AsieChineTech

Xiaomi débarque en Europe avec ses accessoires lifestyle… et plus si affinités?

Xiaomi veut poursuivre son expansion. La marque chinoise de smartphones – qui est devenue la sixième au monde en termes de ventes l’an passé, selon une étude TrendForce – va bientôt débarquer en Europe. C’est Hugo Barra, le vice-président de la firme, qui l’a annoncé au Mobile World Congress de Barcelone, rapporte Cnet.

Il s’agira cependant d’une arrivée timide, l’entreprise n’ayant prévu que l’ouverture d’une boutique en ligne. D’ailleurs, sur Mi Store, les smartphones de la marque ne seront pas disponibles. Seuls des accessoires, la montre connectée Mi Band, des casques, des écouteurs… seront commercialisés. « Nous nous voyons de plus en plus comme une marque de lifestyle », a déclaré M. Barra.

Mais la nouvelle est tout de même à prendre au sérieux, au regard du succès de l’entreprise en Chine. Xiaomi cherche peut-être à faire connaître sa marque auprès des consommateurs européens, avant de s’investir plus amplement.

Xiaomi est parvenu à monter en force sur le marché des smartphones en Chine. Le poids lourd du secteur, le Sud-Coréen Samsung, en a d’ailleurs fait les frais : il a été relégué à la seconde place du podium dans le pays par Xiaomi qui a pris la tête, selon une étude IDC. Au niveau mondial, la marque a écoulé 60 millions de terminaux l’an passé. L’entreprise n’a été fondée qu’en 2010.

Bouton retour en haut de la page
Xiaomi débarque en Europe avec ses accessoires lifestyle… et plus si affinités?
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
Chatbots : passons de l’intelligence artificielle à l’efficacité bien réelle
Dans les coulisses de l’Executive Master de l’Ecole Polytechnique, l’une des plus prestigieuses écoles scientifique française
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jean-François Morizur et Nicolas Treps, fondateurs de Cailabs
Les consommateurs ont-ils davantage confiance dans l’identité numérique ?
Cybersurveillance: l’entreprise française Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture » en Egypte