BusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

[SERIE C] Lydia rejoint le cercle des licornes françaises après une levée de 103 millions de dollars

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Après Swile, ManoMano, Sorare ou encore Ledger, c’est au tour de la célèbre plateforme de paiement mobile Lydia de rejoindre le cercle des licornes françaises, dopé par les investissements étrangers. La FinTech annonce aujourd’hui une nouvelle levée de fonds de 103 millions de dollars, portant sa valorisation à plus d’un milliard de dollars. L’opération, portée par Dragoneer et Echo Street, avec les investisseurs historiques Tencent, Accel et Founders Futur, lui permettra de financer son ambition de devenir une «super-application» financière.

Lydia est en 115ème position du FrenchWeb 500, le classement des entreprises françaises de la tech.

Lancée en 2013 par Antoine Porte et Cyril Chiche, Lydia a connu une accélération importante en 2021 puisqu’elle revendique des croissances mensuelles à deux chiffres. Selon l’entreprise, 2 millions de Français ont déjà utilisé Lydia pour l’un de ses services de comptes courants, de comptes joints, de crédit, d’épargne et d’investissement. Afin de compléter son offre, la startup a lancé le mois dernier une solution de trading 100% mobile. Pour ce faire, Lydia s’est associée à la plateforme autrichienne Bitpanda, spécialisée dans le trading de cryptomonnaies, d’actions et de métaux précieux.

Regardez notre interview avec Antoine Porte, co-fondateur et CPO de Lydia, à ce sujet :

Pour la FinTech tricolore, les ambitions sont élevées. Lydia a pour objectif de devenir le compte principal de 10 millions de citoyens européens d’ici 2025. La startup prévoit d’embaucher près de 800 personnes dans les trois prochaines années (dont 160 en 2022), afin d’élargir ses offres de crédit et d’investissement, et devenir un acteur de référence dans au moins trois grands pays de l’Union Européenne.

« Ces nouveaux moyens nous permettent d’aller plus loin, plus vite dans notre mission de changer les codes de la banque, en rendant tous les services financiers plus simples, plus accessibles, plus instantanés aussi », commente Cyril Chiche, président et co-fondateur de Lydia. « Le succès de Lydia année après année et son adoption par plus d’un tiers des français âgés de 18 à 35 ans confirme l’alignement de notre vision avec les attentes actuelles en matière de services bancaires. Cette méga levée de fonds est par ailleurs un nouveau symbole du dynamisme remarquable de l’écosystème tech français et un signe fort de sa capacité à créer dans les années à venir un nombre significatif de champions internationaux. »

Depuis son lancement, la startup basée à Paris a levé 225 millions d’euros auprès d’investisseurs internationaux tels que Accel, Tencent, XAnge, New Alpha, Groupe Duval et Founders Future, et compte plus de 150 collaborateurs.

Problème : effectuer un transfert d’argent entre particulier via les services bancaires traditionnels peut etre complexe et coûteux.

Solution : plateforme de paiement mobile qui permet notamment d’envoyer de l’argent en quelques secondes.

Business : commission sur des transactions

Fondateurs : Antoine Porte et Cyril Chiche

Création : 2013

Siège social : Paris

Secteur : FinTech

Financement : 103 millions de dollars auprès de Dragoneer et Echo Street, avec les investisseurs historiques Tencent, Accel et Founders Futur.

Bouton retour en haut de la page
[SERIE C] Lydia rejoint le cercle des licornes françaises après une levée de 103 millions de dollars
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
[SEED] Wisear lève 2 millions d’euros pour dépasser le contrôle vocal des objets via son interface neurale