ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

10 tours de table qui ont marqué la FinTech en 2017

L’année 2017 a été riche en investissements pour la FinTech. Avec la multiplication des néobanques dans le monde entier, les investisseurs n’ont pas hésité à injecter massivement de l’argent dans les jeunes pousses qui ambitionnent de réinventer le secteur bancaire et financier. Tour d’horizon des principaux tours de table du secteur qui ont rythmé l’année écoulée.

iZettle

  • 130 millions d’euros levés en 2017

La start-up suédoise iZettle, qui commercialise un terminal de paiement pour les commerçants, a levé 40 millions d’euros en décembre 2017 auprès Dawn Capital. La société a également réalisé deux autres tours de table au cours de l’année. En septembre, un investissement de 30 millions d’euros a été effectué sous forme de dette auprès de la Banque européenne d’investissement. L’argent issu de ce financement sera distribué au cours des trois prochaines années. Et en janvier, l’entreprise avait déjà bouclé un tour de table de 60 millions d’euros. Au total, iZettle a levé 130 millions d’euros en 2017 pour une valorisation avoisinant 950 millions de dollars.

Fondée en 2010 par Jacob de Geer et Magnus Nilsson, iZettle développe des lecteurs de cartes bancaires qu’il est possible de connecter à un smartphone pour encaisser des paiements. La start-up propose également des systèmes de gestion des points de vente et une plateforme pour le suivi des ventes et la gestion du catalogue.

WorldRemit 

  • 40 millions de dollars levés en 2017

La FinTech londonienne WorldRemit, spécialisée dans le transfert d’argent, a levé 40 millions de dollars en décembre. L’opération avait été menée par LeapFrog Investments, avec le soutien d’Accel Partners, de TCV, de l’Américain JPMorgan et d’Omidyar Network, la société d’investissement philanthropique de Pierre Omidyar, le fondateur d’eBay.

Fondée en 2010 par Catherine Wines, Ismail Ahmed et Richard Igoe, WorldRemit développe une plateforme en ligne permettant d’envoyer de l’argent dans le monde. Il est possible d’effectuer des dépôts bancaires, d’envoyer de l’argent qui sera retiré en espèces dans un point de retrait ou encore de créditer un portefeuille électronique sur mobile.

Aujourd’hui, le service est accessible dans une cinquantaine de pays, pour envoyer de l’argent, et dans 148 pays, pour en recevoir. A ce jour, WorldRemit revendique 1 million d’utilisateurs sur sa plateforme. 90% d’entre eux utilisent leur mobile pour effectuer des transactions.

TransferWise

  • 280 millions de dollars levés en 2017

La plateforme de transfert d’argent TransferWise a bouclé un tour de table de 280 millions de dollars en novembre mené par le gestionnaire d’actifs britannique Old Mutual Global Investors et le fonds de capital-risque américain IVP, qui compte Snap, Twitter ou encore Dropbox dans son portefeuille.

Lancée en 2011 par Taavet Hinrikus, premier employé de Skype, et Kristo Käärmann, passé par PwC et Deloitte, deux Estoniens exténués par l’obligation de payer de lourdes commissions de change à chaque virement transfrontalier, TransferWise permet d’envoyer en ligne de l’argent à l’étranger facilement et à moindre coût en suivant les taux de change réels. Actuellement, TransferWise affirme transférer chaque mois plus d’un milliard d’euros pour ses deux millions d’utilisateurs, leur faisant économiser 1,5 million d’euros par rapport à ce qu’ils auraient payé s’ils avaient utilisé leur banque pour effectuer la même transaction. Depuis le lancement du service, 1,3 million de transferts ont été effectués depuis et vers la France pour un montant total de 2,7 milliards d’euros. En Europe, l’Hexagone est la troisième marché de TransferWise derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Tinubu Square

  • 53 millions d’euros levés en 2017

La FinTech normande Tinubu Square a bouclé un tour de table de 53 millions d’euros en octobre. Dans le cadre de cette opération, la société a accueilli un nouvel actionnaire avec Long Arc Capital. Présent au capital depuis 2011, Bpifrance a de son côté confirmé son rôle d’actionnaire de référence et de long terme en participant au renforcement des fonds propres au travers de son fonds Large Venture.

Créée en 2000, Tinubu Square édite une solution logicielle à destination des entreprises et des institutions financières. La société a créé un écosystème de clients et partenaires dans plus de 20 pays à travers le monde et dispose de bureaux à Paris, Londres, New York, Montréal et Singapour.

Chime

  • 18 millions de dollars levés en 2017

La FinTech américaine Chime, qui a lancé une banque mobile à destination des Millennials, a bouclé un tour de table de 18 millions de dollars en septembre. Le fonds franco-chinois Cathay Innovation, Omidyar Network, la société d’investissement philanthropique du fondateur d’eBay, Pierre Omidyar, l’assureur américain Northwestern Mutual, Crosslink Capital, Forerunner Ventures et Homebrew ont participé à l’opération. Celle-ci porte à 42 millions de dollars le montant total levé par la société depuis sa création.

Lancée en 2013 par Ryan King et Chris Britt, Chime propose à ses utilisateurs une carte de crédit, un compte courant et un compte d’épargne qu’ils peuvent gérer directement à partir d’une application mobile. A ce jour, la néobanque américaine a ouvert 500 000 comptes bancaires. La société ne dispose pas d’une licence bancaire mais opère grâce à un partenariat conclu avec Bancorp sous marque blanche. Pour se rémunérer, Chime prélève une commission d’environ 1,5% sur chaque transaction réalisée avec la carte de crédit.

GoCardless

  • 22,5 millions de dollars levés en 2017

La FinTech britannique GoCardless, spécialisée dans la simplification et la dématérialisation des paiements récurrents par prélèvement automatique, a bouclé un tour de table de 22,5 millions de dollars en septembre. Accel Partners, Balderton Capital, Notion Capital et Passion Capital ont pris part à cette opération. Celle-ci porte à 47,3 millions de dollars le montant total levé par la société depuis sa création.

Fondée en 2011 par Hiro Takeuchi, GoCardless développe une solution qui permet aux entreprises d’accepter des paiement récurrents par prélèvement SEPA. Ce dispositif s’adresse aux entreprises qui facturent régulièrement leurs clients et dont le marché est potentiellement important du fait de l’essor des offres SaaS, qui permettent aux entreprises de s’abonner à un logiciel en ligne et ainsi s’éviter l’achat et l’installation de leur propre matériel informatique. «À mesure que de plus en plus d’entreprises deviennent internationales, elles font face à de nombreuses frustrations dans la gestion des paiements dans plusieurs territoires. Ce que nous avons conçu est une façon de compléter simplement les paiements récurrents dans leurs systèmes existants, à travers le monde, afin qu’ils puissent se concentrer sur les défis qui comptent vraiment», explique Hiro Takeuchi, le CEO de l’entreprise britannique.

Younited Credit

  • 40 millions d’euros levés en 2017

Le Français Younited Credit, qui développe une plateforme de crowdfunding de prêts entre particuliers, a bouclé un tour de table de 40 millions d’euros en septembre. Les investisseurs historiques, Eurazeo, Crédit Mutuel Arkéa, AG2R La Mondiale et Weber Investissements, ainsi que Bpifrance, Matmut Innovation et Zencap Asset Management ont participé à l’opération. Celle-ci porte à 103 millions de dollars le montant total levé par la société depuis sa création.

Lancée en décembre 2011 par Charles Egly, Geoffroy Guigou et Thomas Beylot, Younited Credit, anciemment Prêt d’Union, propose aux particuliers de se prêter de l’argent en peer-to-peer. Après quatre ans dans l’Hexagone, la plateforme s’est attaquée à de nouveaux marchés en 2016, année charnière qui correspond au lancement en Italie et à un changement d’identité, en devenant Younited Credit, pour prendre une dimension plus internationale. Depuis son lancement, Younited Credit a permis d’octroyer plus d’un demi-milliard d’euros de crédits pour 72 000 ménages en France, en Italie et en Espagne.

Plynk

  • 25 millions d’euros levés en 2017

La FinTech irlandaise Plynk a bouclé un tour de table de 25 millions d’euros en juin. L’opération a été menée par Privé Swiss. En octobre 2016, la start-up avait levé 725 000 euros auprès de Bank of Ireland.

Fondée en 2015 par Charles Dowd et Clive Foley, Plynk a créé une application de messagerie monétaire qui permet à ses utilisateurs de discuter en tête-à-tête ou en groupe pour envoyer et recevoir de l’argent instantanément et sans frais. L’application, qui est liée au compte Facebook de l’utilisateur, permet d’effectuer des paiements en euros. Plynk dispose d’une licence pour opérer dans l’Espace économique européen, qui comprend l’Union européenne, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Raisin

  • 30 millions d’euros levés en 2017

La start-up berlinoise Raisin, qui développe une plateforme en ligne de produits d’épargne de banques européennes, a levé 30 millions d’euros en janvier 2017 auprès du fonds américain Thrive Capital, qui a investi dans Spotify et Slack. Les investisseurs historiques, Ribbit Capital et Index Ventures, ont également pris part à l’opération. Ce tour de table porte à 60 millions d’euros le montant total levé par la société depuis sa création.

Fondée en 2013 par Frank Freund, Michael Stephan et Tamaz Georgadze, Raisin, initialement baptisée SavingGlobal, a conçu une plateforme en ligne pour permettre à ses clients d’investir leur épargne dans des banques de toute l’Europe, sans subir de frais. La plateforme fait le lien entre les clients et les banques européennes pour proposer des comptes à terme de type Livret A ou PEL.

Funding Circle

  • 140 millions de dollars levés en 2017

Funding Circle, la plateforme londonienne de prêt en peer-to-peer, a levé 100 millions de dollars il y a un an auprès d’Accel Partners. Baillie Gifford, DST Global, Index Ventures, Ribbit Capital, Rocket Internet, Sands Capital Ventures, Temasek Holdings et Union Square Ventures ont également participé à l’opération. Quelques jours auparavant, le gouvernement britannique, via la Banque d’affaires britannique, avait également prêté 40 millions de dollars à la société pour soutenir les petites entreprises.

Fondée en 2010 par Samir Desai, Andrew Mullinger et James Meekings, Funding Circle a développé une place de marché qui connecte les entreprises qui recherchent un crédit avec des bailleurs. Depuis sa création, la plateforme a permis de financer plus de 3 milliards de livres de prêts à plus de 25 000 entreprises dans le monde entier. Près de la moitié des sommes prêtées l’ont été sur la seule année 2016 (1,1 milliard). Au total, plus de 50 000 emplois ont vu le jour grâce à ces prêts, selon Funding Circle. La start-up anglaise revendique plus de 60 000 investisseurs individuels accrédités sur sa plateforme. Parmi ces derniers, on retrouve des particuliers, des institutions financières, comme la Banque européenne d’investissement, ou encore des gouvernements locaux et nationaux.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This