ActualitéBusinessMedia

Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe

Le service de rencontres de Facebook arrive finalement en Europe, avec neuf mois de retard. Disponible dès aujourd’hui dans la plupart des pays européens, Facebook Dating permet aux utilisateurs de créer un profil distinct de leur profil Facebook dédié aux rencontres amoureuses. « Depuis le lancement de Facebook Dating, plus de 1,5 milliard de rencontres ont été créées dans les 20 pays où cette fonctionnalité est disponible », affirme le réseau social.

Présent depuis fin 2019 aux États-Unis et désormais en Asie et en Amérique latine, Facebook Dating devait faire son entrée en Europe dans la foulée, début 2020. Mais en raison des problèmes de confidentialité que ces nouvelles données personnelles pouvaient engendrer, la Data Protection Commission (DPC) est intervenue en février pour évaluer la situation, affirmant que Facebook ne l’avait pas prévenue suffisamment tôt du lancement de son nouveau service. 

Sûreté, sécurité et vie privée

La principale autorité de régulation des données en Europe a cependant trouvé un terrain d’entente avec le réseau social, qui affirme avoir « construit Dating en mettant l’accent sur la sûreté, la sécurité et la vie privée ». « Nous avons travaillé avec des experts dans ces domaines pour fournir un accès facile aux conseils de sécurité et intégrer des protections dans Facebook Dating, notamment la possibilité de signaler et de bloquer toute personne, ainsi que d’empêcher les gens d’envoyer des photos, des liens, des paiements ou des vidéos dans les messages », ajoute le réseau social.

Cependant, Facebook s’appuiera sur le même modèle économique, à savoir la publicité ciblée basée sur les données collectées. « Nous ne suggérerons pas d’amis Facebook actuels comme correspondances potentielles ni ne les informerons que vous avez rejoint Dating », explique le réseau social, mais « Dating peut suggérer des correspondances pour vous en fonction de vos activités, de vos préférences et des informations contenues dans Dating et d’autres produits Facebook ».

Un marché très concurrentiel 

En Europe, des géants du dating se sont déjà bien implantés, à l’instar de Tinder qui revendiquait 1,2 milliard de dollars de revenus en 2019, Hinge, Bumble ou encore du Français Happn, qui revendiquait 77 millions de comptes dans le monde l’année dernière. 

Les fonctions de Facebook Dating comportent des similitudes avec ces applications, notamment le « Secret Crush » qui permet aux utilisateurs de sélectionner neuf profils « coups de coeur », sur Facebook ou Instagram. Si le coup de coeur est réciproque, les utilisateurs sont mis en relation via Facebook Dating. Le réseau social propose également une fonction « Virtual Dates », la possibilité de réaliser des « stories » pour partager des moments de la vie quotidienne, et de voir des profils ayant des intérêts similaires.

À l’heure où plusieurs pays européens reprennent des mesures de confinement pour ralentir la propagation du Covid-19, Facebook Dating pourrait avoir du mal à se faire une place sur ce marché très concurrentiel. On remarque cependant une progression de certaines applications de rencontres qui utilisent le chat vidéo, à l’instar des applications de Match Group (propriétaire de Tinder, Meetic, OkCupid, etc), qui a revendiqué 1 million d’utilisateurs payants supplémentaire au deuxième trimestre.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD