Un traitement de la paperasse qui va être accéléré encore davantage grâce à Tink.

En effet, l’ouverture des données rendue possible par l’entrée en vigueur de la deuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2) va permettre à Papernest de s’appuyer sur la plateforme d’open banking de Tink pour offrir la possibilité à ses utilisateurs de partager leurs données de transactions via une connexion directe à leurs banques. De cette manière, la start-up française pourra tout de suite analyser les transactions de ses utilisateurs pour détecter tous leurs abonnements et ainsi les ajouter automatiquement à leur compte sur Papernest. Jusqu’à maintenant, ils devaient saisir manuellement tous les détails relatifs à leurs contrats (fournisseurs, numéros de compte, montant du paiement…), une tâche chronophage entraînant parfois des abandons ou des erreurs dans les procédures.

«Un bel exemple d’utilisation concrète de l’open banking»

Fondée en 2015 par Philippe de La Chevasnerie et Benoît Fabre, la société parisienne a en effet besoin de toutes ces données pour s’occuper de la souscription, de la résiliation et du transfert des contrats télécoms et énergétiques, ou encore de l’assurance habitation grâce à des partenariats avec des fournisseurs. Ce sont ces derniers qui rémunèrent l’entreprise pour chaque transfert et apport de contrat. Dans le cadre de son développement, Papernest (ex-Souscritoo) a levé 10 millions de dollars en 2017 auprès de Partech, Idinvest Partners et Kima Venturesle fonds de Xavier Niel dirigé par Jean de La Rochebrochard. Objectif affiché par la société : «devenir la destination unique pour les déménagements». A ce jour, la plateforme revendique plus de 600 000 utilisateurs à travers l’Europe (France, Espagne, Italie et Royaume-Uni).

Pour Tink, ce partenariat est un levier supplémentaire pour gagner du terrain sur le marché florissant de l’open banking en Europe. «Papernest est un bel exemple d’utilisation concrète de l’open banking dans un autre secteur que celui de la banque, stricto sensus. Les cas d’usages diffèrent mais la promesse de cette technologie demeure identique : simplifier, fluidifier, agréger les services pour rendre la vie des utilisateurs plus facile», indique Jérôme Albus, directeur régional France et Benelux de Tink. Créée en 2012 par Daniel Kjellén et Fredrik Hedberg, la start-up suédoise a levé 175 millions d’euros l’an passé (90 millions en janvier et 85 millions en décembre) alors que la crise du coronavirus a dopé les nouveaux usages issus des nouvelles technologies financières. Toujours en 2020, l’entreprise scandinave s’est associée à la FinTech française Lydia, qui a levé 112 millions d’euros l’an passé (40 millions en janvier et 72 millions en décembre).

Bouton retour en haut de la page
Papernest s’allie à Tink pour simplifier les démarches administratives lors des déménagements
IA : comment la startup bordelaise Delfox épaule ArianeGroup dans la surveillance de l’espace
Deezer mise sur les concerts virtuels avec un investissement dans la startup américaine Dreamstage
Le groupe français HR Path rachète l’Américain Whitaker-Taylor pour renouer avec la croissance
[DECODE Quantum] A la rencontre de Neil Abroug, coordinateur de la stratégie quantique nationale Française
Facebook: le conseil de surveillance maintient l’interdiction de Trump sur le réseau social
Recyclage: quel rôle pour l’intelligence artificielle?