A la uneBusinessMarketing & CommunicationStartupTech

Twim, l’application de partage de bonnes adresses entre amis

Lancée en avril 2017 par Olivier de Nicola et Romain Baumard, Twim est une application qui permet de partager son carnet de bonnes adresses avec ses amis. Grâce à une carte et à la fonction de géolocalisation, les utilisateurs peuvent répertorier les lieux qu'ils ont apprécié. «L'idée était de sortir un peu des carcants du guide papier d'un côté et des sites d'avis de l'autre qui sont très souvent impersonnels, qui surtout ne nous concernent pas forcément», détaille Olivier de Nicola, cofondateur de Twim. 

L'outil est pour le moment seulement disponible sur l'App Store et est gratuit. La start-up envisage de nouer des partenariats avec des influenceurs, des journalistes et des guides de voyage. Ils pourraient ainsi partager leurs découvertes avec leur réseau. L'application est aussi destinée aux voyageurs. Ils pourraient trouver facilement les adresses incontournables dénichées par leurs amis.

Sur le marché, Twim doit notamment faire face à des outils tels que Events de Facebook, Mapstr ou encore Wingit qui se positionnent sur la recommandation de sortie entre amis. Cette concurrence n'effraie pas Olivier de Nicolas qui la qualifie de «nécessaire». Pour l'instant, la priorité de Twim est de se faire connaître en France avant de se développer à l'étranger.


 

Fondateurs : Olivier de Nicola et Romain Baumard

Création : 2017

Siège social : Paris 

Activité : application de recommandations de bonnes adresses

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Twim, l’application de partage de bonnes adresses entre amis
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link