ActualitéBusinessTech

SpaceX bientôt le plus grand opérateur satellitaire privé?

AFP

La société spatiale californienne SpaceX a lancé lundi 60 satellites supplémentaires pour sa constellation Starlink de fourniture d’Internet à haut débit depuis l’espace, un service destiné à couvrir en priorité les zones isolées ou mal connectées du globe. Une fusée Falcon 9 a décollé de Cap Canaveral à 21H19 (02H19 GMT), selon une retransmission en direct du lancement par SpaceX. Une heure après, la grappe de 60 satellites s’est séparée sans encombre à 290 km au-dessus de l’océan entre l’Australie et l’Antarctique, une étape filmée en direct par une caméra à bord du second étage de la fusée.

Si la mise en orbite réussit, la constellation comptera un peu moins de 180 satellites, après deux lancements de 60 l’an dernier (quelques-uns des premiers satellites lancés sont tombés en panne). Planet Labs, qui photographie chaque jour toute la Terre en haute résolution, a environ 140 satellites actifs en orbite, ce qui représentait jusqu’à présent la plus grande constellation active.

Un service opérationnel en 2020?

SpaceX utilise ses propres Falcon 9, qui sont réutilisables, et a prévu une cadence de lancements inédite: elle en prévoit deux autres d’ici fin janvier. Et une responsable de SpaceX avait dit en septembre qu’elle espérait réaliser deux lancements par mois en 2020, un rythme que la société n’a pas encore prouvé qu’elle était capable de tenir, techniquement ou financièrement.

Au total, la société fondée par Elon Musk a demandé des licences pour envoyer jusqu’à 42 000 satellites, un chiffre tout à fait hypothétique à ce stade. SpaceX a redit lundi que son service Internet serait opérationnel en 2020 pour le Canada et le nord des Etats-Unis, et que le reste du monde commencerait à être couvert après 22 lancement supplémentaires.

Si la constellation se concrétise, SpaceX aura plus de satellites en activité que l’ensemble des autres opérateurs de la planète réunis, civils et militaires, qu’on estime à environ 2 100. Les petits satellites Starlink d’environ 200 kg, équipés d’un panneau solaire, sont fabriqués, lancés et opérés par SpaceX. Pendant les un à quatre prochains mois, ils monteront doucement, avec leur propre propulsion, jusqu’à leur orbite opérationnelle de 550 km.

Des régions mal connectées

L’altitude relativement basse devrait permettre un temps de réponse plus rapide que les satellites de télécommunications traditionnels, qui volent en orbite géostationnaire à 36 000 km. Ce temps réduit est crucial pour les jeux vidéo en ligne, ou les conversations vidéo. Le maillage du ciel devra être assez dense pour que plusieurs satellites Starlink soient toujours en ligne directe avec l’abonné.

SpaceX n’a pas dévoilé de prix ou de mode d’abonnement, mais le terminal de réception devrait avoir une antenne plate de la taille d’une boîte de pizza. Le marché le plus lucratif n’est pas les internautes des villes et des zones déjà bien reliées à Internet par la fibre ou le câble, mais des régions mal connectées ou où le débit est faible, zones rurales et désertiques, ou encore les océans…

Le lancement de la première grappe en mai 2019 avait provoqué un émoi dans la communauté des astronomes, car le « train » de 60 satellites était clairement visible dans le ciel nocturne, la lumière du Soleil se reflétant sur eux en altitude. L’idée que des milliers d’autres les rejoignent faisait craindre un ciel moucheté et ruiné à jamais pour les observations astronomiques.

OneWeb veut couvrir l’Arctique

Après avoir balayé ces critiques, Elon Musk a reconnu leur légitimité. L’un des 60 satellites lancés lundi a un revêtement différent, afin qu’il reflète moins la lumière. « Mais SpaceX n’a pas encore rassuré les astronomes», dit à l’AFP Laura Seward Forczyk, analyste du secteur. Il faudra plusieurs jours pour comparer cette version des satellites Starlink à la précédente.

OneWeb est l’autre société avancée pour fournir un nouvel Internet à haut débit depuis l’espace. La société veut couvrir l’Arctique avec du très haut débit (375 giga par seconde) au-dessus du 60e parallèle à la fin de 2020, avec une couverture 24h/24 au début de 2021. OneWeb n’a que six satellites en orbite aujourd’hui, mais prépare des lancements d’une trentaine de satellites à chaque fois, avec un objectif final de 650 appareils. Là encore, la société devra prouver qu’elle a la capacité financière de réaliser ce lourd investissement initial.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. One Web a bien raison de vouloir couvrir l’Arctique. Le monde entier attend impatiemment que les pingouins puissent être connectés et que l’espace soit bien pollué. Par contre, nettoyer les océans de la pollution, replanter des arbres en Australie ou en Amazonie, développer des batteries plus propres, pas intéressant.

SpaceX bientôt le plus grand opérateur satellitaire privé?
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
TikTok/Bytedance
TikTok: à trois jours de l’échéance, l’app n’a toujours pas d’accord aux États-Unis
[GOOD MORNING Frenchweb] Catherine Barba : « J’ai la responsabilité de soutenir les femmes entrepreneures »
Comment transformer un évènement physique en évènement virtuel?
Copy link