ActualitéBusinessFinTechRetail & eCommerce

Shopify, Sequoia, Silver Lake… : les investissements se multiplient chez Stripe avant son IPO

Les investisseurs se bousculent dans la Silicon Valley pour acquérir des actions de la FinTech BtoB Stripe, spécialisée dans les paiements en ligne, qui pourrait bientôt entrer en Bourse. L’entreprise la mieux valorisée de la Silicon Valley a récemment permis aux investisseurs d’acquérir des parts importantes de la société auprès des actionnaires existants, y compris des employés, selon des sources citées par le Wall Street Journal. La société, qui a offert jusqu’à 4 milliards de dollars d’actions, en a déjà vendu pour environ 1 milliard de dollars.

C’est en mars dernier que Stripe a vu sa valorisation quasiment tripler pour atteindre les 95 milliards de dollars, après avoir levé 600 millions de dollars (500 millions d’euros) auprès d’Allianz X, Axa, Baillie Gifford, Fidelity Management & Research Company ou encore Sequoia Capital. L’entreprise américaine a su prendre avantage de la crise et du boom des achats en ligne en accueillant de nombreuses sociétés sur sa plateforme, notamment le marché de Rungis en France. La startup basée à San Francisco et à Dublin affirme en effet avoir permis aux entreprises américaines qui se sont lancées sur sa plateforme depuis l’apparition du virus de réaliser un chiffre d’affaires de près d’un milliard de dollars.

« Des gens qui n’ont jamais imaginé utiliser Internet pour consulter un médecin ou acheter des produits alimentaires le font maintenant par nécessité. Et les entreprises qui ont reporté leur transition en ligne ou qui n’avaient aucune raison d’opérer en ligne ont sauté le pas pratiquement du jour au lendemain », avait alors déclaré John Collison, président de Stripe. « Nous pensons que ce n’est pas le moment de reculer, mais d’investir encore plus lourdement dans la plateforme de Stripe ».

Une IPO d’ici la fin de l’année?

Fin 2020, Stripe prenait un nouveau tournant en annonçant un partenariat avec les banques Goldman Sachs, Evolve Bank & Trust, Citibank (Citigroup) et Barclays, afin notamment de permettre à ses entreprises clientes d’ouvrir des comptes bancaires pour leurs utilisateurs. Rien qu’en 2020, Stripe a accueilli Caviar, Coupa, Just Eat, Keap, Lightspeed, Mattel, NBC, Paid ou encore Zoom dans sa base de clients qui ont rejoint Deliveroo, Slack, booking.com ou encore Shopify.

Aujourd’hui, les investisseurs se bousculent devant sa porte pour profiter de son essor, à commencer par le géant de la création de sites e-commerce Shopify, déjà partenaire de Stripe. Capital Group, Sequoia Capital et Silver Lake ont également racheté des actions de la startup, pour environ 1 milliard de dollars au total selon le Wall Street Journal. Shopify, l’un de ses plus gros clients, aurait à lui seul investi plus de 350 millions de dollars dans Stripe au total.

Depuis son lancement en 2010 par John et Patrick Collison, l’entreprise s’est diversifiée dans différents types de paiement et en proposant des outils visant à accompagner plus largement les entreprises dans leur développement. La startup permet de conduire des opérations complexes et s’adresses aux petites structures comme aux géants tels que Facebook ou Salesforce. L’IPO de Stripe n’a pas été annoncée officiellement mais pourrait intervenir à la fin de cette année ou l’année prochaine, selon les informations du Wall Street Journal.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Shopify, Sequoia, Silver Lake… : les investissements se multiplient chez Stripe avant son IPO
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer