HR TechSemaine de l'emploi

[SEN#2] Emmanuel Stanislas, Clémentine : « Les personnes capables de faire parler les données sont rares »

Clémentine est un cabinet de conseil en recrutement spécialisé dans le secteur des NTIC.

FrenchWeb se mobilise et organise la deuxième semaine de l’emploi dans le numérique (#SENFW2) toute la semaine (portraits, interviews, offres d’emploi, tables rondes…). L’opération #SENFW, destinée à valoriser les opportunités d’emploi dans ce secteur, a lieu tous les 6 mois.

Frenchweb a rencontré Emmanuel Stanislas, fondateur du cabinet de recrutement Clémentine.

[FW] Quels sont les métiers qui ont le vent en poupe en ce moment et à qui s’adressent-ils ?

Les métiers qui ont le vent en poupe dans le web aujourd’hui sont les métiers autour de la data (data scientist, ingénieur data,…), qui s’adressent aux ingénieurs.

Ces métiers sont issus d’une évolution de nouvelles technologies et des nouvelles plateformes de Big data, capables de collecter et traiter les données. Les données sont multiples : les comportements des consommateurs/ acheteurs en ligne, les échanges téléphoniques et leur localisation,  etc. Les nouvelles technologies permettent désormais d’analyser finement ces données. Pour atteindre ce résultat, il faut toutefois disposer du personnel capable de récupérer des données sur les sites web, les réseaux sociaux …, de les associer aux données des bases de l’entreprise, puis d’y trouver de l’information pertinente.

L’ingénieur data va construire le chemin pour aller chercher la donnée, ainsi que la base de données permettant le stockage. Les compétences requises pour exercer le métier d’ingénieur data sont des compétences informatiques de programmation en environnement open-source et une connaissances des nouvelles infrastructures big data (Hadoop notamment).

photo_equipe_clementine

[FW] Quelles sont les formations les mieux adaptées à ce type de métiers ?

Les gens capables de faire parler les données sont rares.

Baptisés « data scientists », ils  vont construire des algorithmes pour analyser les données et en tirer des recommandations pour le business : marketing, commerciales…

Il n’y a encore très peu de formations dédiées au métier ou aux fonctions autour de la data. Les grandes écoles d’ingénieurs ou des études d’informatique de mathématiques ou de mathématiques appliquées aux statistiques sont les voies privilégiées. Des mastères spécialisés (MS), accessibles après bac+5, se mettent en place, comme le MS GBD gestion Big data à télécom ParisTech.

Combien gagne un expert big data (data scientist, ingénieur big data) ?

Expérience

Salaire Fixe Brut Annuel

Variable en % Salaire Fixe Brut Annuel

1 à 3 ans

40.000 – 45.000 €

5 à 20 %

3 à 6 ans

45.000 – 60.000 €

5 à 20 %

6 à 10 ans

50.000 – 70.000 €

5 à 20 %

Plus de 10 ans

Plus de 60.000 €

5 à 20 %

Source : Robert Half

[FW] Quelles sont, pour vous, les trois qualités essentielles du candidat qui postule ?

Ils ont à la fois compétences en mathématiques et en statistiques, ils savent programmer, et ont une forte compréhension des enjeux business, suite à une formation marketing ou sociologique.

[FW] Quelles sont vos prévisions du marché de l’emploi en 2015 ?

En 2015, on va constater une accélération de la digitalisation des entreprises : digitalisation des processus de vente mais aussi des process internes (contrats, commandes, factures, bulletins de salaires, courrier…). Certains métiers disparaissent, d’autres apparaissent, tous se transforment, incluant cette dimension digitale.

  • Localisation : Paris
  • Effectifs : 10-50 employés
  • Date de création : 2000
  • Fondateur : Emmanuel Stanislas

Retrouvez toute l’actualité Clémentine :

Twitter: @ClementineJobs
Facebook : clementine.jobs
Site Web: clementine.jobs

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[SEN#2] Emmanuel Stanislas, Clémentine : « Les personnes capables de faire parler les données sont rares »
La startup Neuvoo lève 36,5 millions d’euros pour accélérer en France
La startup Leeto lève 2 millions d’euros pour repenser le comité d’entreprise
Inside Brigad : quand les startups prennent le relais des acteurs historiques sur le marché de l’intérim
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
Spendesk lève 35 millions d’euros pour sa plateforme de gestion des dépenses professionnelles
WeWork envisage de diviser de plus de moitié sa valorisation à environ 20 milliards de dollars
Copy link